Little Bigornick : les propositions de plans

Little Bigornick : les propositions de plans

This entry is part 1 of 3 in the series Little Bigornick

(suite de la page « Evolving Little Bigornick » qui commençait à être un peu trop longue)

Ce n’est pas un plan, mais plusieurs, qui vont sortir de tout ça :

– le plan d’origine de Yann, « pur sharpie » (qui serait prêt depuis longtemps si je (eric) n’avais pas « foutu la zone » avec mes histoires d’étrave amoureusement arrondie),

– un plan avec étrave arrondie développable en CP. On a autant de mal que notre correspondant anglais avec celle de Polly Wee, on est à l’extrême limite du développable, et la bonne volonté – du contreplaqué comme des logiciels de dessin de plans – a des limites…

– et donc un autre plan à étrave arrondie – mais en trichant un peu, avec de la mousse sculptée ou du strip planking – rapportée sur une coque de sharpie. (En fait, depuis, ça a évolué en une coque avec brion ET bouchains arrondis en strip planking, style Drifter17 Gumprecht).

pour patienter, quelques considérations sur la forme de l’étrave :

Analyse des formes du Premise24 de Chris Waite

(par eric17)

En attendant le plan de Yann (et ma maquette), une petite étude des formes du Premise 24, pour comprendre comment cette coque est formée, et les difficultés qui s’ensuivent… J’ai choisi le Premise 24 plutôt que le 12′ ou le 16′ parce que les courbes sont plus accentuées… et que j’ai davantage de photos !

(Pour les visiteurs d’Outre Manche : http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=fr&tl=en&u=http%3A%2F%2Fwww.nauticaltrek.com%2F12697-little-bigornick-les-propositions-de-plans )…

Désolé les gars, ça n’est toujours pas du Shakespeare …. sheepish

Le principe de base est celui du développement cylindrique : toutes les feuilles de CP sont cintrées, avec courbure (« directrice ») dans une seule dimension… et donc dans l’autre dimension, on aura des lignes droites, les « génératrices » de ces courbures. Et en l’occurence pour cette première approche, ces génératrices sont parallèles entre elles pour toutes les parties de la coque, ce qui simplifie pas mal le dessin.

La coque est donc un assemblage de différentes sections courbes et de quelques sections plates pour faire la jonction:

Les parties plates sont en bleu sur le croquis, la muraille et la partie courbée du fond en vert, le brion en rose. La marote (apron) permet de garder le même angle à la muraille, contrairement à l’étrave inversée du Premise24.

Ce brion est une section de cylindre, dont la courbure est déterminée par le tracé de l’étrave. C’est à dire que le brion relativement dur (= à rayon de courbure très court) choisi dans les premiers plans va être très difficile à obtenir par cette méthode : le rayon de courbure du cylindre devrait être beaucoup trop court pour du contreplaqué « normal », ça va craquer ….

La ligne du bouchain est donc déterminée par l’intersection de deux surfaces courbes à développement cylindrique, le brion et la muraille : on ne peut pas la prédéterminer au pif et espérér « que ça passera », c’est la base des difficultés de Chris pour la construction de son bateau (et de moi-même pour la maquette).

Pour que « ça ne casse pas » (cad rayon de courbure admissible pour le contreplaqué), il faudra sans doute que ce bouchain soit assez haut, et l’étrave bien ronde….

Les sections transversales devraient donc donner une série de courbes identique (mais décalées) pour le brion. Hum… c’est ça que j’ai la flemme de faire (faut tracer tout le plan ..), et que je demande avec insistance à Yann … dont le logiciel « fait de la résistance » …

On devrait donc pouvoir, sans trop de difficultés, tracer ces plans, et en particulier déterminer l’intersection de deux surfaces courbes que constitue le bouchain, sur papier ou grâce à un logiciel. Et donc ensuite fabriquer un moule mâle (comme celui du BayCruiser 20 ou du Hartley14) qui permettrait de mettre en place les feuilles de contreplaqué pour obtenir la forme prévue.


Le logiciel de Yann a l’air de préférer les développements coniques aux développement cylindriques : en fait, ça ne change pas grand chose …

Mais si l’on regarde le bateau de Chris, on s’aperçoit que le contreplaqué a considérablement « travaillé », s’est déformé par compression et étirement, pour donner une évolution des courbes plus progressive que sur la maquette, parfois même en contradiction avec celle-ci :

Là où on devrait avoir des génératrices rectilignes, on observe effectivement des courbures plus ou moins marquées, et même des formes pincées et concaves au niveau de l’étrave, qui devait en théorie être partout convexe.

Torturer le contreplaqué, c’est à dire lui faire suivre une double courbure, et des formes non développables, n’est jamais facile : ça demande des forces énormes, et entraîne très souvent des craquements, et probablement des micro-fractures internes bien avant que le contreplaqué ne se casse pour de bon.

Par contre ça permettrait de répartir sur une plus grande surface les courbures désirées, de créer ainsi des zones de transition entre les panneaux et d’éviter de fortes ruptures de courbes.

Euh …. entre les bobosses du CP torturé et les cabosses dues à l’assemblages des divers panneaux courbes, je ne sais pas ce qui est préférable… La méthode des « ailes » employée sur le CoreSound 20 semble être un bon compromis, avec des formes moins accentuées que sur le Premise24, et une meilleure répartition des tensions.

Hébé, dessiner un « paletot de canard gras » et un « tripalium romain » (le tout rebaptisé « Spread Eagle » par Chris, d’après un mode d’exécution employé parait-il par les Vikings : même outil, et même résultat : de gentils garçons, mais un peu brusques, parfois …) pour obtenir ces formes, ça ne va pas être de la tarte !!! Réussir du premier coup serait un vrai coup de chance ….

Vous comprenez pourquoi Yann voudrait revenir à un brion élégant, mais en mousse sculptée ? sheepish

De mon côté je m’obstine, mais avec de plus en plus de doutes …

Dernières nouvelles :

Chris est d’accord avec mon analyse sur les formes de la coque, comme sur le principe « ailes CoreSound20 + tripalium » qui laisse plus de liberté au CP, et qui lui semble préférable à un moule rigide type Hartley14 ou BayCruiser20.

