Un Trek+Ultra au cockpit géant (version 7)

Un Trek+Ultra au cockpit géant (version 7)

This entry is part 7 of 11 in the series Trek + Ultra

Accrochez vous, cette version là, elle déménage !
Son cockpit d’une taille record permet d’organiser efficacement la vie à bord autour d’un bloc central original.

Escales de rêves

Après une douzaine d’années de pratique de la randonnée nautique en famille, je constate que la part du temps passé à naviguer se réduit inexorablement face à celle passée aux escales.
Découvrir des lieux enchanteurs (et en profiter) est devenu l’objectif principal, tandis que la navigation est considérée comme le moyen agréable d’accéder à ces coins de paradis, et d’en changer plusieurs fois par jour.

Voici quelques exemples d’endroits où il fait bon trainer …

Sous cette forme, la rando nautique n’est plus réservée aux « durs à cuire mangeurs d’écoute » mais devient compatible avec tous les publics.

Le confort avant tout

En faisant ce constat, je ne peux m’empêcher de repenser aux « bateaux pontons » utilisés en Amérique du nord…

Ok, ce sont des vilains bateaux à moteur pas beaux. Mais qu’il doit être agréable de passer la journée sur l’eau avec des amis, confortablement mouillé dans un joli petit coin tranquille !
Je sens d’ici l’odeur des grillages sous le chant des cigales…

Par chez nous, en moins cossu mais plus marin, il y a un petit voilier qui m’a toujours évoqué l’ambiance barbecue/apéro convivial entre amis… C’est l’Ikone.

La plupart des gens qui découvrent son « cockpit à vivre » ressentent la même sensation agréable de bien être. Ce n’est plus un cockpit mais un petit salon-terrasse avec son coin cuisine, ses canapés, ses tables basses et l’accès direct à la mer via la porte ouverte sur son tableau arrière.

Et bien, c’est cette ambiance « lieu de détente » que j’aimerais pouvoir reproduire dans la zone de vie du Trek+Ultra.
De la place pour circuler, et que chacun puisse s’adonner à ses occupations (cuisine, pêche, lecture, sieste, discussion, jeux, guitare, …) sans déranger les autres, et en profitant du grand air.

Un cockpit géant

Mais comment métamorphoser un « ponton flottant » en fringuant trimaran (et vice versa) ?

Ces fameux pontons exploitent toute la longueur disponible du bateau en prolongeant le cockpit « habitable » jusqu’à l’étrave. Il est vrai qu’un immense cockpit permettrait également d’accéder plus aisément aux couchages installés sur les trampolines avant.

Mais sur un voilier fait pour naviguer en mer (contrairement aux pontons flottants), il y a des contraintes difficilement contournables. A commencer par ce foutu poteau planté au milieu du bateau : le mât !

Devant lui, quasiment jamais de cockpit et on y trouve classiquement la cabine. Il faut dire qu’en avant du mât, on est en première ligne pour recevoir les embruns lors de la navigation.
Et il est bien pratique de disposer d’une petite cabine logée dans la pointe avant pour pouvoir y abriter des enfants, ou s’y installer pour une sieste durant la navigation.

Toujours sur la base d’un trimaran trokril 21, il a quand même été possible de faire la part encore plus belle au cockpit, en l’allongeant de 50 % (1 mètre) par rapport au plan précédant, grâce aux 3 modifications suivantes.


Tout d’abord, le gréement pivote légèrement ce qui permet d’avancer le pied de mât de 25 cm tout en augmentant la quète du mât de quelques degrés (son inclinaison vers l’arrière) afin de conserver la même position du centre de voilure (et donc le même équilibre sous voile que le Trokril 21 d’origine).

Ensuite, on minimise l’espace nécessaire derrière le pied de mat pour y installer l’entrée de la cabine qui se résume à une simple cloison inclinée (dans le genre de celle de l’Astus 20.2) sur 45 cm de profondeur, tandis que les bancs incurvés grignotent de l’espace au rouf de la micro cabine.

Enfin, on recule les poutres au maximum pour reculer le cockpit et ne conserver que 50 cm de jupe au lieu des 80 cm précédents. En ayant prolongé également le cockpit vers l’avant, cela permet de continuer de répartir convenablement le poids de l’équipage autours du centre de gravité du bateau.


Faisons les comptes, on obtient un cockpit avec un plancher de 2m90 de long par 1m40 / 1m60 de large, et bordé de 4 trampolines de 190 cm par 130 à 150 cm de large.

Ajoutons maintenant les 3m20 de cousin des banquettes latérales qui viennent se poser sur les trampolines et offrent au cockpit une largeur utile de 2m40.

Pour parfaire le confort et la protection des assises, un tube cintré sert de dossier et de support à la toile étanche qui protège à la fois le dos et les fesses des embruns, tandis que les matelas rendent l’assise encore plus douillette.
La toile étanche s’intègre dans le prolongement du petit rouf pour optimiser la prise au vent, la protection et l’esthétique de l’ensemble.

Il ne manque plus que le plancher en latte de (faux) teck pour se la jouer « classe » comme sur certains bijoux qu’on voit apparaître ces dernières années !


La touche finale consiste à ajouter une petite salle d’eau au milieu du cockpit (en noir) afin de pouvoir s’isoler pour utiliser un WC ou prendre une douche.
Dans ce cas, en laissant le capot ouvert, on peut même se doucher debout.

Encore mieux…

Après avoir étudié ces plans, mon copain David m’a suggéré une modification qui améliore judicieusement ce projet. Celle-ci consiste à laisser l’assise arrière revenir à l’intérieur du cockpit (puisqu’il y a de la largeur à revendre à cet endroit).

