Et si le Trek+Ultra était un monocoque… (version 11)

Et si le Trek+Ultra était un monocoque… (version 11)

This entry is part 11 of 11 in the series Trek + Ultra

Depuis l’origine du projet, les différentes versions proposées du Trek+Ultra ont été déclinées sur 3 coques. Les raisons de ce choix et la comparaison avec les autres formules (monocoque, catamaran et prao) ont été synthétisées dans la page : [section=12558]

Malgré les qualités propres aux monocoques (dont la simplicité de mise en œuvre et l’économie de construction), les 2 raisons principales qui ont été évoquées pour expliquer sa mise à l’écart étaient :

  • le manque de place pour installer de nombreux couchages.
  • leur poids excessif dû à leur lest.

Sur ce dernier point, Eric17 nous a fait remarquer que des solutions à base de lest liquide permettait d’obtenir un poids sur remorque équivalent, voir inférieur, à celui des multicoques de longueur équivalente.

Reste le problème du couchage qui devient problématique dès lors qu’il s’agit d’accueillir plus de 4 personnes (sur un voilier léger restant facilement transportable).

Plusieurs éléments m’ont cependant amené à réfléchir plus activement ces dernières semaines sur une solution à base de monocoque…

Vive la gite !

Le mois dernier, la famille participait à un week-end de voile sur une petite île méditerranéenne. Pendant ces deux jours, nous avons pu passer à loisir sur différents engins : catas de sport (Hobbie cat 16), planches à voiles, et dériveurs (Laser 2000 et Buzz).

Ces derniers, s’ils s’avéraient être les moins rapides, se sont montré les plus « fun » en utilisation familiale dans les conditions de vent modéré que nous avons rencontrées.
Habituées aux trimarans de loisirs, mes ados de 13 à 15 ans découvraient avec plaisir la gite et les subtilités du contrôle de l’assiette d’un monocoque, que ce soit au rappel et au trapèze, mais également à la barre ou à l’écoute de GV ou de spi. L’apothéose des émotions sera atteint avec le traditionnel exercice de dessalage et ressalage.

Alors que l’instabilité d’un monocoque constituait une gêne lorsqu’elles étaient petites, cela devient un jeu maintenant que leur poids et leur habileté leur permet de participer activement au jeu.


Mais s’amuser au funambule finit par être éprouvant, comme j’ai pu l’expérimenter sur l’Iskio 595 (voir [section=530]). Cela réclame une attention soutenue de l’équipage, ce qui n’est pas toujours l’objectif d’une randonnée nautique où la part de détente et de repos fait également partie du contrat…

Cependant, comme constaté sur la page décrivant le programme du Trek+Ultra, au fil des ans, la part de navigation sur l’eau tend à se réduire au profit de celle passée à se prélasser à terre. Alors si les navigations sont moins longues, elles peuvent être plus intenses.large smile

C’est la crise

A force de rabâcher le même tableau noir sur les ondes, le message finit par passer : il est temps de se serrer la ceinture, car l’avenir s’annonce menaçant.

Mais surtout, en l’absence d’autres candidats, le projet Trek+Ultra s’oriente vers la construction à l’unité d’un modèle unique… donc forcément plus cher qu’un modèle de (petite) série.

L’option monocoque s’avère alors intéressante économiquement car des flotteurs, des poutres et la structure renforcée pour supporter la puissance des multicoques, ça coute cher.

Régime

Outre le prix, s’il y a une autre caractéristique sur lequel le projet Trek+Ultra risque de déraper, c’est le poids. Entre la version 5 ultra optimisée côté balance (environ 450 kg) et la version 10 avec son coin toilette, ses dossiers et ses coffres de cockpit, on se prend facilement une centaine de kilos dans la vue sad

Revenir à une solution monocoque permet non seulement d’économiser cette centaine de kilos, mais d’en gagner encore davantage avec un poids cible entre 300 et 350 kg sur l’eau, soit moins de 500 kg sur remorque ! (contre 650 kg auparavant).

Simplification

Remplacer les flotteurs et les poutres d’un trimaran repliable par des ailes de rappels et de simples réserves de flottabilité permet de simplifier grandement la conception et la fabrication. Les contraintes de solidité de la structure, de poids, d’hydrodynamisme, d’équilibre des volumes, de repliage et d’ajustement sont nettement allégés.

Or, plus le projet Trek+Ultra est simple à réaliser, et plus il a des chances d’aboutir.

Fusion d’idées

Les 4 raisons évoquées ci-dessus (fun, prix , poids et simplicité) justifient de reprendre la question du monocoque avec quelques idées nouvelles. Ou plutôt en conjuguant différentes idées déjà exposées.


