Comparatif Skellig 2 / Drascombe

Comparatif Skellig 2 / Drascombe

Comparatif Drascombe / Skellig 2

Navigations en voile-aviron

Ces dix dernières années, nos navigations se sont faites essentiellement sur des canots voile-avirons.
Exit (pour l’instant) les vrais voiliers de croisière avec leurs 2 mètres de tirant d’eau, leurs budgets d’entretien non compatibles avec les charges familiales actuelles, et surtout, pas assez de temps pour les utiliser à la hauteur de leurs possibilités réelles (le long cours).

Habitant au bord de la mer (à marée haute uniquement !) toute l’année, je navigue 75 à 90 jours par an (week-ends, jours fériés, RTT, vacances).
Vive les canots voile-aviron. Pas de tirant d’eau, la dérive sert de sondeur.
Plus besoin de chantier, on fait tout soit même. Et surtout, on peut les transporter.

Nous naviguons sur 4 plans d’eau différents ; le bassin d’ARCACHON toute l’année, la Bretagne l’été sur la Vilaine, le golfe ou Douarnenez.
Si avec un quillard, la sécurité est au large, avec un canot voile-aviron et ses 20 à 30 cm de tirant d’eau, il y a presque toujours un abri sur la côte.

Depuis cet hiver, je navigue sur un SKELLIG 2 sloop , du chantier PLASMOR de Vannes.
Nous avons fait une vingtaine de sorties ensemble, et mon SKELLIG ne m’a certainement pas encore livré tous ses secrets.

Je voudrais quand même faire un petit comparatif entre le DRASCOMBE (j’en ai eu trois : un Cruiser, un Lugger et un Longboat) et le SKELLIG.

Avantages des DRASCOMBE

  • Je ne reviens pas sur la qualité de construction qui fait du Drascombe un voilier très solide, excessivement cher à produire et à acheter neuf !
  • Pour moi, le plus gros avantage est ce gréement de Yawl qui permet plein de combinaisons, avec cet équilibre sous grand-voile seule, ou sous foc et tapecul.
    J’adore ce gréement pour son esthétique et sa commodité, une fois qu’on l’a bien pris en main.
  • Je conseille fortement d’installer une bôme sur le tapecul pour éviter d’avoir un bateau trop ardent après le vent de travers (la voile se plie). On peut également installer une bôme sur la grand voile pour le portant. J’utilise un bambou qui sert de perche. Nos amis hollandais graduent ce bambou en pieds et l’utilisent également comme sondeur dans les petits fonds !
  • Une bonne paire d’avirons (3 mètres impérativement et pas les 2.5 mètres livrés en série) permet de se passer totalement de moteur H.B. On navigue tout relevé dans 30 cm d’eau, qui dit mieux !
    Je n’ai pas un grand amour pour les moteurs ; ça pue, ça fait du bruit, etc…
  • A titre personnel, je le trouve beau, un peu comme un poème posé sur l’eau.
  • Enfin, une fois pris en main, c’est un vrai vélo, très marin et apte à plein d’aventures.

Inconvénients des DRASCOMBES

  • Attention à la manutention du safran qui est lourd. Quand on se coince les doigts, cela fait très mal.
  • C’est un canot ouvert, non auto-videur. Il faut le bâcher au mouillage, et réduire la toile avant de mettre le liston dans l’eau, sinon c’est la pompe.
  • Ce n’est pas une bête de près (cela ne m’a jamais gêné).

Avantages du SKELLIG

  • Le confort « bourgeois » de la cabine, avec ses 2 couchettes bien longues, ses rangements.
  • Un cockpit vraiment immense et auto videur, très sûr pour les jeunes enfants.
  • Un équilibre sous voiles très correct (version sloop) permettant de naviguer barre amarrée à certaines allures.
  • Une baille à mouillage (pas sur mes DRASCOMBE, je mouillais par le côté)
  • Un prix fort raisonnable.
  • Il est mignon avec ses rondeurs ! Le mien a une coque bleu marine avec les voiles rouges.
  • Une bonne stabilité de forme (pas de lest) mais il faut réduire vite sinon la barre devient dure…
  • Et certainement plein d’autres avantages que je n’ai pas encore découverts !