Cette modification, qui peut sembler anodine, apporte finalement de nombreux avantages :

  • cela permet de créer du volume de rangement facilement accessible sous les banquettes arrière.
  • le barreur se retrouve décalé par rapport au reste de l’équipage ce qui permet de lui dégager la vue vers l’étrave tout en lui offrant une position d’assise légèrement de biais, idéale pour surveiller ses voiles et l’étrave, sans trop tourner la tête.
  • Il n’est plus nécessaire de retirer le dossier pour pouvoir utiliser la couchette double sur le trampoline.
  • La fixation du dossier fixe est beaucoup plus simple à mettre au point.
  • structurellement, cela permet de renforcer la rigidité du long bordé.
  • Esthétiquement, je trouve ce cockpit en forme de ballon de rugby visuellement plaisant. La silhouette de l’ensemble est affinée.

Avec les dossiers fixes, la largeur des couchages sur les trampolines se réduit au niveau des jambes.
Mais avec 90 cm de largeur au niveau des pieds, cela reste, malgré tout, nettement moins resserré que l’habituelle couchette double installée dans le triangle avant d’une cabine.

Tente de cockpit

Reste à trouver le moyen de déployer facilement un taud pour mettre à l’ombre ce cockpit interminable et y fixer l’immense tente qui viendra recouvrir les 4 trampolines le soir venu.
Et là, avec ce mât avancé, la solution devient évidente. Un classique bimini top peut faire l’affaire.

Replié en navigation, il vient se loger le long des dossiers et de la poutre arrière.


En le dépliant, il recouvre une bonne partie du cockpit sans empiéter sur les couchages.

Le soir, il ne reste plus qu’à lui ajouter les pans des « murs » de la tente et le tour est joué.

Facile, éprouvée et d’un coût raisonnable (si les dimensions correspondent à un modèle du commerce), cette solution me convient parfaitement large smile .

Bilan provisoire

Ce plan cumule de nombreux atouts :

  • zone de vie particulièrement spacieuse, de jour comme de nuit (18 m² !)
  • table, cuisine, sanitaire, banquettes, chambres peuvent tous être utilisés simultanément tout en conservant la possibilité pour chacun de circuler d’un point à un autre.
  • une fois les chambres installées, on dispose de 4 à 5 « cabines » en plus de l’immense carré.
  • Wc/douche toujours disponibles et accessibles, et séparés de la cabine abri qui peut rester bien au sec.
  • toutes les zones de stockage sous le plancher du cockpit sont facilement accessibles depuis la cabine avant, le bloc wc ou le capot/cale pied du cockpit arrière.

Il reste néanmoins de nombreux points à régler :

  • comment améliorer l’esthétique finale avec le rouf très court et les hiloires en toile…
  • le positionnement de l’accastillage (comme le point de tire de l’écoute de foc par exemple)
  • valider l’ergonomie du cockpit et la circulation autour du bloc central lorsque l’équipage commence à être nombreux à bord…
  • la fixation des poutres intermédiaires.
  • l’installation pratique d’un bloc cuisine à l’heure du repas.
  • etc…

Malgré tout, ce plan, avec l’organisation de la vie à bord qu’il propose, me parait très prometteur. Je vais donc continuer d’étudier et approfondir les détails pour évaluer sa viabilité.

Suite…

Un nouveau dessin d’hiloire et de rouf que je trouve plus esthétique :

Series Navigation<< Le cockpit à 2 tables du Trek+Ultra (version 6)Le sas pas si sensass du Trek+Ultra (version 8) >>

Cet article a 0 commentaires

  1. La coque centrale est toute trouvée!

    Dans la mesure où la cabine disparaît complètement sur ce projet…

    Une » bonne vielle » coque centrale de Magnum 21 sur laquelle on viendrait greffer deux « bons vieux » flotteurs de catamaran 18pieds… un repliage « à l »Access6″ en surélevant les tubes par rapport au pont du M21…..Et le tour est joué !

    « A l »absence de la cabine près, ça pourrait me rappeler un p »tit tri que je connais bien !

    PHIL

    1. La coque centrale est toute trouvée!

      @ Phil_winnie : Dans cette version 7 du Trek+Ultra, il reste malgré tout une micro cabine à l'avant (avec la couchette double du Trokril 21)… Elle est utile pour accéder facilement à une zone sêche pour y stocker des affaire ou des gamins en navigation (ou une maman qui veut faire la sieste). L'entrée est du genre Astus 20.2 donc pas hyper ergonomique (quoi que là, il y aura une marche pour faciliter la descente) et l'assise sera très basse (25 cm maxi) mais c'est toujours mieux que rien.

      D'autre part, l'espace entre les bancs du magnum 21 est de 90 cm (de mémoire) ce qui ne permet pas de caser le bloc "salle d'eau" du Trek+Ultra version 7 qui devrait s'avérer bien pratique à l'usage.

      Il faut que j'arrive à sortir des images du  bateau en 3D pour que l'on se rende mieux compte de son organisation…

      1. La coque centrale est toute trouvée!@ Jmarc :

        Si j »ai bien compris…( je me pose de plus en plus cette question au fur et à mesure que les nombreuses et successives évolutions de ce projet voient le jour…) la disposition volontaire du bloc salle d »eau en plein milieu du cockpit a été décidée afin ne pas interrompre une discussion entamée au moment même où l »un des membres de ta « communauté de loisirs » a une envie pressante, qu »il assouvira alors aux yeux et au su de tout le monde assis sur un trône qui n »aura jamais aussi bien porté son nom…
        Personnellement, je n »arrive à « faire correctement mes p »tites affaires », généralement, que dans un lieu clos et derrière une porte fermée…

        Je suis p »têt un cas particulier, en même temps, hein perplexed

        1. La coque centrale est toute trouvée!

          @ Phil_winnie :

          Je suis assez d'accord avec Philippe, je ne comprends pas trop le concept des toilettes au milieu du cercle, même si on se cache sous un capot !

          Sinon par rapport à la démarche, je ne connais pas le planning, mais j'ai l'inpression que l'on avance trop vite vers des versions et donc vers des modifications autour d'une idée. Pour avoir quelque chose de plus optimisé, il faudrait uniquement lister les besoins et les contraintes et que les solutions techniques se déduisent de ces contraintes.