Effectivement, d’une part ce moule complet pourrait être utile pour une construction en série, mais présente beaucoup de travail et de matière pour une construction unique. Et d’autre part, il ne laisse aucune liberté de mouvement au contreplaqué, et ne permet pas de répartir les tensions, torsions, compressions et étirements…

Donc Chris nous encourage à persévérer. Sa coque est quasiment finie, avec un coup de ponceuse sur les bobosses et quelques couches de tissus et de résine ça devrait très bien aller.

Etape suivante : les cloisons.

Nouveaux commentaires de Chris, du 2 février 2012 :


[quote]Je pense que la vraie difficulté est de faire remonter le brion jusqu’au bouchain à partir d’un fond complètement plat. J’ai remarqué qu’avec le 6 mm, même s’il peut être avec succès «torturé» pour produire une courbe, le CP tend à s’aplatir très rapidement et ne maintient pas cette courbure sur la longueur. C’est un peu décevant car cela signifie que l’utilisation subtile de zones planes triangulaires combinées avec les différentes courbes, cylindres, cônes, spirales, ou autres, ne produit pas vraiment la coque galbée théoriquement possible.

Le principe est de continuer à pousser et tirer le matériau jusqu’à ce qu’il soit contraint à ressembler à votre idée, puis de rapidement le piéger dans l’époxy comme une mouche dans l’ambre..

Quoi qu’il en soit, maintenant que l’insaisissable brion galbé est une sorte de réalité, est-ce la fin de l’exercice?[/quote]

Réponse de Eric : certainement pas !! Je n’ai même pas eu le temps de gâcher une seule feuille de contreplaqué (juste des restes de 3mm et quelques feuilles de carton … + un peu de colle et de mastic), pour le moment un côté de la maquette ressemble bien à la foutue « idée » (l’autre côté, trop impatient, j’ai un peu trop appuyé dessus pendant le collage, mais c’est en cours de réparation).

Mais c’est sur que le CP, avec le nerf naturel de ses fibres, ne va pas obéir comme le carton, même version luxe pour « maquettes d’architecture ». Un escargot (même marin et petit) qui refuserait de s’enrouler, ça serait énervant, quand même.

La coque obtenue par Chris a un air de famille avec la maquette, mais aussi quelques différences (en fait ça ressemble davantage à la maquette du Premise24 : sans doute une histoire de focale de l’appareil photo…)

Pour la difficulté à « faire remonter le brion à partir d’un fond complètement plat », ça n’est pas un problème du tout : il n’y a qu’à tourner le bateau, pardi, et ça devient un fond incliné !

En rajoutant une marote, on se retrouve avec la même torsion que sur le BayCruiser20 … Donc c’est faisable, la preuve !

Pour simplifier la construction, la solution serait-elle de préfabriquer deux portions de cylindre, en 2 plis (3mm) contrecollés suivant la méthode Cylinder Mold de Kurt Hughes (la zone rose du schéma plus haut dans cette page, x 2), puis de les assembler par scarfs au reste plat du fond (en 6mm) ?

Je ne sais pas trop si ça s’harmoniserait avec le reste de la coque.. Le « Spread Eagle » devrait malgré tout donner de meilleures transitions entre les parties courbes et plates (surtout avec un bon CP multiplis, un peu moins caractériel et imprévisible que le 3mm 3 plis basique).

(Remarque : ne cherchez pas trop « spread eagle » sur Google, en plus d’une figure d’héraldique ou de patinage artistique, c’est encore un truc de bondage SM : ce topic est définitivement voué aux tortures et autres mauvais traitements !!)

Je continue avec la « turlute bigorniquée » (qui n’est pas une figure Kamasutra/SM, du moins à ma connaissance), mais sans aucune idée sur la façon de prévoir les déformations, avec le spread eagle. En effet, comme le dit E. Conrath, de Arwen Marine : [quote]En cousu-collé, les bordés ne sont pas contraints par un mannequin à prendre précisément la forme voulue, et cela fait partie de la mise au point de chaque plan, qui inclut la construction de plusieurs coques[/quote] Alors si en plus on les tortille, ces bordés …

Mais quand même, plusieurs coques

3/2/12 : La Maquette du « Wee Winkle » de Eric17

(ou « Bigornickick Chriswaité à brion en CP développé turluto-cylindrique »)

(Le sous-titre, c’est juste pour embêter le traducteur Google ! je dois modifier la plupart des phrases pour qu’il comprenne, mais ça ne fonctionne jamais, alors là : je me défoule ! Bon, WeeWee, même si ça sonne un peu Calimero, c’est quand même plus court, et il n’y a rien à traduire..)

Alors ça y est, elle est enfin terminée, cette fichue maquette : le 2ème côté (babord) sur lequel j’avais trop appuyé pendant le collage, et qui était un peu trop enfoncé, est réparé, j’ai mis une couche d’apprêt gris partout pour cacher la misère.

(Il faudrait juste que je trouve un meilleur éclairage pour mieux montrer les reliefs)

Pour le moment, ça ressemble à l’idée, ça correspond à mon analyse plano-cylindrico-bidule !

Bon, c’est pas vilain, mais ce n’est pas entièrement satisfaisant non plus : un peu trop carré comme section au maître bau, et un peu « tronche à piquer des gaufrettes » de l’avant (quelqu’un, dans ma tribu, disait ça des gens aux joues creuses) : cet avant, fait de 2 portions de cylindre, ne fait pas de très jolies joues, mais je m’y attendais un peu …

 

 

En plus, pour garder le développement cylindrique des murailles, j’ai fait la marotte très large : ça ne choque pas trop…

Pour le franc bord, c’est une version intermédiaire entre la 1ère et la dernière version de Yann, j’avais déjà collé l’armature CP quand il a sorti la dernière, et j’ai un peu moins réduit la hauteur que lui.

Pour la suite, je ne sais pas :

– tracer les génératrices pour montrer les formes, ou les dessiner sur les photos, comme sur la maquette du Premise24 ?
Et ensuite relever les plans, surtout le tracé des bordés & bouchains, mais je n’ai pas une confiance énorme dans la précision de cette foutue maquette. La ligne de flottaison au niveau laser, ça ne donne pas aussi bien que je l’aurais pensé en photo. Mais sur l’arrière, c’est la même courbe que sur le plan de Yann, et à partir du bouchain, c’est bien une ligne droite vers l’étrave (ou la marote). Pour les sections verticales, ça correspond bien aussi à l’idée : la pente de la muraille déterminée par Yann pour les hauts, et une jolie courbe pour les fonds, impec ! C’est assez normal, j’ai roulé le carton autour d’un tube pour obtenir cette courbure.

