C3 light, avant-projet

C3 light, avant-projet

Après vous avoir dépeint le programme de mon bateau idéal du moment : le Croiseur Côtier Collectif Light (C3 Light pour faire plus court), il est temps de vous dévoiler ce qui me trotte dans la tête pour répondre à ces programmes différents avec un seul et même bateau.

Ce n’est qu’un avant-projet présentant des solutions possibles. J’espère qu’il y en aura d’autres afin de confronter les visions et identifier les meilleures pistes à explorer.

Difficile équation

Mon bateau idéal, il est pas grand et léger pour être facile à trimballer sur la route, rapide à mâter et à mettre à l’eau, et pas trop cher à construire :

  • aux alentours de 6m de long
  • moins de 2m40 de large sur remorque
  • 500 kg maxi sur la balance

Mon bateau idéal, il est spacieux pour accueillir du monde en navigation « collective », et soigner confortablement son équipage en croisière :

  • cockpit de plus de 2m de long
  • cuisine fixe, carré 5/6 places, hauteur sous barrot
  • coin toilette

Si on met bout à bout tous ces éléments, on se rend vite compte que ça ne colle pas :
étrave (60 cm) + couchette (1m90) + wc (50 cm) + cuisine (50 cm) + carré/couchettes (1m90) + cockpit (2m20 moins 50 cm de recouvrement au dessus des couchettes arrières) + jupe (40 cm) = 7m50

C’est 25% trop long. Je n’arrive même pas à rentrer chez moi avec un tel engin !

Plan de réduction

Voyons comment gagner des centimètres.

Les toilettes

Disposer d’un Wc installé et d’un coin toilette est un élément de confort certain. Mais sur un petit voilier destiné à accueillir pas mal de monde, c’est un gros sacrifice d’y consacrer autant de place en cabine où l’espace est si cher pour un coin toilette utilisé seulement quelques minutes par jour.
D’autant plus qu’avec la hauteur limitée, les problèmes d’humidité lorsqu’on s’y lave et d’odeurs lorsqu’on y trône, le résultat final, planté au milieu de la cabine, n’est pas extraordinaire…

Tant pis, les toilettes sont sacrifiées (50 cm gagné) au profit d’une solution plus light :

  • installation d’un WC chimique ou d’un WC sec à l’avant de la cabine lorsque tout le monde est dehors en navigation.
  • Installation du même WC en extérieur, dans le cockpit, lorsque tout le monde est à l’intérieur au mouillage. C’est mieux pour les odeurs et la tranquillité… à condition de trouver une solution pour s’isoler des regards extérieurs et des éventuelles intempéries.

Cockpit et carré … même combat

Lorsqu’on navigue la journée, on n’a pas vraiment besoin du carré dans la cabine. Inversement, lorsque l’on occupe le carré pour le repas, la veillée ou la nuit, on n’a que faire du cockpit.

Pour gagner de la place, essayons d’optimiser tout cela avec une zone mixte servant de cockpit en navigation et de carré ensuite.
L’idée n’est pas neuve, cela fait des décennies que l’on voit des petits bateaux qui installent une tente ou une capote au dessus du cockpit pour le transformer en salon (étrangement, on le voit beaucoup plus souvent sur des bateaux à moteur que sur des voiliers …).

Grain d’Sel fait une brillante illustration des possibilités d’intégrer ce type de capote sur un voilier de randonnée conçu pour.

Pour ma part, je suggère 2 autres solutions.

Tente 2 seconds de cockpit

Plutôt qu’une tente sur mesure (pas donnée et pas toujours facile à installer), ou un abri sous capote (rapide à installer mais passablement cher et potentiellement encombrant une fois replié), on pourrait imaginer un cockpit taillé pour recevoir une tente Décathlon « 2 Seconds » (ou autre modèle du même genre).

Ces tentes sont très abordables (quelques dizaines d’euro). Elles se montent et se démontent en quelques secondes, et peuvent également s’utiliser sur la plage, ou ailleurs, si besoin.

Pour notre usage, il faut déclipser la chambre à l’intérieur et dessiner un rouf et des dossiers de cockpit avec des formes adaptées à la tente (en croisant les doigts pour que le fabricant ne change pas les cotes de son modèle…).

Cabine déployable

Pour ceux qui préfèrent le confort d’une cabine en dur (moins de bruit et pas de secousse à chaque bourrasque contrairement à une tente), on peut imaginer un cockpit qui se déploie pour former une prolongation en dur de la cabine existante (voir le principe de la cabine repliable dans l’article qui lui est consacré en cliquant ici).