          Par exemple, j'ai lu que pour réduire le poids, Jean Marc parlait de réduire le franc bord. Or ce franc bord est dicté par la réglementation notamment pour la catégorie C.

          Quelqu'un a t'il fait la démarche d'analyser la division 240 pour prendre en compte les obligations de conception, quelqu'un possède t'il la norme EN/ISO
          12217 sur la stabilité (si oui ca m'interesse) et a t'il analysé ce que cela donne pour le treck + ultra ?

          Cela va prendre du temps, mais j'ai peur que sans cela on aille dans une impasse réglementaire, à moins de tourner autour d'un design existant.

          1. la démarche

            @ Gyls29 : je trouve que la démarche que tu proposes correspond à celle qui a été adoptée… Lister uniquement les contraintes et les besoins, cela a été fait sur cette page : [section=12555]. Quant aux solutions techniques présentées dans les avant-projets, elles ont été imaginée pour répondre à ces contraintes.

            Pour réduire le poids, je n »ai pas parlé de réduire le franc bord en hauteur mais de réduire la largeur de la coque en l »amputant des banquettes rigides du Trokril 21, construites en débord de la coque centrale.

            Comme tu le soulignes, il serait intéressant  d »étudier les contraintes d »homologation en catégorie C et notamment celle concernant la stabilité et la capacité d »accueil. En l »absence de ces éléments, il y a effectivement un risque que la solution envisagée ne satisfasse pas à une ou plusieurs normes (si quelqu »un est volontaire pour étudier cela et nous en faire une synthèse, il est bienvenu large smile )

            Pour limiter ce risque, quasiment toutes les solutions proposées à travers ces pages s »appuient sur des cas existants et homologués.

            Sinon, même si les critiques sont bienvenues afin d »alerter sur les incompréhensions et les problèmes potentiels,  je trouverais plus intéressant dans le cadre du projet de pouvoir aller au dela de ces critiques en proposant d »autres solutions ou piste de réflexions.

            Par exemple, de quelle façon traiterais tu la problematique des toilettes de manière plus satisfaisante que ce bloc wc central ?

             

          2. la démarche

            @ Jmarc :Oups, j'ai faché le chef !

            Je n'ai malheureusement pas eu le temps de me poser pour réfléchir à la problématique des toilettes, mais à la vue de l'exemple que tu donnes, j'ai peur que l'ensemble soit relativement haut et constitue une belle verrue au milieu du cockpit.

            Sinon pour les normes, j'ai trouvé ce site http://www.crdp-montpellier.fr/ressources/examens/consultation/epreuves.aspx?choixdip=3202540200

            Il ressence des sujets de BTS construction navale et en annexe, il y a pas mal d'extrait de la norme sur la stabilité, malheureusement je n'ai pas trouvé les réponses, en tout cas, c'est assez violent comme niveau, il faut vraiment se casser la tête pour se plonger dedans, j'ai comme l'impression que beaucoup de déclaration de conformité se font à l'arrache.

            Peut être existe t il des logiciels de conception qui font ces verifications automatiquement.

          3. la démarche

            @ Gyls29 : pas faché… juste un peu contrarié de voir la très faible part des interventions constructives dans le débat. J »espèrais qu »en mettant le projet sur la table, il allait pouvoir profiter de la créativité de la communauté pour gagner en qualité et en temps mais pour l »instant, les résultats ne sont pas là sheepish

            En tout cas, merci pour le lien. Voilà une intervention qui va dans le bon sens wink (même si j »ai pas encore compris comment pouvaient être utilisées ces infos)

            Je te rejoins sur l »approximation de l »autocertification réalisée par les chantiers. Dans le cas du Trokril 21, le chantier a payé un organisme reconnu en Europe pour valider la certification (l »autocertification n »existe pas en Slovénie). Du coup, concernant la capacité du bateau, cet organisme a stipulé une capacité réduite (je crois que c »est 4 personnes en catégorie C et 6 personnes en catégorie D). Pourtant, on pourrait le comparer au Magnum 21 qui fait la même longueur, dispose d »un cockpit de taille similaire mais de flotteurs plus courts et moins volumineux ce qui ne l »empêche pas d »être homologué pour 6 personnes en catégorie C et 8 en catégorie D). Donc, soit il y en a un qui a pris trop de marge de sécurité par rapport à la norme ou soit il y en a un qui a été un peu trop laxiste…

            Sinon, pour en revenir au bloc wc central, je l »ai dessiné à environ 90 cm au dessus du plancher du cockpit (45 cm au dessus du niveau des banquettes). Cela ne coupe pas la vision lorsque l »on est assis mais il est vrai que c »est une grosse verrue au milieu du cockpit. Malgré tout, je ne pense pas que ce soit rédibitoire. On a fini par s »habituer au bloc « table » assortis de leur console de navigation et qui fleurissent au beau milieu des cockpits des croiseurs monocoque…

            Peut être qu »en lui trouvant une autre fonction comme c »est le cas des consoles centrales que l »on trouve sur les semi-rigide, ça passerait mieux ?… J »ai également réalisé un croquis hier soir où ce bloc pouvait être avancé dans la partie avant du cockpit. ,Je le présenterais lorsque les autres idées que cela génère auront un peu muri.

        2. Le bloc Wc central

           

          @ Phil_winnie : le bloc « salle d »eau » est une petite cabine fermée qui fait 80 à 100 cm de long par 60 cm de large (et 140 cm de hauteur, capot fermé). Lorsque tu l »utilises comme WC, tu n »es pas plus aux yeux et au su de tout le monde que lorsque tu utilises les toilettes de n »importe lequel des croiseurs cotier monocoque de moins de 8 mètres qui sont équipés d »un toilette indépendant. Dans les 2 cas, une simple cloison te sépare de la zone de vie et du reste de l »équipage.