(j’ai compris pourquoi ça ne fait pas un trait rouge sur les photos : bien que le flash soit arrêté, ça me fait le truc « anti yeux rouges » et ça vire le rouge de l’image ! elle est où la notice de ce bidule ??)

En tout cas, le fond n’a pas le tracé de limace tordue du plan de Yann du § en dessous, c’est quasiment droit sur la ligne de bouchain, pour le fond, et ça suit une courbe très douce pour la muraille, sans aucune sinuosité serpentine ni d’un côté ni de l’autre ! Mais comme j’ai rectifié cette ligne au cutter, une fois l’arrière collé, pour que ça s’ajuste pil-poil sur l’avant, je n’ai pas pu en faire le relevé avant collage…

Pour avoir une courbure raisonnable du brion, j’ai mis un assez grand rayon de courbure à l’étrave, et le bouchain remonte un peu au dessus du 1/3 de l’étrave. Comme le brion et la muraille sont parfaitement dans le même plan à l’étrave (et même sur une bonne longueur vers l’arrière, sur 7.5 cm à peu près au 1/10), ça ne choque pas du tout, ce morceau là est bien réussi !

– ou mettre des baguettes de bois pour faire les listons, et un peu de couleur, pour voir si ça allège la silhouette ? (pour trouver une bombe « framboise écrasée », ça va être facile, tiens !!)

Dans ce cas il faudrait rajouter le roof pour avoir une vue d’ensemble. Et pour continuer cette création collective, je voudrais ton avis, Yann, sur ma question du commentaire N° 3, plus bas ci-dessous, au sujet de la largeur du roof : pleine largeur ou avec passavants ? On trouvera bien une combine pour manoeuvrer la dérive, avec un roof « pleine largeur »….

Commentaire de Yann : ça a l’air pas mal du tout!!! c’est vrai que ça fait un peu carré au maître bau mais ça lui fait son petit charme aussi, moi j’aime bien en tout cas. En plus ça garde son coté « sharpie bonne bouille de baroudeur », qui ne paye pas de mine mais qui ne chie pas la honte par rapport aux machins de série !

Pour le roof, je n’aime pas trop les roofs « corsaire », je trouve les roofs classiques plus esthétiques, en plus même si le passavant ne sert pas vraiment pour aller se trimbaler sur la plage avant, ça crée une sorte de redan augmentant la rigidité de la structure, ça permet aussi de ménager une petite place pour la godille. Un type de roof que j’aime bien aussi, c’est le roof classique des cat-boats américains avec l’avant arrondi, mais c’est un peu plus long a fabriquer…

Réponse de Eric :

Oui, ils sont pas mal, les roofs des Catboats… Mais le principe de ce petit Folkboat Jr donnerait à la fois raideur et volume intérieur. Je vais voir de ce côté là, ça laissera toujours un peu de place pour ranger la godille (même s’il faut pour celà faire une godille courbe « à la chinoise » !).

Commentaire de Chris :

[quote]Félicitations, Eric : c’est exactement le Premise* ! Ce principe de brion semble s’appliquer à n’importe quelle taille de Sharpie, suivant vos besoins.

Maintenant, j’attends de voir si vous trouvez un meilleur moyen d’amener le contreplaqué à se soumettre à vos rêves …

Dois-je dire « bonne chance » ?[/quote]

* ce qui, soit dit en passant, veut aussi dire « principe » : je ne sais pas si google va trouver cette astuce là … j’en doute !!

Réponse de Eric :

C’est bizarre, je sens à la fois, dans la dernière phrase, un encouragement sincère, et comme un petit sourire, genre « à toi de t’emmerder, maintenant, mon gars » large smile large smile

J’ai trois solutions : « Spread Eagle« , « Cylinder mold & Scarfs« , « Moule Complet BC20 / H14« . La dernière n’est pas drôle, et va consommer beaucoup trop de bois pour une construction unique… (à moins qu’il n’y ait d’autres volontaires ??)

Avant d’entamer les manoeuvres de séduction (et peut-être un cierge ? ou des incantations chamaniques ?), faut que je me trouve un local, maintenant … Et le papier millimétré, pour commencer. Il est où, celui là ?

On va bien trouver un moyen de l’avoir, la Foutue Courbure Gaussienne du Brion de Ouin-Ouin !!

26/01/12 De Yann : Etrave en Mousse Shapée


Cette foutue étrave tortitriturée me donne des cauchemards, la nuit je suis réveillé par d’effroyables craquements de CP à l’agonie!, donc je vais faire une petite pause pour bosser sur ma version Sharpie shapé qui fait beaucoup moins souffrir les planches je reviendrai un peu plus tard sur la version Polly wee, voici quelques esquisses de forme et de sructure mais il y a encore pas mal de taff…

eric17 :

à noter une modification du même genre par Don Baldwinson sur un Bolger Micro , avec d’abord rallongement de l’étrave (qui, de carrée, devient pointue), puis dans un 2ème temps modification de la quille, remplissage avec de la mousse puis mise en forme du brion. Le but était de diminuer les chocs, vraiment pénibles, en particulier au mouillage. La guibre, j’aime moins…

 

 

Le cas ne semble pas unique, mais j’ai perdu le lien pour cette autre modif.

Point commun à ces 2 modifs : le brion carré s’harmonise assez mal avec la courbure quasi cylindrique du remplissage en mousse.

De Yann toujours (01/02/12) : Etrave et Bouchain Strip Planqués « alla Gumprecht »

 

Avec un bouchain large en strip planking, à mon avis, ça pourrait aussi le faire, aussi rapidement que la version de Chris, tout en gardant la maîtrise de l’homogénéité du matériau, avec un contrôle parfait des formes.
Pour la méthode, je verrais bien de faire la sole et le bouchain a l’envers sur un moule, ensuite retourner le tout (stratifier éventuellement l’interieur du baquet), y mettre les cloisons, les lisses, le pont et tout le reste pour finir comme sur bigornick par le bordé supérieur…

Je la vois bien cette version là aussi, non?