En l’occurrence, j’ai repris le principe imaginé il y a quelques années sur le « Glisse and love » (qui consistait à ajouter à un monocoque des ailes de rappel inclinables munies de flotteurs)…

Ajoutons-y l’organisation des aménagements des dernières version du Trek+Ultra (permettant la vie à bord pour 8 personnes) qui, une fois débarrassé de ses trampolines et flotteurs, ressemble étrangement à un monocoque…

Le mélange de ces 2 concepts abouti au schéma ci-dessous qui est basé sur la coque du Fillao 600 (Ce petit frère du Fillao 900 est un dériveur sportif dessinée par Julien Marin il y a une dizaine d’année pour l’Atelier Naval de l’Odet, qui a aujourd’hui disparu sans jamais avoir produit ce modèle).

Caractéristiques :

  • longueur : 6 m
  • largeur de la coque : 2 m
  • largeur ailes déployées : 4,40 m
  • volume de chaque flotteur : entre 150 et 200 litres
  • poids : 325 kg
  • surface de voile au près : 22 m² (GV : 14 m², génois : 8 m², foc de brise : 3 m²)
  • Gennaker : 22 m²
Series Navigation<< Le Trek+Ultra gagne du coffre (version 10)

Cet article a 0 commentaires

  1. Bonjour

    Bonjour à tou(tes).

    Je suis l’activité de Ntrek depuis assez longtemps.

    Chapeau Jean-Marc, t'es un sacré bosseur !

    Les trimarans d’environ 450 kg m’ont souvent interpellé.

    Mais comme je n’arrive pas à me résoudre à employer des appendices polluants tant sur l’eau que sur terre j’en suis resté à des bateaux légers et facilement déplaçables sur terre sans bagnole.

    Ce sont des bateaux à pédales et munis de voile de la marque Hobie.

    Mes voyages en Atlantique, Mer d’Iroise, Manche, Mer du Nord avec approche par les fleuves, eux-mêmes rejoints depuis l’Alsace en formule « vélo tractant le bateau » sont racontés sur http://www.svsr.fr.

    La Méditerranée pourrait bien être le prochain terrain de jeu.

    Pourquoi intervenir là ?

    Parce que quelque chose (est-ce l’évocation du monocoque) m’a provoqué, à l’instant, une fulgurance :

    • Imaginons des bateaux à pédales et à voile, funs, aussi rapides que des monocoques, (très) facilement beachables et sur lesquels faire pipi ou davantage (cela semble être important dans le projet) ne pose aucun problème.
    • Imaginons de tels bateaux, mono ou biplace, au service d’une famille ou d’une communauté de navigants qui se retrouvent souvent ensemble.
    • Imaginons surtout le trampoline à géométris variable, très facile à fabriquer, qui permettrait de dresser une (des) tente(s) entre 2, 3, 4 bateaux ou plus qui formeraient les piliers de la plate-forme en cas d’arrêt sur l’eau plutôt que sur la plage.
      Avec le taud de soleil ad hoc, bien entendu.
    • Imaginons la joie (et l’économie) de ne plus avoir besoin de voiture et remorque pour aller sur l’eau si c’est ce à quoi on aspire.
    • Imaginons les nav dans la pétole quand le pédalage permet de rester actif et de garder l’initiative.
    • Imaginons petits et grands dans ces bateaux sécurisants, je sais de quoi je parle.
    • Imaginons les runs à la voile à se tirer la bourre, même en groupe restreint, si cela fait plaisir.
    • Imaginons le retour à des choses simples, légères et bon marché comparé à l’ordinaire.

    Joyeux sourire.

    1. Chapeau !

      @ Hsvsr : whaou,  très impressionnant de voir tout ce que tu réalises, sur terre et sur mer, à la force du molet bravo

      Je compte déjà diviser par 2 le poids entre mon dernier bateau et mon prochain… mais il va me falloir encore un peu de temps avant de revenir à des choses aussi dépouillées. C »est que je me suis habitué, ainsi que mon équipage, à un relatif confort sheepish

      Cela ne m »a pas empeché d »étudier cet été le Hobie Mirage Island dans l »éventualité de rando en solitaire (dommage que les poutres soient trop rapprochées pour pouvoir  y installer un couchage sur trampoline…)


      Je me permet de reprendre ici quelques unes de tes photos pour que tous voient de quoi tu parles et pour les inciter à en découvrir beaucoup plus sur ton site « Sans Voitures Sans Regret » : 



      Avec l »expérience que tu as accumulé, peux tu nous en dire plus sur ce que tu as trouvé génial et ce que tu as trouvé galère lors de tes treks en kayak à voile et à pédale ? Si tu concevais ton prochain bateau, il ressemblerait à quoi ?