          La différence ici est qu »effectivement, le reste de l »équipage peut entamer une danse autours du WC pour évoquer l »aide des dieux en cas de constipation forcenée.

          J »aurais préféré installer la « salle d  »eau » dans la petite cabine à l »avant mais l »accès est moins facile et il n »est pas possible de se doucher facilement debout et enfin, je ne trouvais pas de solution pour pouvoir proposer 2 couchettes utilisable en navigation à partir du bloc central.

          Ceci dit, ce type de toilette centrale n »a rien de révolutionnaire. On en trouve sur les semi-rigides d »une certaine taille depuis plusieurs années. En voici un exemple aperçu au salon nautique de Cannes cette semaine :

          Enfin, en terme d »utilisation, je trouve nettement préférable d »avoir un bloc toilette isolé (même s »il est placé au milieu de la zone de vie) plutot que d »utiliser un espace unique pour y installer à la fois les Wc, le coin douche et la couchette utilisée en navigation. D »une part, on sépare bien la cabine humide de la cabine sêche et ensuite, la couchette et les toilettes restent chacun accessible lorsque l »autre est utilisé.

  2. trokril 21Dis moi Jean Marc, est ce que tu as déjà des contacts avec
    le chantier Trokril pour discuter de ton projet et de leur
    volonté d »en etudier la faisabilité sur la base de leur coque ?

    1. trokril 21

      @ Jmvitto1 : Je suis en contact avec le boss de Jib Design, la société  qui conçoit et produit le Trokril 2. Sa volonté actuelle est surtout de lancer et promouvoir ce Trokril 21 qu'il mijote depuis 3 ans. Il est cependant ouvert (et compétent) pour étudier des projets de développement. Mais nous n'avons pas encore discuté du partenariat qui serait à mettre en place dans le cadre de la fabrication du Trek+Ultra basé sur le Trokril 21. Cela pourra se faire lorsque le projet et les grandes lignes de la solution retenue seront stabilisées et que le choix du Trokril 21 sera confirmé… Pour l'instant, je considère que ce projet est encore dans une phase de cogitation tout azimut et que beaucoup de choses peuvent encore évoluer.

      Le degré d'implication de Jib Design peut aller de la simple fourniture de coque et flotteurs pour le prototype à la production complète du bateau de série, et dépendra grandement de l'accueil qui sera réservé à ce projet par les plaisanciers.
      Je dois reconnaitre que pour l'instant, il suscite plus l'incrédulité ou l'hilarité que l'engouement et la prosternation des foules… Donc, à l'heure actuelle, c'est plus l'option prototype unique qui se profile plutot que production de masse sheepish . Mais il reste encore du boulot (beaucoup) et du temps (pas trop) pour améliorer le projet afin qu'il deviennent compréhensible et envisageable par plus de monde… large smile

      1. Adhésion au cahier des charges?????

         

        Jean-Marc…. tu écris:

        « Je dois reconnaître que pour l »instant, il ( le projet T+U version 7..) suscite plus l »incrédulité ou l »hilarité que l »engouement et la prosternation des foules… Donc, à l »heure actuelle, c »est plus l »option prototype unique qui se profile plutôt que production de masse sheepish« 

        Est-ce bien étonnant, au fond …?

        En ouvrant cette page « Trek + Ultra » ( tiens, le bandeau NauticalTrek en haut de la page a même disparu… Comme s »il s »agissait d »un nouveau site ?), dès que l »on a passé la lecture de l »onglet « Accueil » et qu »on lit « Le programme du Trek + Ultra »,on se rend compte que la possibilité  d »une cogitation collective autour de la « définition des besoins et des attentes » est déjà close!

        Tu as décidé préalablement de tous les critères du cahier des charges du « croiseur côtier dayboat collectif transportable » idéal, selon « Saint Schwartz » , tu nous les plaques comme ça, servis tous chauds, et comme gravés dans le marbre …… Et maintenant les gars, allez-y, défoulez-vous en me donnant des idées de solutions !

        Mais… ( et là, je rejoins un peu les différents propos de Gyls29, vu que j »ai « apparemment » la même culture de l »entreprise que lui en général, et la même culture du travail de bureau d »études en particulier !)….. pour qu »on ait coeur à cogiter des idées de solutions, il faudrait déjà qu »on adhère au projet….

        Gyls soulève la question de façon très pertinente :  » …Avec ce cahier des charges, si on lit entre les lignes, il y a plein de choix architecturaux qui sont déjà arrêtés. » … Pour sûr !

        Un petit rappel d »histoire?  au moins pour les nouveaux qui nous ont rejoint depuis peu sur N T? (car les « vieux briscards du petit tri », premiers membres « canal historique » de N T ont vécu la naissance du marché du « petit trimaran de rando transportable »,en étant souvent les premiers acheteurs…)

        – 2002: Virusboats lance le Magnum 21, et crée par là-même un micro-marché qui n »existait pas avant lui. C »est un succès!  Jusqu »à…….?

        – fin 2004-début 2005(?):  J-H Pommois crée AstusBoats, après que son proto en CP ait reçu un bon accueil à la Rochelle, et lance aussitôt l »Astus 20.1en polyester, qui évite tout montage-démontage sur la cale grâce à un ingénieux repliage à tubes télescopiques qui permet même de replier à flot, et surtout……. Une CABINE, permettant à deux personnes de s »abriter des intempéries et même d »y dormir …

        A part un gentil doux-dingue (il chambre de temps en temps, mais il n »est pas méchant…), qui s »évertua ( et s »évertue toujours…) à transformer son Magnum en mini-croiseur repliable et habitable…..les propriétaires de M21 revendirent illico-presto leur tri pour acheter un A 20.1 

        On peut dire qu »AstusBoats ravit alors à son concurrent  l »essentiel des ventes de ce nouveau marché….  Un des tous premiers trekkeurs à changer de monture nautique fut un certain Jean-Marc S, qui transformera rapidement son site internet en vitrine publicitaire de cette nouvelle marque, au travers de récits de vacances familiales riches de textes et de photos (qu »on a toujours grand plaisir à relire…).