Commentaire de Eric : Yoh, Man ! (Comme si moi j’allais dire du mal de la méthode Gumprecht )

très joli en effet, pas de risques de craquements sinistres (ou « crackastrophe« , suivant les termes de Chris), une très jolie forme (Il faudrait voir comment ont été construits les Egret à bouchains arrondis, tiens, j’ai vu ça passer, un jour : sacré bateau… ).

A propos de catastrophe, passez voir ce qui est arrivé à Chris Partridge (un des amis de Chris Waite) avec son Bee

Et pourtant le brion du Bee n’est pas bombé comme celui de Polly Wee, juste vrillé ! Avec un brion plutôt concave (comme ceux du Montaubin ou du Flint de Ross Lilistone, Bayside Wooden Boats. Mais on verra ça plus tard, d’accord ?)

De Yann, perspectives du jeudi (2/2/12) :

ça donne rien en capture d’écran pour la 3D fils de fer, mais ça fait super classe en film quand le bateau tourne à l’infini en flottant dans l’espace. J’ai aussi avancé sur la structure, que je vais importer sur la plateforme 3D pour voir si y’a pas de bouts de bois qui dépassent.

Je la trouve vraiment chouette aussi cette version strip planquée!

Commentaire de eric : Pas mal – pas mal, Yann !! Ton logiciel permet il de mettre des surfaces entre les « fils de fer » (wires, rhooo !!), pour qu’on puisse nous aussi voir le vaisseau de l’espace ? Tiens, on dirait que tu as augmenté le bouge (camber) du roof ?

Faire une 2ème maquette ?? (avec les baguettes de bois achetées pour celle du PP17 !) … Non, je continue d’abord le projet WeeWee tout CP, sinon ça ne sera jamais fini !

Convergences !

Trouvé sur le net : Eve 16″, du constructeur australien Ross Lillistone. Ce bateau, qui semble de loin construit à clins, a en fait un fond en strip planking, ce que semble faciliter la construction.


Là où les coïncidences deviennent amusantes, c’est que le bateau personnel de Ross est un Bolger Micro, l’archétype des PBR, et que son dernier plan est baptisé « Periwinkle » !!

Il nous présente en plus, des reflexions intéressantes sur les coques à fond plat ou en V.

08/02/12 : Nouvelles d’Outre-Manche

ça avance sur le front anglais, Chris a posé 2 cloisons, et attaque les water ballasts (Ah flûte, c’est ballot, ça c’est sur une autre page, et qui en plus est toujours vierge, à part quelques âneries … pas eu le temps, désolé).

La cloison avant montre bien la courbure (= section de cylindre) du fameux brion !

ça commence assez fort, par des considérations anatomiques sur le cloaque ( = « trou à tout faire », du latin Cloaca, égout) des oiseaux et autres animaux moins évolués que les mammifères, pour revenir, assez vite quand même, au positionnement du trou en question, dans l’aileron du Polly Wee.

Chris a par ailleurs mis son petit groupe au courant de nos échanges, et mis en lien les pages « Little Bigornick » : Bienvenue aux visiteurs de HBBR, cela fait longtemps que je surveille vos créations, sur vos différents sites web ! Si cela peut vous consoler, Google est aussi mal à l’aise avec l’humour anglais qu’avec le « langage familier » français (Ce truc est franchement nul, il faudrait qu’ils fassent un effort !!).

Mais il faut préciser que ce projet est réalisé en tandem : Yann a fourni le plan de départ, un sharpie, petit frère du Bigornick (et ici, ou surtout ), et mon rôle (eric) a surtout été de perturber son travail en cherchant à modifier le brion, suivant la méthode proposée par Chris ! (Ce qui fait du « Little Bigornick à étrave tortiturée » une création internationale et tricéphale, si si !!)

@Paul : le Little Bigornick (comme les 100 Micro-Cruisers et nouveaux Funny Wee Boats du catalogue), fera 2 pieds de plus que Polly Wee, ce qui permettra d’installer une mini cabine. Difficile de mettre plus qu’un microscopique abri, style Scamp, dans 12 pieds …

Et pourtant Chris envisage de mettre quelque chose dans le même style que le roof du Tit Willow, mais qui soit assez court pour qu’on puisse enlever le mât (non étayé) depuis le cockpit.

Ce qui commence à faire beaucoup de points communs entre mes projets et les réalisations de Chris, je trouve !! Octavia ressemblait déjà étonnament à certains de mes croquis, et ça continue avec Polly Wee … (OK, Phil, lui, il les a construits, bon, pfff ..).

PS : les commentaires anglophones sont acceptés !!

re PS : les dernières nouvelles sont sur l’ancienne page « Evolving Little Bigornick », § « 23/02/12 cloisons & renforts » …

Je sais plus où rajouter des bouts, pour que ça reste à peu près logique et lisible, entre toutes ces pages…. Déja que ré-intégrer le contenu des commentaires (directs ou cross linked) dans la page principale, c’est pas toujours très facile à suivre, ni très élégant comme rédaction …

20/02/12 : Un rapprochement inattendu avec Phil Bolger !

Un peu coincé dans l’avancement du projet « Little Bigornick à étrave machin » (aussi bien en théorie qu’en pratique), je (eric17) suis allé m’amuser avec les projets de Sharpie Hybride de Jacques. Et, oh surprise, en approfondissant une information communiquée par Jérôme, je suis tombé sur un projet quasiment identique au Premise – Little Bigo dans les archives de Phil Bolger !

Le gourou américain a dessiné des étrave exactement suivant le même principe, sur 2 ou même 3 de ses innombrables plans !

Le NewEnglandFishingBoat est très proche, malgré un léger dièdre des fonds, qui permet d’avoir une certaine cambrure longitudinale :

Le Tahiti ressemble à un « Paradox géant à étrave tornitrurée », bien que ça soit une grosse vedette à moteur, d’une 10aine de mètres. Mais là où ça devient amusant, c’est quand on voit que la courbure du brion, parfaitement représentée en 3D sur la vue de 3/4 avant, a été interprétée de façon erronée par le logiciel, quand il s’est agi de tracer les sections verticales (sur la vue de face, en bas à gauche) ! En fait on retrouve exactement les mêmes courbes que celles obtenues par le logiciel de Yann, cad des obliques +/- inclinées, au lieu des sections d’un même cylindre !! Le logiciel a vraiment du mal, avec ce mode de développement des surfaces…

Et enfin, 3ème surprise, une synthèse entre le projet Yann/Eric et celui de Jacques, avec le Plane+Row-Dingy (ce n’est pas moi qui ai oublié le H), un « Premise avec box keel » :

En enlevant cette box keel, on retrouve exactement le Premise, à un détail près : je ne vois pas comment il peut obtenir ce brion rectangulaire, avec un développement cylindrique. Normalement, le bas de l’étrave est une section oblique de ce cylindre, donc une portion d’éllipse. Bon, tant qu’à tortiller le CP, pourquoi pas le torturer un peu, mais cette forme là n’est certainement pas développable !!