      1. Trampolines pour le dodo sur l »Island

        [quote=Jmarc]

        dommage que les poutres soient trop rapprochées pour pouvoir  y installer un couchage sur trampoline…

        [/quote]

        Un correspondant allemand m »a envoyé ces photos prises en Croatie :

        Je ne sais pas si elles vont passer  (je découvre les principes de fonctionnement de ce forum et tâtonne un peu – un fonction « prévisualisation » serait utile).

        1. Trampolines pour le dodo sur l »Island

          @ Hsvsr : effectivement, dans ce sens là, ça marche. Je n'y avait pas pensé car je cherchais quelque chose pour pouvoir dormir sur l'eau (because bivouac sur les plages interdit dans les parc naturels par chez nous sad ). Je voulais donc conserver l'usage du cockpit, en plus du couchage…

      2. Génial-Galères

        Ce que j’ai trouvé génial ?

        • Le rapport investissement/plaisir.
        • La facilité pour adapter rapidement l’engin à la pratique.
        • La sympathie que suscitent ces petits bateaux et les contacts qui en découlent.
        • La performance du dispositif de propulsion à pédales.
        • Le volet écologique de la pratique.
        • Le fait de rester actif même dans la pétole.
        • La capacité de réaliser des traversées significatives (avec conditions météo ad hoc).
        • Le mix propulsion humaine / propulsion éolienne.

        Les galères ?

        • Le système de pédalage qui explose (ou presque) sur un caillou dans un rapide sur la Loire.
        • 2 bras de flotteurs et une jambe de roue qui pètent dans la lessiveuse à l’accostage au Tréport.
        • La nécessité de pagayer quand les algues envahissent la flotte.
        • La coque qui perce à plusieurs endroit à cause d’une erreur de conception du chariot amplifiée par le poids du bateau (j’emporte pas mal de confort) et par les cahots sur la route durant des centaines de km.
        • La difficulté à réparer le polyéthylène en milieu outdoor.

        Après des milliers de km sur terre et sur l »eau mon bateau a fait valoir ses droits à la retraite et je l »ai remplacé.

        J’emploie à présent un Hobie Oasis dont la capacité de charge est bien supérieure à l »Island mais les performances sous voile inférieure.

        Je viens de finir de le préparer pour mon prochain voyage (la Méditerranée me fait de l’œil).


        L’idéal sur l’eau (performances) serait à mon avis un TI (Tandem Island), mais son poids me poserait trop de complications pour le déplacer (avec tout le barda) en solo sur terre sans moyen motorisé.

        Par contre pour un couple il serait absolument parfait à mes yeux.

        Une variante intéressante dans ce cas-là (voyage en duo) : 2 bateaux reliés avec un trampoline quand vient le moment de choses en commun sur l’eau (sieste, dodo, galipettes, miam et autres joyeusetés).

        Sur le même principe et pour un groupe ou une famille de 4 personnes, 2 TI allieraient les performances et les mêmes commodités.

        1. Génial-Galères

          @ Hsvsr : Fais moi signe quand tu viendras traîner en Méditerranée ! Que j »en profite pour aller à ta rencontre…

          Et si tu as besoin de support logistique, n »hésites pas : jmarc(à)nauticaltrek.com

          Lorsque je naviguais encore sur un monocoque Maraudeur, j »avais imaginé faire des ballades à 2 familles en mettant en place des poutres (relativement souples) pour relier les 2 bateaux côte à côte avec un grand trampoline entre les deux, comme tu le suggères. On aurait gagné en sécurité en navigation et en stabilité au mouillage tout en pouvant naviguer avec un seul barreur (en couplant les 2 barres) pendant que l »autre fait la sieste et que tous les marmots s »amusent sur la trampoline…

          Le plus dur pour mettre en oeuvre cette idée, c »était de trouver un autre hurluberlu de mon acabit   wink

          1. Merci !

            @ Jmarc : Merci pour la mise au propre.

            Et merci pour la proposition de soutien logistique.

            Dak (avec joie) pour une rencontre hurluberluesque en Méditerranée le moment venu !

            Henri – h(à)svsr.fr

  2. Multimono

    et pourquoi ne pas partir carrément du concept multimono en le ramenant à des dimensions du genre 5,95 m permettant en plus de le rentrer dans un container ?

    1. eric17

      Minimultimono

      @ François-m : soit environ 20 pieds….

      Tu veux rajouter des bananes au BayRaider20 Expédition, on dirait (enfin … si le Chef trouve une combine pour rentrer dans la cabine sans chausse-pied. Et il faudra l »accord de la Monture d »Hannibal, en plus, c »est son chouchou !).

      ça devient compliqué, de gérer les chasses gardées & susceptibilités locales , déjà qu »on aurait plus le droit de parler de la météo…. on va pas juste picoler en silence, quand même !!

      @Hsvsr : le « géométri » variable, je retiens, excellent !! …..    Aaaah c »est toooi !! d »accord-d »accord … : très jolies balades avec le BFM, effectivement !