        Parlons un peu météo:

        « Même en méditerranée », il ne fait pas toujours beau sur l »eau… Cette année, la méd a même connu un temps particulièrement pourri en juillet… => Chouette !!! Avec la version 7, dénuée de tout abri, on va pouvoir passer les journées bien trempés, se régaler le matin à replier les tentes de camping tendues sur les trampolines bien mouillées, de manière à les réinstaller détrempées le soir au moment d »aller se coucher! ça tombe bien, ça nous rappelle nos (très) jeunes années (très) désargentées ! Et on adore ça !

        « Des Escales de rêves » !!!!! Où ça ?

         => en Méditerranée « EST », et en Corse…oui…( avec le plan Natura 2000, qui va interdire partout les mouillages sauvages et imposer des corps-morts payants…pour combien de temps encore ?)

        => Et ailleurs ?

        Quelle utilisation du Trek Ultra version 7 pourrait-on faire lors d »une rando sur une (grande…) portion de côtes située , par exemple, entre la frontière espagnole et Marseille ( d »accord… faut être mazo pour aller y passer ses vacances, tellement c »est…moche ! mais c »est un exemple….qui peut ressembler à beaucoup d »autres portions de côtes françaises…)?

        « En saison », ce grand trait de côtes est un interminable cordon de bouées jaunes tendu à 300m du rivage, entrecoupé de place en place par une entrée de port, ne comportant bien souvent aucun avant-port permettant de s »amarrer à un corps-mort où jeter la pioche….

        => Seules places disponibles à prix abordable: des places de monocoques … Flotteurs repliés, tu les mets où, les tentes de camping? sur le quai ? succès garanti !

        Bon… je vais bientôt m »arrêter là….

        Après l »Astus 20.1, les copains se sont ( naturellement ?) orientés vers l »Astus 22, le Tricat 23.5… Il y en a même un qui a construit un Scarab22, un autre un Farrier F22…( avec des habitacles sympas…)

        A contre-courant de cette évolution ( perplexed ), tu nous proposes de retourner vers un « trimaran de boy-scout », et zzzoouuuuu ! youkaïdi, youkaïda! , à 8 rigolards sur un esquif de 6 mètres de long, »les paysages sont forcéments à couper le souffle parce qu »il fait toujours beau »…et c »est la fête !!!!

        Ben….. Ton projet ne déclenchera jamais d »hilarité de ma part, car j »ai trop de respect pour ta personne et tout ce que tu as fait pour nous , grâce à NT, depuis qu »on se connaît.

        Dubitatif… Je le suis .

        PHIL

        1. eric17

          Adhésion des pléonasmes

          @ Phil_winnie : ben heu … tu y vas pas, sur la page, et basta, non ?  

          OK, c »est vrai qu »à part quelque jeune grand-père doté d »une nombreuse petite famille et d »îles pas trop loin, je ne vois pas qui, parmi les « vieux kroumirs » (pléonasme, mais j »en suis. Il y a aussi, double pléonasme, un  « sous-club » de vieux kroumirs grincheux, fort dignement représenté), va se passionner pour ce projet.  Place aux jeunes, alors !

          Je vais passer voir le Multimono au grand pavois, le programme est exactement le même, (JMarc n »est donc pas le seul dingue dans le paysage), j »aimerais bien connaître la clientèle (et sa sociologie) et évaluer le succès du modèle. Pas sur qu »il me file son carnet d »adresses, mais bon, on peut toujours demander « si ça marche ».

          Arrêt et reportage prévu aussi sur le stand du BayCruiser23 (mon favori le 20 » n »est pas là). Pas de Montabin ni de Delamare non plus, dommage. S »il y a des trucs qui vous intéressent..

          PS : c »est vrai aussi qu »avec les aires marines protégées, les possibilités de mouillage forain et de camping nautique risquent fort de diminuer. Il y a plusieurs enquêtes publiques en cours (dont une entre Gironde et Vendée, pour le futur  »plus grand Parc Naturel Marin de France », voir les PDF et , et et enfin pour tout (?) savoir: ils sont bien gentils, mais des interdictions il va y en avoir …), c »est le moment – jusqu »au 22 septembre chez moi, dans toutes les mairies – d »aller y mettre notre grain de sel, seuls ou en assos. Sans oublier quand même que si rien n »est fait, on naviguera bientôt sur un désert nauséabond.         Y »a déja plus un seul poiscaille, ou quasi…  sad

          re-PS : je t »en veux pas du tout, Phil, c »est juste que c »est pas bon du tout pour ton hypertension, tout ça

          Alors yaka noyer les sujets de JMarc sous une avalanche de sujet rigolos de notre choix !!

          1. Adhésion des ectoplasmes ?@ Eric17 :
            Eric… Depuis le temps… On se connaît trop bien pour se rejouer la scène 3 de l »acte 2 !
            Je n »avais pas en tête de jouer l »ectoplasme( « le rabat-joie aigri grincheux has-been désabusé ») en concoctant, sur traitement de texte ( « chat échaudé craint l »eau froide! ») cette longue diatribe à l »attention première de notre ami Jean-Marc.
            J-M est un peu « comme nous »… Quand il a un truc en tête…il ne l »a pas au croupion !
            Sa vision du trek nautique a « quelque peu évolué », depuis le début des années 2000… d »abord vers des tris de plus en plus grands ( la famille grandissant…) puis un retour ( aux sources de l »essentiel?) vers des esquifs plus simples, légers, dépouillés….
            Cette évolution, je ne suis pas certain, au vu des réactions exprimées ici, que nous soyons très nombreux à vouloir la suivre…
            C »est pourquoi j »ai ressenti le moment où je devais peut-être lui envoyer ce signe… Il est tellement « dans son idée » que je ne suis pas sûr qu »il se rende compte du peu d »engouement que suscite son « retour aux fondamentaux »…
            Merci, pour tous les liens que tu viens d »insérer dans ton commentaire, en relation avec les arguments auquels j »ai fait allusion ( je ne sais toujours pas le faire…parceque ça me casse les gl…….de m »y mettre…)
            Mon grand-père me disait toujours, au vu de la grimace que j »arborais quand mamy posait une potée aux choux au centre de sa table: » c »est pas parceque t »aime pas ça qu »il faut en dégouter les autres! »

            Si mon intervention choque, il faut me le dire ! Je peux prendre mes distances… Ça aussi, je sais très bien faire…

          2. eric17

            Nooooon !