Comme le fait remarquer Chris Waite, il eut été étonnant que Phil Bolger, qui pendant la totalité de sa carrière a recherché de nouvelles formes, n’ait pas expérimenté celles-là ! Il n’y a rien de nouveau sous le soleil, ma bonne dame …

Le hic : pas moyen de trouver des renseignements sur ce bateau, sur aucun des sites dédiés aux plans Bolger (explorer tous les forums Yahoo demanderait des mois : sur l’un d’eux, il y a 7 volumes d’archives !!)… Il faudrait au moins le N° du plan …

Un autre constructeur sur plan Bolger a eu la même idée, sur le fil Woodenboat « Bolger Robin Jean« , Tom Painter (croisé par Jacques sur un autre fil) présente #1 & 8 une ébauche de plan et une maquette d’un slightly more « advanced » sharpie. Oui, une maquette, parce qu’il n’a pas réussi à faire comprendre ce principe par Delftship, lui non plus ! Les lignes, sous l’eau, sont exactement celles du Old Shoe (modèle réduit du fameux Bolger Micro), quille et tonture ont été prolongées pour former une étrave pointue

Une autre application du « Principe »

Par Steve Clark, sur le forum Sailing Anarchy consacré au IC, CANOE INTERNATIONAL : DC Designs – Sailing Anarchy Forums – Page 7 et Page 15 (mais en fait ce fil fait 96 pages : je n’ai pas tout lu …). D’abord la maquette (les maquettes), puis en vraie grandeur :

On voit très bien les génératrices complètement droites du brion, ainsi que la courbure des sections verticales. Même si dans ce cas le brion représente quasiment la moitié du bateau ! Contrairement au Premise, le double cylindre du brion évolue ici vers un autre cylindre, dans l’axe du bateau celui ci : il va falloir étudier cette transition, je n’ai pas tout compris. Un petit bouchain forme la muraille.

En fait, il n’y a pas de hasard : Chris a pas mal navigué sur ces engins autrefois, et l’étrave triangulaire des IC est sans doute une de ses sources d’inspiration… même s’il trouve la forme générale du bateau plutôt moche !!

Avec un peu plus de franc-bord, ces formes seraient tout à fait applicables à un trimaran (mais je ne vois pas comment obtenir un peu de cambrure, en particulier sur l’arrière, avec ces formes… : on ne peut pas toujours aller au planing, comme ces engins là !).

Et enfin, pour revenir à un des bateaux qui m’ont inspiré, une rare image des dessous du BayCruiser 20 (ou BR20, c’est la même coque. Ou est-ce un 17′ ?) de Swallowboats, pendant un test de redressement : on y voit très bien la partie cylindrique du brion.

Le forum des constructeurs de kits de Swallowboats Home Builders Area donne quelques informations sur la réalisation de ces formes sur le BayRaider17, effectivement pas si facile. Le Concessionnaire australien (Denman) communique sa combine : faire venir le CP contre le berceau avec des vis, des lattes et de la colle-mastic (pour que ça tienne pendant la fin de la construction, après enlèvement des vis pour finir l’intérieur) !

Toujours de chez Denman, une photo des tests de redressement du Br20, et une du BC23 à l’envers pendant sa construction.

13/03/12 Nouvelles du front anglais

(où ça avance bien, mais avec quelques surprises ..)

Après avoir fixé le puits de dérive, Chris a retourné son bateau, pour achever l’extérieur et les dessous. Et a eu du même coup l’explication d’un craquement sinistre entendu lorsque le conformateur (le fameux tripalium) a sauté en l’air, pendant la mise en forme du brion. La fente qui permet d’avoir une forme en V au niveau du brion (le raccord entre les 2 portions de cylindre), s’est tout bonnement allongée de 35 cm vers l’arrière. La fracture n’est pas tout à fait rectiligne, mais comme dit Chris :  » c’est pas trop mal, pour un premier essais ! ». En fait, cette fissure a du absorber pas mal de tensions, tout est resté bien en place et bien collé à l’intérieur, la forme correspond toujour, à un poil près (bon, 3 ou 4 poils, peut-être), à ce qui était prévu. Si bien qu’il n’y a pas à s’inquiéter pour si peu, une lichette d’époxy viendra à bout du problème.

Les dessous sont donc prêts à recevoir leur habillage de draps de lit coton-polyester + epoxy


L’évacuation des ballasts a été scellée dans l’aileron… qui du coup prend un petit air de box keel !!

(pas bien épaisse quand même, la boite, mais ce « box skeg » augmente encore l’air de famille avec le Plane+Row-Dingy de Bolger)

21/03/12 : « Premise » = quasiment fini !

enfin : la coque…

et ça me plait assez …..

Comme le laissait supposer la maquette de Chris (03/01/12 page précédente), la sole est assez étroite, ce qui ne va pas donner une très bonne stabilité initiale. Le brion arrondi est bien plus important que sur ma maquette à moi, ce qui correspond bien au grand rayon observé de profil (qui se continue jusqu’en haut de l’étrave, lègèrement inversée). Sous les diverses contraintes, le cylindre est devenu très légèrement concave, ce qui parait inévitable avec une construction sans moule. Mais les craquement et autres bobosses ont été parfaitement rattrapés, impec !

Du coup, vu de dessous, le fond présente une partie conique sur l’avant, suivie d’une partie rectangulaire (exactement comme sur les IC, Canoë International) : pas très joli comme transition (photo du milieu). Espéront que la stabilité du navire ne permettra pas de le voir trop souvent sous cet angle là….

Le seul truc moins convaincant est à mon goût le tableau arrière : cet arrondi n’apporte pas grand chose ni à l’esthétique, ni je pense aux performances, ni surtout en stabilité. J’aime bien l’arrière « fer à repasser », en fait !!