Inconvénients du SKELLIG

  • Une plage avant rikiki et vraiment « casse-gueule », surtout pour hisser le foc. PLASMOR conseille de passer par la trappe avant, mais il aurait fallu que je suive les conseils de mon épouse concernant certains régimes alimentaires !
  • Les 2 drisses pour la grand voile sont moins commodes que la drisse unique du DRASCOMBE avec son gréement plus apiqué.
  • Une coque pas très protégée dans les fonds, j’aurais bien vu au moins une bande molle !
  • Les espars alu ne sont pas très jolis.
  • Et ça, c’est rédhibitoire !… J’ai mis un moteur hors bord de 4cv car le SKELLIG est trop large pour utiliser une paire d’avirons. Il reste sinon la godille.

Mon bateau idéal …

Et maintenant mon bateau idéal pour un programme identique (ou le SKELLIG 3).

Nota : un bateau c’est un compromis pour un seul programme. Si c’est un compromis pour plusieurs programmes, cela devient bien souvent un bide !

  • La même esthétique que le SKELLIG 2, et le même cockpit, mais en 6.50 mètres de longueur de coque
  • Un aménagement de la cabine similaire au Muscadet
  • Une coque mieux protégée dans les fonds (bande molle)
  • Un gréement de Yawl similaire aux DRASCOMBE.

En conclusion

Le SKELLIG, comme le DRASCOMBE, donnera beaucoup de plaisir à son propriétaire. Ils correspondent parfaitement à leurs programmes de balade, près des côtes, et plus si affinité.

Eric ROUXEL, Andernos, Mars 2007

Cet article a 0 commentaires

  1. Lorsqu »Eric finit par parler de son bateau ideal, étrangement, j »y reconnaitrai presque le Drascombe coaster.

    En effet, son comparatif parle du Lugger (et non du Coaster) et du Skellig 2.

    Pour le Coaster, il retrouverai donc :

    * Une coque de 6,70 mètres (il parle de 6,5)
    * Une fausse quille d »échouage (bois dessous et bronze à l »avant).
    * Une cabine (assez spacieuse quand même)
    * Un grément de Yawl

    Bref, ca correspondrait bien au programme non ?

  2. un nouveau modèle de Drascombe est sortie fin 2006 : le « Drifter 22 ».

    6.50m, cabine pour 2, gréément yawl type drascombe, bi dérive (pas de puit dans les pates), bouille plus ronde que les drascombes classiques.

    Mais, sûrement très cher en neuf !

  3. nouveau proprio le long boat fait l »unanimitée de 5 a 78 ans
    ideal pour interesser les ados pas encore afutés

    1. mamiwata fait l »hunanimitée des ados

  4. Lest ou pas lest ?

    Bonjour. Je suis très séduit par le côté rustique et facile (transport, gréement, entretien) de ces bateaux (notamment le skellig 2.2 à cause de sa petite cabine) mais je m'interroge sur l'absence de lest sur cette taille de bateau et sur leur propension à rentrer à la maison si le temps se dégrade. Est-ce bien raisonnable de naviguer au large sur une coque facilement chavirable ?  Les quelques récits sinistres sur le sujet me font réfléchir. J'aimerai avoir l'avis de randonneur expérimentés. Merci

  5. Stabilité Skellig 2

    Le skellig 2 peut il devenir dangeureux si le vend monte subitement ?

    Merci de vos expèriences.

    1. babar74

      Stabilité Skellig 2

      @ Jmvitto1 :C »est un dériveur intégral à stabilité de forme donc pas de lest pour te remettre à l »endroit si tu fais un toît (comme un multicoque )

      Ceci-dit c »est un excellent randonneur et tu trouvera pas mal de témoignages sur le site des Skellig:

      http://www.skellig-club.new.fr/

      Mes expériences personnelles en méditerranée ou le vent monte souvent brusquement: à F5 tu commence à songer à te planquer mais tu reste manoeuvrant avec un ris dans la grande voile et le foc enroulé de mointié. A F6, il est temps de te planquer vraiment car le clapot commence à devenir important, et le problème c »est bien plus la mer que le vent. Il est en cohérence avec sa catégorie de navigation et particulièrement bien adapté au concept de randonné nautique cher à ce site

       

  6. skellig 2

    Merci Babar pour tes infos. Très intéressant. Pouvoir tenir le Skellig à F5……c'est déjà pas mal. A plus reste peut être de tout affaler et de finir au moteur…si une vague renverse pas le rafiot ?

    Concernant les performances, est ce que le Skellig donne des performances raisonnables pour sa taille ?

    Matage, Dématage, je suppose que ça se fait facilement seul, ainsi que la mise à l'eau ?