Les avantages sont multiples :

 

  • le carré de plein-pied avec la cabine permet de conjuguer les deux espaces en un seul
  • hauteur sous barrot (1m80)
  • hublots ouvrants possibles

et quelques inconvénients aussi :

  • mise au point et construction pas triviales
  • plus de poids et plus cher qu’une tente

Bilan dimensionnel provisoire

Si je refais les comptes :
étrave (60 cm) + couchette (1m90) + cuisine (50 cm) + carré/couchettes (1m90) + cockpit (2m40 moins 190 cm de recouvrement avec le carré déployable) + jupe (40 cm) = 5m80

Ben voilà, vous voyez qu’on arrive à tout rentrer dans 6m ! Enfin presque vu que les WC restent dehors…

Caractéristiques

Un monocoque de cette taille est obligatoirement lesté donc dépasse allègrement les 500 kg … à moins d’adopter la solution du lest liquide.

Moi, j’opte plutôt pour un trimaran repliable qui m’offre une stabilité parfaite au mouillage, et des trampolines accueillants pour mes invités occasionnels.

Dérive pivotante pour minimiser le tirant d’eau (25 cm) et ne pas craindre les chocs en navigation rase cailloux.
Particularité : la dérive est décentrée d’une bonne vingtaine de centimètres pour éviter qu’elle n’encombre le milieu de la cabine. Le décalage doit être imperceptible  en navigation, sur un trimaran qui navigue naturellement peu gîté.

Surface de voile : environ 25 m²

Repliage par coulissement type Astus 20, mais avec des poutres centrales doublées comme sur les Triptyques, pour réduire la largeur au repliage et ne pas être limité en largeur de déploiement (4m60 environ).
Les poutres avant passent au dessus de la couchette.

Aménagement

Version couchette arrière longitudinale

Sur une coque longue (6m30) et relativement étroite (1m80).

En navigation

A l’heure du repas

A l’heure du coucher

Version couchette arrière transversale

Sur une coque plus courte (5m95) et plus large (2m).

En navigation

A l’heure du repas

A l’heure du coucher

Version monocoque

Et sur un monocoque de 5m50 de long par 2m50 de large, ça donnerait quoi ? … Pas mal aussi mais avec le côté collectif en moins et le lest en plus.

de Jean-marc Schwartz, septembre 2007

Cet article a 0 commentaires

  1. Ca ressemble beaucoup à l »astus 20.1 tout ça!
    Pour la dérive, je serais adepte de la solution 1 dérive pivotante dans chaque flotteur. Ca libère la cabine et c »est meilleur pour le près.
    L »abandon des toilettes est dommage! Tu ne veux pas ajouter 50cm et opter pour une construction plus légère que le polyester monolithique?
    Sinon la solution de la cuisine extérieure légèrement abritée est pas mal je trouve.
    Je ne suis pas pour la tente 2 », une solution sur mesure est quand même plus propre!

    1. Faire plus long avec une construction plus légère … possible sachant que cela a un impact significatif sur le coût final.

      1. Vous avez raison de réfléchir car nous l »avons fait pendant 12 mois puis nous nous sommes mis à l »ouvrage…agissez et vous trouverez des réponses.
        Venez nous voir au salon nautique du Grand Pavois de la Rchelle ou bien à celui de Paris 2007 où nous serons une nouvelle fois pour y mettre le feu…La fabrication aura visiblement d »autres soucis pour votre projet alors parlez en avec des concepteurs et constructeurs autour de vous sans oublier que vous allez en apprendre tous les jours. Le charme de cette vie sur terre, d »ailleurs! Les Kaïdoziens vous souhaitent bon courage et vous disent de na pas laisser tomber car nous avons besoin de changement dans ce monde de la voile ! A bientôt peut-être. Emmanuelle & Jean-Louis – concepteurs
        allez sur la page de notre site en refonte et surveillez les changements. Ce commentaire est destiné à tous pas vraiment à Richard (15) je me suis plantée en cliquant pour internenir après lecture de ce récit.

  2. Bonjour. pourquoi pas le systéme anti-dérive de l »astus 16 »? C »est le moins coûteux et pas de risque de casse à l »approche des plages. Vous avez navigué pour certains bord à bord avec le 16 » et vous pouvez juger du rendement de ce genre de technique. A+

  3. C »est encore moi. Pour le coin cuisine: voir le monocoque IKONE (-6m) Pas mal pensé… Il est répertorié dans la liste de Nautical trek. A+

  4. Les « cagoinces »dehors…ça va me rappeler mes vacances à la ferme chez les grands-parents ( dans les années 60, de toute façon, il n »en avaient pas d »autres …)

    Je vais les mettre à l »arrière de WINNIE>>> Une cabane en bois avec un coeur ou un as de pique découpé dans la porte ! Je ne suis plus à un peu de fardage près…

    A part ça, pour l »instant ,WINNIE ressemble de plus en plus au cahier des charges énoncé plus haut…Je vais arrêter d »envoyer des photos à Jean-Marc…ça l »influence trop.