Il faudrait une vue de profil (et dans la micro-cour de Chris, ça ne va pas être possible pour le moment), mais j’aimerais bien avoir un peu plus de volume sur l’arrière, donc plus de cambrure à cet endroit (c’est peut-être une contagion, après étude prolongée des plans Montaubin, mais aussi du Sardine Run, pour le projet PP17 !).

La plupart des aménagements intérieurs doivent être en place, seul doivent manquer le pontage avant, et le roof : il devrait ressembler à celui du Tit Willow, s’il est fait en bois. Mais rien n’est décidé, ce sera peut-être une capote en toile.

J’ai vraiment hâte de voir tout ça sur l’eau !

23/03 : Réponse de Chris à mes critiques sur son tableau arrondi

dans un mail intitulé « Sterns and Stuff », Chris écrit :

En fait en Grande-Bretagne il y a une phrase: “Made of sterner stuff”, qui signifie tout à fait « fort », « résilient » et peut-être « féroce ».
Laissez-moi vous expliquer que ce développement d’un Sharpie est destiné à refléter une combinaison des lignes de deux célèbres bateaux à fond plat :

Tout d’abord, ce bateau est relativement long et étroit, avec un petit tableau, de sorte qu’il devrait se déplacer facilement à l’aviron – ballasts vides. Ceci est un héritage des doris des Grands Bancs, qui sont également à l’origine des côtés évasés, de sorte que la stabilité augmente avec l’angle de gîte et aussi avec l’augmentation du ballast.

Deuxièmement, il a la forme arrondie de l’avant du bouchain de la Barge de la Tamise, pour éviter ce sur quoi nous sommes d’accord, cad l’inconvénient majeur du bateau « à fond plat simple ».

Il est également assez haut, car il doit y avoir place pour les water-ballasts sous un cockpit suffisamment profond. Une telle hauteur, avec un volume important sur toute la longueur, de la proue à la poupe plus certaines parties des passavants, le rend, avec l’aide des water-ballasts, beaucoup plus difficile à chavirer. En fait, les canots de sauvetage côtiers sont conçus avec des superstructures assez hautes dans ce but.

La barge a un tableau de relativement faible hauteur, qui vient seulement près de l’eau quand elle est chargée – ou dans le cas de Polly Wee, lesté d’eau sous voile. Un tableau grand carré, tel que celui de Little Bigornick, immerge le bouchain à la moindre gîte, entraînant une augmentation de la traînée et de la surface mouillée, même à l’aviron ou à la voile dans les petits airs.

J’espère que la coque du Premise sera assez marine, et nos petits bateaux sont rarement susceptibles de dépasser leur vague (une telle vague en rattrapant un tableau de grande taille peut entraîner un départ au lof).[/quote]

Et il me défie de lancer une controverse, pour que ça devienne vraiment intéressant… pas de chance, je suis d’accord : j’avais oublié l’aspect « aviron » (ou même godille), plus important sur son 12 pieds que sur nos 14. .. Encore que …

Et pendant ce temps là, Chris peint sa coque (en ce moment, la sous-couche grise)…

Rectification :

non non, c’est la vraie couleur du bateau, très « tendance » cette saison ! « Terne », peut-être, mais à la mode…

Gris souris, (ou taupe), gris perle, gris « Arsenal », Gunboat ou America’s Cup perplexed

Remarque perso : le gris s’harmonise parfaitement avec le rose, par exemple « Framboise écrasée« . Moi je vous le dis, on va finir par faire un club !

Pour la couleur, la preuve par l’image (j’étais en déplacement, j’ai raté l’affichage de la page 7… Il faut quand même dire que, entre les vélos qui crèvent p6et les anglais en retraite anticipée – pas le contraire SVP – le topic de Chris part plus ou moins en sucette…. même si je suis moi même extrêmement concerné par ces 2 problèmes !) :

D’abord le fond, en « blanc super-brillant » (ce qui met très bien en évidence la cellulite … mais comme cette partie là sera, normalement, immergée, personne ne le pourra le voir…).

J’ai même une vue quasiment de profil !

Chris, est-ce trop demander : il faudrait une photo avec Madame Waite (ou prise par Mme Waite), avec une personne à côté du navire, pour avoir une échelle humaine, et mieux montrer la taille du bateau… juste pour montrer que, malgré les vergetures et cellulite, Polly est bien un tout petit bateau…

Et enfin les oeuvres vives, en gris satiné :

les chateaux & canons seront peints de la même couleur (ça en fait j’en sais rien, c’est juste pour dire )….

Par contre en ce qui me concerne, ahem, je crois bien que la ligne de flottaison devra être un peu plus près du tableau arrière …

Réponse de Chris :

17 ans dans la Royale

(comme médecin militaire, je crois). Effectivement, c’est largement assez pour « sauver » un peu de matériel, plusieurs pots, même !! Ou pour s’habituer à la couleur …

Polly Wee dans le bon sens (dont une vue de profil, merci), mais toujours sans superstructures ni échelle humaine :

Que les amateurs de fers à repasser bigorno-minimalistes et autres ennemis des étraves tortiturées me présentent leurs témoins, je les attends sur le pré : nous y règlerons ce différend, au scramasaxe !

Polly Wee a les honneur de PortnaStorm

En fait c’est le blog de Graham, un ami de Chris, membre du « club » uk-hbbr (que je surveille depuis des années), multi-constructeur, navigateur, et semble-t il pas opposé à une bonne rigolade quand l’occasion se présente.

Ce qui me donne enfin mon « échelle humaine ». Ce n’est pas tout à fait comme ça que je la voyais, mais c’est un début !

Et finalement, ce « portrait d’un constructeur » est peut-être mon image favorite, dans cette page large smilelarge smile

1er mai 2012 : ça avance chez Chris, malgré la panique

La deadline du Beal Park Boat Show approche (8 juin), et ça tourne à la panique, avec un lutin malicieux qui fait rien qu’embêter Chris (cacher les outils, mettre de la poussière sur la peinture, le manche du balais juste au milieu du chemin, etc, etc : celui-là doit avoir plein de cousins)

Les travaux avancent : pied de mât, planchers, pontage arrière… Le goût de Chris pour les formes arrondies se manifeste (ce qui donne un air de famille

Series NavigationLittle Bigornick : les plans ! >>

Cet article a 0 commentaires

  1. eric17

    torture mentale…

    Pendant que Yann cauchemarde dans des cris guantanamesques (mais avec un résultat franchement sympa, je trouve), je m »obstine sur la maquette du « Wee Winkle à Etrave Extrême ».