            @ Phil_winnie : t »en vas paaaas Philou, tu nous manquerais trop !

            on va créer le sous-club des « papys confort », alors ? et balancer des plans de bateaux pour équipage réduit et avec cave, et toc ! (ça me plairait bien, les « pinard ballasts »)

            (heu, j »ai pas dit « pour des caves », eh ho !!)

            Sinon pour les liens, j »ai une combine toute bête : je copie un lien vers la page qui m »intéresse sur n »importe quel site (par ex le nom d »un bateau, copié dans le catalogue Nautical Trust), ou même tout bêtement le nom du site, en bleu sur une page de recherche / Google, et je la colle dans mon texte. Puis je mets au milieu de ce lien le nom qui me convient, et j »efface tout ce qu »il y a autour, et, milagro – caoucagno, ça marche !! Même en préparant le texte sur Word (où tu peux vérifier que c »est bien un lien). Et ça évite les « codes yacs » & autres bidules, ça j »ai jamais réussi !


            et mine de rien, là, on est en train de noyer le poisson même si le « Schwartzboat », il va pas être facile à enfoncer, je crois bien

          3. Adhésion des ectoplasmes ?

            @ Phil_winnie : Bien que "jeune" sur NT (même si je n'ai plus 20 ans…), je me permets de donner mon sentiment .

            Je pense que tu as effectivement trouvé la raison des recherches actuelles de JM : sa famille grandit .

            C'est à dire que ses filles ne s'intéressent plus à la navigation en tant que telle . Elles veulent passer du temps avec les copains-copines . Si c'est sur l'eau : tant mieux . On s'amusera bien, et en plus on fera plaisir à Papa et Maman .

            Mais passer, ne serait-ce qu'un week-end, loin des copines pour faire du bateau : non .

            Il faut donc trouver un bateau qui peut emmener du monde, et qui permette de continuer la fête, à l'escale . Parce que, s'il faut rentrer en voiture avec Maman ou Tata chaque soir : trop la honte !

            Je n'ai pas de mal à ecrire ces lignes : j'ai les même à la maison !

             

          4. eric17

            Adhésion des ectoplasmes ?

            @ Christopheb3 : tiens, tu appelle ça des ectoplasmes, toi ? moi je dis plutôt "lests mobiles"…

            mais en continuant ton raisonnement, ça m'inquiète un peu : les miennes ont quitté le nid depuis un moment, mais pour peu qu'une d'elles se trouve un tatoué fana de voile… c'est un truc à se faire piquer le bateau et à se retrouver piéton, ça….

            houlala … si j'arrive à me le faire, mon bateau, je me le finirai bien cracra, pour pas qu'il fasse trop envie ! et par sécurité je remettrai de l'eau de mer – mazoutée – dans les 'pinard ballasts' (c'est que je n'ai pas complètement raté leur éducation).

          5. Adhésion des ectoplasmes ?

            @ Christopheb3 :

            Euh oui…  je crois reconnaitre les demoiselles

            Pour ma part je vais continuer à cogiter sur mon M21S:

            à mon age le camping c »est fini…

            Mais trouver un truc entre prou et première poutre plus un dossier entre les poutres pour limiter les embruns et améliorer le confort de Maryvonne… prolongerai le plaisir de naviguer quand ça éclabousse!

            Mon credo: pas de trou ni de transformation irréversible!

            @ phil-winnie:

            Pour des tubes télescopiques façon chris et lolo que faites tu des divers rivets qui traversent les poutres d »origine du M21..?

            Dominique ( dpaube@orange.fr)

          6. Adhésion des ectoplasmes ?

            @ Louvic :

            Salut Dominique !

            Je viens de t'envoyer un mail "copieux" avec abondance de photos!

            – Des photos d'archives du contremoulage du pont entier de Winnie ( j'ai bien essayé de t'indiquer un lien vers l'épisode de la construction de Winnie…Mais….." La saga" a disparu tout bonnement de la fiche de Winnie….), qui constitueraient les fonds de tes trois morceaux en kit ( mini-rouf, et assises latérales avec dossiers) à boulonner sur la coque en se reprenant uniquement sur tous les vissages existants ( c'est largement faisable…puisque je l'ai fait !).

            – D'autres photos, prises à l'instant même, de Winnie tout  assemblé ( hormis quelques éléments de carrosserie des extrémités arrière…)qui montrent comment je fixe un tas de trucs sur les deux poutres fixes avant et arrière sans faire de trous dedans! (hé hé hééeeee…)

            ça en jette, hein, des flotteurs de Dart20 sur un Magnum ?!!!

          7. Merci Phil

            @ Phil_winnie :          Hélas je n »ai pas tes compétences (aucune même  ) en plasturgie…

            Donc modestement pour mon M21S je vais m »inspirer d »idées  glanées dans ce fil de conversation: avec dossier en tube inox ou alu supportant un tissu imperméable pour isoler le dos et les fesses. Les cousins sièges pour le confort seront une option je crains de perdre les trop précieux centimètres qui évitent le « contact » avec la baume.