    IL est bien autovideur ?

     

    1. babar74

      skellig 2

      @ Jmvitto1 :au niveau des performances avec du vent tu peut tabler sur une vitesse comprise entre 4.5 nds et 5 nds. Avec la version sloup tu tire des bords réels à 50° (60° pour le Lougre). Sinon c'est un voilier particulièrement stable pour sa taille (tu monte debout sur le plabord sans aucun problème), et le risque de chavirage si il est bien réel n'a rien de comparable avec celui d'un dériveur léger. Essaye le ! c'est comme ça qu'il ma conquit smile

       

      Pour le matage et mise à l'eau: depuis mon jardin avec le mat dans ses jumelles avec haubants et drisses à poste, 40 minutes pour qu'il soit sur le ponton prêt à partir. La mise à l'eau en soi c'est quelques minutes (regarde sur le site de Plasmor), et le matage pareille, réalisé tout en solitaire. C'était pour moi un argument essentiel puisque cela me permet de naviguer au grès de mes envies sans avoir de place de port. Je le tire avec ma Logan sans problème (2 fois la Corse et 1 fois la Bretagne depuis la Haute-Savoie)

      Pour moi son concurrent direct c'était le Tabasco, mais beaucoup trop surcoté et cockpit un peu petit…

    2. skellig 2

      @ Jmvitto1 : Il y a une dizaine d'années, "Voiles Magazine" avait fait un comparatif entre plusieurs bateaux de randonnée de 5.50 m.

      Pour comparer la stabilité, ils mettaient des équipiers sur le plat-bord (bateau amarré au ponton), jusqu'à ce que ce soit plus tenable.

      Celui qui était le moins stable était le Globe 5.50 (avec deux équipiers).

      Celui qui avait été déclaré le plus stable était le Skellig 2 (avec cinq équipiers). C'était assez surprenant, car le Skellig 2 était le seul de ces bateaux à ne pas être lesté.

       

      Moi, j'ai fait mon test personnel de stabilité, qui consiste, lors des rassemblement de vieux gréements, à passer d'un bateau à l'autre, lors qu'ils sont à couple, le long d'un ponton.

      Quelquefois, on a des surprises !

      Et bien, la surprise que j'ai eu en passant sur le Skellig, c'est que ça ne bouge pratiquement pas. Pas plus que si on posait le pied sur le ponton lui-même.

      Cela dit, quand on regarde la largeur du bateau, on comprend pourquoi ça ne bouge pas…

      1. skellig 2

        oui mais attention a la stabilité initiale,elle est parfois très trompeuse,il  faut voir la courbe et la il y a des surprises,

  7. skellig 2

    Dis Babar, sur le forum skellig dont tu m'as communiqué l'adresse, dans quelle rubrique je trouve les témoignages…..

    merci.

    1. babar74

      skellig 2

      @ Jmvitto1 :sur le forum, regarde à "Corse" tu verra quelques photos de mes ballades !

  8. skellig

    BABAR 74, tu habites sur où ? POur éventuelle rencontre.

    1. babar74

      skellig

      @ Jmvitto1 :à Sciez près de Thonon-les-Bains, et toi ?

  9. skellig

    Babar….j'habite la porte à coté de chez toi…….dans les environs de Bordeaux !!!!!!!!!

    1. babar74

      skellig

      @ Jmvitto1 :c'est le pays de mes ancètres !!! Tu a Grace qui est sur le forum des Skellig et qui est déjà beaucoup moins loin, en plus c'est un mec sympa smile

      1. Grace

        skellig

        Bonjour Babar,
        Bonjour JM Vitto,

        Je suis sur Bordeaux et mon Skellig 2 est au port de Royan. Si JM Vitto est motivé, je peux organiser une petite sortie avant l'hiver. Me contacter sans tarder à thierry_17640@hotmail.fr

        Grace

  10. essai skellig

    Thierry très intéressé par proposition pour essayer Skellig.

    Je vous ai envoyé message directement sur votre boite mail.

  11. drascombe coaster !

    je pense qu'il est bien plus sécurisant sur le coaster en cas de chavirement de se redresser car il est plus étroit roof plus haut et cokpit beaucoup plus petit !!! mat plus cour aussi!  je pense meme qu'il serait presque impossible de tenir debout a l'envers ! par contre le skellig je doute qu'il soit instable à l'envers !! perplexed ? il faudrait faire l'expérience !!

     

Laisser un commentaire

Fermer le menu