    Dernier avatar : comme il fait pas très chaud chez moi, j »ai posé le bidule sur un radiateur pour accélerer le durcissement de la colle. Résultat : la maquette est toute vrillée… Grrr ! Avec les incessantes modif° en cours de montage, ça n »allait déjà pas très vite (en plus j »attendais – lâchement – le résultat des cogitations de Yann sur le dessin du bouchain), mais là c »est le bouquet : va falloir tout mettre sur un bâti pour récupérer cette torsion gastéropodienne.

     

    va falloir trouver une combine pour aller plus vite…..

     

     

     


    Le « Sharpie Shapé » sera plus simple, c »est sur !! (même si le sigle est plutôt sinistre !! Entre l »autre qui pleure dans le § là au dessus, et ce dernier nom ici, on n »arrive pas à sortir des horreurs, on dirait.. ).

    Tordu Bigo & Chapi-Chapo ? Faut que tu agrandisses le bada du barreur sur ta dernière version, Yann !!

    Tiens, tu a remis des « séparateurs de flux », sur ChapiChapo ?

  2. Sacré Eric !!!Je ne sais pas si tu fabriqueras un jour un batô pour de vrai…

    Mais une chose est en bonne voie: à force de collecter des infos, des images, et de gratter toi-même des p »tits dessins…tu as matière à nous éditer un joli bouquin !

    1. eric17

      Sacré Eric ?

      @ Phil_winnie : c »est un peu tendu en ce moment, mais ça fait vraiment longtemps que je n »ai pas fait de poussière, et ça me manque…

      Le P »tit Luma, là, il serait plus facile et plus rapide à faire que le PP17, alors ça me démange grave

      Faudrait encore arriver à bidouiller cette fichue étrave, et que ça me plaise. Malgré les encouragements de Chris, je lorgne avec indécence vers le Chapi-Chapo à nez en mousse de Yann. Ou un avant en strip planking façon Gumprecht (j »ai justement plein de cèdre qui encombre mon garage).

      Et pour le moment, à défaut de bouquin, je remplis les pages d »un site Web : c »est une autre façon, assez sympa et plutôt à la mode, de publier des trucs, non ?

      @Yann : Dans la série « modifs », qu »est-ce que ça donnerait, à ton avis (du point de vue purement esthétique), un roof « pleine largeur » comme sur le PocketShip ou le Tideway 14 , ou style Tit Willow un peu rallongé (comme sur mon Pilgrim modifié Long  Root de la première page) ? C »est ton image de fakir (sans doute hydrophobe) assis sur sa caisse à eau qui m »y fait penser : ça serait plus pratique pour s »asseoir, sans le redan du roof à l »intérieur … Et je me vois mal utiliser les passavants pour aller bidouiller des trucs sur l »avant, avec mon petit poids, alors ça ne serait pas grave s »il n »y en avait pas (de passavants, pas de poids, pfff).

  3. Arff

     

    Arff je suis très dubitatif sur l'idée certes intellectuellement stimulante du contre plaqué torturé… j'avais conçu jadis et réalisé une maquette d'un mini transat construit suivant cette technique. Et bien le contrôle de la forme est très aléatoire, également les courbures et la répartition des volumes. Sans parler du pont à double courbures, théoriquement développable (mais si !) mais qui fut au final pour des raisons inconnues dissymétrique.

    Donc bref pour un si petit canot’ o vo pas l’coup, je pense que la solution la plus simple sera toujours la meilleur, gain de temps, gain en crise de nerf, gain en découragement.

    1. eric17

      Ah ben mârci pour les encouragements 😀

      @ Captainjo : salut Jérôme ! Mon avis, c »est qu »il ne faut pas confondre le CP ployé, même avec un rayon très court, mais dans une seule dimension (existence de génératrices droites, « formes développables« , ou ), et le CP torturé, c »est à dire avec double courbure, par étirement et compression dans le plan de la feuille de CP (donc tout est courbe). Dans les 2 cas, le résultat est en 3D, bien sur (un « pliage à plat », ça serait original)

      Le CP torturé a été utilisé pour certains multicoques comme le Tornado ou le nouveau bateau de SOS, fins comme des aiguilles à tricoter, mais ne permet que des ajustements minimes sur un monocoque. Et même sur les multis, craquements et asymétrie ont l »air plus que fréquents (je dirais une fois sur 2, d »après ce qu »on voit sur le web).

      Je m »intéresse depuis trèèès longtemps à la mise en forme des coques à bouchains, en fait depuis une marée basse, il y a bien longtemps, où j »ai pu comparer les étraves du Mousquif (sur lequel je naviguais) et d »un Muscadet, juste à côté. Il y a eu, peu de temps après (= dans les années 70, ça fait effectivement un bail que je me documente, Phil !), un excellent article de Loisirs Nautiques (de Cyril Grandpierre d »après un commentaire de achimogata sur bateaubois, page architecture<CAO<« Bords » des couples) qui a pris justement le Muscadet comme exemple pour expliquer le principe des coques à bouchains, et qui me sert de grille d »analyse depuis ce temps là (Même si certains logiciels semblent dire que les formes du Muscadet, perfection des perfections, ne seraient pas développables… mais rétablissent la vérité en bas de page : les lignes vertes).


      Donc c »est pas un bout de bois qui va nous emmerder, ce principe marche sur le Coresound, le BayCruiser 20 et le Hartley ! Il faudra juste trouver le rayon de courbure minimum, et comment ne pas passer en dessous : en arrondissant un peu le brion, et en diminuant l »angle grâce à la marote (apron), pour le Lill » Bigo. Chris Waite y est quasiment arrivé, avec une étrave inversée, du CP de très mauvaise qualité et un pliage « à la volée » assez hardi (où il a effectivement obtenu une double courbure, +/- volontairement) : pourquoi pas nous, avec une étude un peu plus poussée (maquette ET plan préalable) et des moyens de persuasion bien organisés ? et du bon CP okoumé multiplis, si possible …

       

      Cette forme est possible, et on y arrivera

      d »une façon ou d »une autre !