            Pour la protection des embruns générés sur la prou: existerai t il dans le commerce des plaques planes en polyester prête pour la découpe ? J »imagine trouver ainsi le matériau aussi facile a travailler qu »un contre plaqué mais insensible à l »eau, pour fixer 2 triangles de part et d »autre de la prou jusqu »à la première poutre. (à défaut de matériaux « marin » je trouverai peut être chez un spécialiste du bâtiment !  )

            @ tous:     WC – Tant qu »a être le centre d »intérêt : au diable les regards !!! 

            Le bon vieux seau réglementaire n »est pas encombrant et même obligatoire !

            Et pour la douche : Une douchette de pont suffisante pour profiter du beau temps. En plus la douche n »est elle pas une option qui dépasse les critères de poids du projet ? (Avec une énorme réserve d »eau douce : doucher 8 passagers sur un WE & plus…)

            Certains pourrons imaginer une cabine de douche amovible sur le rouf avec évacuation direct à la mer, (en toile, soutenu sur le mat et à double usage douche/WC, pour préserver les pudeurs et mieux ventiler les odeurs)

            Et puis pourquoi pas un système de WC/douche rétractable en toile à l’arrière de la dernière poutre (donc ne pas trop la reculer) avec avantage supplémentaire les passagers regardant toujours de l »avant les regards ne seront pas concentré sur l’édicule.  (bon en navigation il y a un problème pour barrer)  (il va falloir imaginer une plage arrière rétractable)  (cela me fais penser à la cabane au fond du jardin)

            Enfin c »est juste quelques réflexions pour faire avancer le simimichlimblik

            @ Didier :      Le chocolat aux normes CE avec graisses de palmier doit plutôt être un accélérateur…

            @ tous :       les conversations sont de plus en plus terre à terre  ! Et si on revenait à la pleine mer ?

            Dominique       dpaube@orange.fr

             

             

          8. Merci Phil@ Louvic
            Pourquoi veux tu trouver des plaques de fibres de verre-polyester toutes faites dans le commerce? :

            Fais les toi-même ! C »est tellement facile !
            Les résines (polyester ou époxy) n »adhèrent pas sur la mélamine, même sans cire de démoulage !
            Tu achètes des tablettes de chez Casto-Merlin, du tissu, de la résine et du catalyseur, des rouleaux à peinture basiques à poil court ( pattes de lapin) et roule ma poule !

          9. Adhésion des ectoplasmes ?@ Phil_winnie : est ce qu »il y a des vues de Winnie 2 sur le site ou ailleurs ?

          10. Adhésion des ectoplasmes ?@ Jmvitto1 :

            Pour l »instant, on ne peut parler que de vues du « chantier de Winnie 2″…( j »ai envoyé des photos toutes fraîches à Jean-Marc hier…)

            Envoie-moi un courriel à philipperouard(arobase)sfr(point)fr, et je te les ferai passer.

          11. moins d »embruns, plus de confort

            @ Louvic : Tu pourrais commencer par simplement tester une toile tendue provisoirement entre l »étrave et les poutres avant. Si tu constates que c »est efficace pour bloquer les embruns, tu pourras ensuite en faire confectionner une jolie en mesh et la fixer proprement et solidement le long de la lèvre de la jonction coque-pont via un rail alu ce qui permettra, en plus, d »avoir un trampoline « anti-chute à la mer » lorsque tu te déplaces sur l »étrave.

            Pour le dossier dans le cockpit, il existe des chandelier inox sur lesquel on fixe une sangle dorsale. Mais si tu veux vraiment soigner Maryvonne, tu peux lui offrir un siège Comfort seat

            Tu peux aussi t »inspirer de l »idée du dossier de cockpit en tube (et de la protection en toile étanche qui y sera fixée) qui est proposé dans cette version du Trek+Ultra… Son object est également d »apporter le confort d »un support dorsal tout en protégeant (un peu) des embruns.

          12. moins d »embruns, plus de confort

            @ Jmarc :

            Dominique a spécifié: « pas de trou ni de transformation irréversible! »

            Tu les fixes comment, tes chandeliers et tes sangles dorsales ?

            J »avoue… A la résolution de tout problème sur un bateau, j »ai le réflexe « résine et fibre de verre » !

            Faut avouer que c »est tellement facile et pratique !

             

            Je suis en train de finir de « recarosser » WINNIE… Je prends mon temps… (les profs ont recommencé à bosser… z »êtes pas au courant perplexed …..) Et je me régale!

            Les premières photos que je publierai seront :

             « WINNIE à flot… bien dans ses lignes… couleur de coques » gris anthracite » , antifouling noir,  voiles en pentex (gris) avec un gennaker code zéro noir !

             

             

          13. moins d »embruns, plus de confort

            @ Phil_winnie :    

            Winnie va devenir un Pen Duik !  Ou un bateau pirate ? Evite de hisser la tête de mort et la flamme rouge.

          14. moins d »embruns, plus de confort@ Louvic :
            Le gris foncé et le noir n »amincissent pas « que » la taille des dames….
            Les « superstructures » de Winnie( en gros la cabine quoi…) n »auraient pas augmenté la longueur de ma coque centrale si le magnum avait eu une étrave verticale !
            En prolongeant l »étrave inclinée du Magnum, Winnie est passé de 21 à 22 pieds ……
            En cas de visite des gabelous sur l »eau, il y a intérêt à ce que Winnie paraisse le plus petit possible…afin qu »il ne leur vienne pas l »idée de sortir le mètre à ruban pour vérifier tout ce qui mentionné dans « le p »tit livre orange »….

          15. moins d »embruns, plus de confort

            @ Jmarc :     nos commentaires se croisent :  et Phil a déjà préciser, pas de trou ! Heureusement les poutres du magnum possédent beaucoup d'écrous à oeil. je devrais y trouver des points d'accroche facilement.    La bache tendue j'ai tester mais ça vibre comme une voile qui faseye c'est tres désagréable.