  5. Cessoim50 (Patrick)

    Le système de roof déployable je connais pas, donc je ne jugerais pas mais quand tu parles de cokpit et cabine de plein pied, quand on est assis dans le dit-cokpit, la vue vers l »avant ne doit pas être très dégagé ? J »attends la 1ère esquisse de profil avec impatience !
    Concernant les WC, même si je fais sans aujourd »hui – juste un bête seau – la solution la plus répandue sur les petites unités c »est un chimique qui s »escamote sous la couche du triangle avant.
    Concernant le plan anti-dérive, qqu »un a à redire des ailerons fixes sous les flotteurs? Solide, pratique à l »échouage, et performance assez bonne.
    (Les cotes sur lesquelles je planche : 7 x 1,50, en tri bien sûr)

    1. il m »arrive (pas plus tard qu »avant hier) de me glisser dans de minuscules criques encombrées de rochers avec moins de 50 cm d »eau pour la coque centrale et moins de 10 cm d »eau sous les flotteurs !
      Bon, c »est sur, c »est pas courant, mais dans ce cas, je serais embêté avec des ailerons fixes sous les flotteurs.
      Je trouve aussi que les ailerons fixes manquent également un peu « d »accroche » dans le tout petit temps.

      Pour le reste, les avantages cités sont réels (cout, simplicité, sécurité, béquille à l »échouage,…).

  6. bonjour, jean-marc, the avant -project is interesting…i wait for the side design of the roof…
    a bientot aurelio

  7. Je ne suis pas convaincu pas le plan anti-dérive de type Astus 16. Mon bateau idéal devant être polyvalent, il faut qu »il puisse faire une petite régate de temps en temps et donc remonter aussi bien que les quillards, comme les Neptunes 6.25.
    Mais c »est sûr que ça simplifie bien les choses. Tu pourrais peut-être prévoir des dérives sabres en option alors.
    L »Ikone a beaucoup de choses intéressantes! J »en ai vu un ce we et ça a l »air sympa!
    Je suis pas pour les wc chimiques sous la couchette. Je serais un peu dégoûté de dormir au dessus des toilettes!

    1. Cessoim50 (Patrick)

      Concernant les ailerons fixes sous les flotteurs, si je me réfère à ma petite expérience (je n »ai ue qq sorties derrière moi), le choix du tricat raid m »a semblé naturelle : « beacher » en toute simplicitté; ces ailerons n »ajoutent pas de tirant d »eau, leur extremité est au même niveau que le plus bas de la coque centrale; ce qui représente un t.e. de 40 cm. Il n »y a pas photo côté simplicité; on peut tirer des bords jusqu »à … la plage !
      Côté performance, il y a une différence importante par rapport à la version avec dérives sabre, principalement dans le virement de bord; sinon, dès qu »il y a suffisament de vent, donc de vitesse, la différence de cap se réduit.

  8. Et pourquoi pas prendre l »idée du Kaïdoz (http://www.kaidoz.com/), le reduire en taille, ajouter deux flotteurs style triptique. Comme ça on a toute la longeur du bateau comme cabine…

    1. Je suis d »accord, avec une mini-cabine dans la pointe avant où on met juste des toilettes et quelques sacs à l »abri.

    2. PHIL (  WINNIE )

      Le Kaïdoz présenté au dernier salon nautique de Paris semble avoir reçu un accueil très mitigé …Le public, étonné, passait assez vite son chemin…Je trouvais plein de bonnes idées dans ce bateau dans sa présentation par la presse.J »avais donc hate de le voir de près.Et là, force est de reconnaître que je n »ai pas été emballé…Sûrement sympa au mouillage…Mais je ne me vois pas dessus en navigation, sans pour autant être objectivement capable d »expliquer pourquoi…

      Encore que…si la structure gonflable est déployée en navigation, le barreur ne voit plus rien de ce qu »il se passe devant son étrave…Les passavants sont quasi inexistants…

      Rebof !

  9. Je trouve le systeme de bras de Ian Farrier plus pratique que les systemes telescopiques, surtout dans les dernieres version. A mon avis il y a pas mal d » idées a prendre sur le Tramp

  10. Richard

    Avec un double toit coulissant, il est peut-être possible de combiné un toit type Edel VI, tu sais comme le Combi des 68tards.

Laisser un commentaire

Fermer le menu