    2. Multimono

      @ François-m : on s'approche effectivement du concept du Multimono. Mais si dernier rempli parfaitement son programme d'engin de loisir collectif où petits et grands s'amusent, il manque cruellement d'ergonomie et de confort pour y passer des nuits nombreux à bord sad (pas de cabine, pas facile d'installer les couchages,…)

       

      1. philorsay

        Multimono

        [quote]

        @ François-m : on s »approche effectivement du concept du Multimono. Mais si dernier rempli parfaitement son programme d »engin de loisir collectif où petits et grands s »amusent, il manque cruellement d »ergonomie et de confort pour y passer des nuits nombreux à bord sad (pas de cabine, pas facile d »installer les couchages,…)


         

        [/quote]

        Bonsoir,

        Attention au affirmation gratuite, la dernière version (la mienne)
        Wink avec ces nouveaux coffres étanches est tout à fait adapter à du Treck nautique. Pour le couchage une tente 2 second (pile poil la place) dans le cockpit  et une nuit nickel je viens de naviguer dans le golf du Morbihan et en Corse cet été avec mon multimono avec un grand plaisir sur un beau bateau

         

        1. Multimono

          @ Philorsay : combien de personnes dormaient à bord ? Pour le couchage, c »était des matelas pneumatiques à gonfler et dégonfler chaque jour ?  

          On a passé 2 semaines super à faire de la rando en Corse en famille sur un trimaran Magnum 21. Il y avait des coffres pour stocker les affaires et des trampolines pour installer les tentes. C »était donc tout à fait adapté au trekking nautique… malgré tout, si je n »avais pas amélioré l »ergonomie de la vie à bord en passant à d »autres bateaux muni d »une petite cabine, je ne crois pas que j »aurais réussi à continuer de motiver le reste de la famille pour partir de nouveau les 6 étés suivants…

          Compte tenu de la taille du Multimono et de son immense cockpit, il doit y avoir moyen de trouver une manière de vivre à bord très correctement à l »escale. Mais jusqu »à présent, les couchages et tente qui m »ont été présenté par Claude Martinuzzi (le concepteur et promoteur du Multimono) ne m »ont guère convaincu même si cela fonctionnait.

          Aurais-tu quelques photos des aménagements « treck » que tu as pu utiliser sur ton Multimono et des nouveaux coffres étanches ?

  3. multimonoJ »ai pas tout lu des reflexions sur le TrekUltra No XYZW…mais au peu
    que j »a lu cela ressemble furieusement au genial Multimono que
    J »ai eu l »occasion d »essayer au dernier Grand Pavois grace
    a la gentillesse de son concepteur constructeur par un vent de +- 20 nds.

  4. Proposition de plan

    Voici le fruit de mes cogitations, j »attends des avis sur cet amenagement:

    Un trimaran de 5.90m avec 3 couchettes au meme niveau, ce qui permet d »avoir un cockpit de 3m, un poids inferieur a 250Kg, pour naviguer sur un flotteur. Le repliage se fera bien sur comme sur les plans farrier, la largeur repliée sera inferieure a 2m:

     

    1. eric17

      Proposition de plan

      @ Thierryh : tiens tiens, un trimaran habitable de 19 pieds ! smile

      Tu pourrais nous en montrer un peu plus, steup ?

      J »étais justement en train de penser que ce projet T+U ne me passionnait pas vraiment, merci de m »avoir fait mentir

      mais dis : la « version 11″, c »était pas un monocoque, d »après le titre?

      1. Proposition de plan

        @ Eric17 : sur le plan 3d on voit bien que c »est un trimaran, quand on y a gouté, c »est dur de faire marche arriere !

    2. Proposition de plan

      @ Thierryh : Avec un peu de retard à l'allumage because occupé ailleurs ces jours ci, je découvre avec plaisir "le fruit de tes cogitations".

      J'ai ajouté une page dans les avant-projets sur laquelle tu disposes des droits pour compléter l'article présentant tes idées.

      Je propose à tous de poursuivre les échanges avec Thierry sur cette page : [section=12664]

  5. eric17

    T+U mono = Bayraider20 expedition ?

    SwallowBoats expose et fait naviguer son nouveau bateau (déja évoqué ici) et la page est sortie : « BayRaider Expedition« . On ne voit toujours pas très bien s »il faut un chausse-pied pour rentrer et se retourner dans la cabine, mais le capot a l »air raisonnablement large, et le bateau, vu dans l »ensemble, vraiment très intéressant.

    Tu veux toujours lui coller 2 coques de Hobie 14  (ou de Catsy, ou d » Enthousiaste, ça irait mieux comme longueur) pour en faire un « mini-Multimono« , JMarc ?

Laisser un commentaire

Fermer le menu