      NOOon mais !…

       

      Dans des dimensions (encore) plus réduites, on pourrait pousser le vice jusqu »à faire la coque avec une feuille de CP d »un seul tenant, comme sur le  Timouss de La Canoterie, ou comme sur certains « One Sheet Boats » ou modèles réduits. Comme quoi on peut passer insensiblement des formes ployées aux formes torturées. Enfin .. dimensions réduites ? P. Harlé et Joël Gamelin avaient poussé le principe jusqu »à 18 m pour des bateaux mytilicoles en aluminium. Et avec l »alu, ça ne peut être que du ployé ou roulé (ou chaudronné, mais c »est une tout autre chose).

       

      PS1 : quel CP avais-tu utilisé pour ta maquette de micro ? aque le mien (du 3mm très ordinaire) commence à me gonfler : ça gondole dans tous les sens !!

      PS2 : de quoi as-tu fait un copier/coller, pour avoir ce fond blanc ? comme il n »y a pas de  »surlignement » dans la barre d »outils, ça pourrait servir, des fois !

    2. BIGORNICK

      Arff

      @ Captainjo :  

      Tu as tort Jérôme, la méthode pronée par Eric présente plusieurs avantages:

      1-ça permet d »occuper pas mal de place sur le forum.

      2-ça permet d »établir des théories (théoriques) méthaphysiques sur les ployages transgénétracitioniques à quadruple courbure.

      3-ça permet de faire marcher le commerce en commandant trois fois de magnifiques panneaux en cp boulot aéro (allumer son feu avec du cp fracturé à150000 dolars le m2 procure une joie sans nom)

      4-ça permet d »avoir une coque cabossée, micro fracturée, et dissimétrique donnant au bateau un air de baroudeur aventurier.

      6-ça permet de se facher définitivement avec ses cons de voisins, grace aux bondioux de jurons que tu hurles à longueur de temps.

      6-ça permet d »éprouver ses nerfs et d »avoir enfin une bonne raison de rechuter dans la bibine.

      7-ça permet (peut être) de gagner 0,005 noeuds dans les départs au surf.

      8-ça permet de passer une nuit gratos au poste car t »a attaqué les flics à la scie sauteuse, ça fait trois fois qu »ils débarquent suite à des plaintes pour tapage nocturne.

      9-on va pas laisser les englishs réussir avant nous.

      10-pourquoi faire simple quant on peut faire compliqué. 

       

      Ouais bon,mais c »est quand même rigolo en plus ça mange pas de pain

      1. eric17

        Arff

        @ BIGORNICK :  Grummpff Waurfff Agrroump FFlouppf !!!

        ( Traduction Google  : je peux pas répondre en plus de la chemisier de puissance ils m'ont un baillon mis)
         

  4. cp

     

    J’avais fait la maquette au 1/10 soit 65 cm, du cp vraiment basique à 3 plis de 4 mm passé à la raboteuse de papa sur chaque face pour le réduire à 3, ensuite j'avais tracé les lignes rayonnantes qui restent donc des droites une fois le truc courbé, et incisé un peu ces lignes au cutter pour aider.

    J’avais laisser tremper la plaque un moment dans de l'eau chaude, puis mise en forme avec du fil de cuivre, ensuite séchage au sèche cheveux.

    Le plus dur fut le pont, assemblé après la pose d’une cloison au niveau du mat, là le cp a été ramenée à 2 mm, avec seulement 2 plis.

  5. Clouage mes couleurs au mât

    J'ai des nouvelles pour vous, Monsieur Eric

    Cette grise n'est pas la sous-couche

    Le terne Anglais

    1. eric17

      Clouage mes couleurs au mât

      @ L »homme au fond du Polly Wee :

      Hi Chris !! et bienvenue chez les grenouilles…

      Je vais corriger ça. Peut-être avez vous un cousin dans la Navy ??

      Il est vrai que le gris est très « tendance » cette saison smile (Cf la nouvelle robe de Winnie ? tu as fait ta peinture, Phil ?)

      1. Clouage mes couleurs au mât@ Eric17 :

        Non, la nouvelle robe « gris souris » de Winnie n »est pas encore appliquée, vu que sa nouvelle carosserie n »est pas encore terminée…

        Mais, ça devrait avancer, je viens de ré-attaquer la strat des nouvelles formes arrière ( c »est qu »il en faut de la place…pour loger dans le gabarit routier la hauteur de ces nouveaux flotteurs de 6 mètres , une fois qu »ils sont repliés…=> découpe de tous les bordés pour un nouveau redan situé plus de 20 cm plus haut….)

        PHIL

        1. eric17

          Clouage mes couleurs au mât

          @ Phil_winnie :  Ah,  tu as un cousin à Toulon, toi aussi ??

          à la fin des modifs, le seul morceau intact (sinon vierge) de Winnie sera le petit bout de plastique qui porte la plaque constructeur

          1. Lol…@ Eric17 :

            Un cousin à Toulon..? Tu m »expliques en MP ? ( pas compris la blague…)

            Pas besoin d »attendre la fin du chantier: « Le p »tit bout de plastique qui porte la plaque constructeur » ( et sa certification insubmersible qui me dispense de bib…) , c »est déjà le cas maintenant !

            On peut encore tenter d »appeler ce p »tit bout de plastique « la coque centrale »… (ou ce qu »il en reste !)

          2. eric17

            Lol…

            @ Phil_winnie :  normalement la blague porte sur Brest (même & environs), mais j'ai pensé que les principes de "saine économie" devaient aussi s'appliquer à d'autres arsenaux.

            Après tout, "sauver du matériel" veut dire la même chose à Gruissan et à Bréhat, et aussi sur l'île d'Oléron (dans ces 3 coins, il arrivait autrefois qu'on accroche des lanternes aux cornes des vaches ou au cou des ânes, il y a peut-être un lien). Il y a d'autres convergences sémantiques et comportementales, dans le genre : l'occitan pétace et le vendéen tapin ont exactement les mêmes significations, premières et dérivées.

            En fait je ne sais du tout pas si beaucoup de maisons ont des volets gris à Toulon, ni si la peinture a la même origine qu'à Brest (même).

Laisser un commentaire

Fermer le menu