            Merci pour la réactivité c'est chouette …

        2. Adhésion au cahier des charges?????

          @ Phil_winnie : oui, absolument. J'ai toujours écrit que ce projet cherchait à répondre au programme de navigation que j'envisageais, en prennant en compte mes contraintes. Je n'ai jamais cherché à imposer l'idée qu'il s'agissait du bateau de rando idéal pour de tout le monde.

          Je crois que vous être nombreux a avoir cru qu'il s'agissait de définir et concevoir le bateau idéal pour tous les randonneurs nautiques… et a être énervés de voir que le bateau esquissé ne correspond pas à votre besoin. Il me semblait pourtant avoir bien pris le temps d'expliquer que ce n'était pas sur la définition du cahier des charges que je sollicitais de l'aide et des idées mais sur les solutions permettant de répondre à mon cahier des charges…

          Maintenant, contrairement à toi, je ne pense pas qu'il faille obligatoirement  "adhérer au projet pour avoir du coeur à cogiter des idées de solution". Penses tu que tout ceux qui, comme moi, ont pris du temps pour te suggérer des idées ou te donner leur avis sur les points sur lesquelles tu nous as sollicité à propos des transformation de Winnie, avaient comme projet d'acheter un Magnum 21 pour le transformer en croiseur côtier ?… Pour ma part, j'avais surtout à coeur d'aider un copain parti dans son "trip" très personnel, comme je le pouvais avec l'expérience que je pouvais lui apporter.

          Mais il n'y a pas de lézard. Cela ne me gène pas de continuer de faire avancer tout seul ce projet marginal. J'essaie seulement d'expliquer (encore) de quoi il s'agit pour tenter de limiter toutes les discussions inutiles et hors sujet…

          Donc si vous avez envie de faire progresser ce projet (celui de Jean-marc Schwartz !), vos idées et informations sont les bienvenues mais si vous n'avez pas envie, ne vous forcez surtout pas wink

           

        3. Adhésion au cahier des charges?????

          @ Phil_winnie : Quelle utilisation du Trek Ultra version 7 pourrait-on faire lors d »une rando de plusieurs jours entre Perpignan et Fos sur mer ?

           

          réponse : aucune !  Même sur un confortable croiseur de 15 mètres de long, je ne vois pas l »intérêt d »une telle croisière( si ce n »est d »accéder à la zone de navigation qui suit). Le Trek+Ultra n »a pas de recette miracle pour rendre cette navigation passionnante. Mais l »avantage du Trek+Ultra sur le gros croiseur, c »est que ce trajet sans grand intérêt sera torché en moins de 3 heure… par l »autoroute wink
           
          Quand aux escales de rêve, elles ne sont pas le seul privilège de la Provence et de la Corse. Quelques images extraites de récits en provenance d »Atlantique et de la Manche : 


           

           

        4. A contre-courant ?…

           

          @Philou : Aller dans le sens du courant n'est pas cité dans les objectifs du Trek+Ultra. Surtout qu'avec les renverses de courant, cela peut être compliqué.
           
          Je remarque par exemple qu'une partie non négligeable des personnes que j'ai croisé et qui s'intéressent aux dayboats transportables ont possédés auparavant des croiseurs habitables de plus en plus gros… Jusqu'au jour où ils se sont dit que ce n'était plus le bateau qui leur convenait.
          Dans les propriétaires de trimaran transportable que tu cites et qui sont passé récemment du 20 pieds au 22 pieds, j'en connais déjà un qui envisage sérieusement de revenir à un 20 pieds.
          D'autres revendent leur Astus 20 pour s'acheter un petit Weta 5 pieds plus petit…
          S'agit-il d'une évolution à contre-courant qu'il faudrait réprimer ?… Je dirais plutot qu'il y a plusieurs courants qui sillonnent notre plan d'eau wink
          1. Qui parle de répression?@ Jmarc :
            « Réprimer l »évolution de ceux qui vont à contre-courant… » ben surtout pas…!
            Chacun trouve son bonheur sur l »eau avec l »engin qui lui sied le mieux…

            Devant l »ampleur des réactions ( qui commencent à tourner en rond…)à mon commentaire « tentant d »apporter une explication » au peu d »engouement manifesté envers ta dernière mouture, je me dis que j »aurai encore mieux fait de………

          2. A contre-courant ?…

            @ Jmarc :

            En fait comme dit JMVitto, il faudrait 2 bateaux:

            -un Weta pour la sortie en solitaire, a 2 pour la 1/2 journée, pour regater en temps compensé sur des petits parcours ( Moisson…)

            -un F22 pour les week end dans les anglo, les semaines dans le golf (du Morbihan), les vacances en Corse, Croatie ou les iles Greques, et regater en temps reel sur des parcourts plus longs (le tour de l »ile de belle ile, …)

            Le cmpromis entre les 2 n »est pas facile a trouver, nous t »aiderons tous dans la quete de ton graal !

          3. eric17

            A contre-courant ?…

            @ Thierryh : ça me rappelle confusément  « quelqu »un« , qui voudrait un Weta avec cabine pour se promener ET un Hobie de 12 m pour dormir sur le trampo (ou dessous, j »ai pas tout compris, je crains)…

  3. Nauticaltrek

    Nauticaltrek est le meilleur site de trekking nautique et voilier trasportable qu'il ya

  4. eric17

    et toc !

    @JMarc : moi à ta place, je dirais merci à Francesco, et pan dans les dents à Phil et autres screugneugneux !

    …Bon, c »est vrai que le gogueneau au milieu du cockpit, ça surprend un peu

     La norme (et la méthode officielle) sur les calculs de stabilité m »intéresse aussi (c »est pas donné, leurs trucs).

  5. trokkril, MagnumJe voulais de mon coté m assurer que VirusBoats, le grand pionnier de ce secteur
    des petits trimaran transportables (cf VirusPlus et ensuite Magnum22) n »etait pas
    en train de nous mijoter un truc !!!! De Kersausan me confirmait avoir raté
    le coche de l »evolution et s »etre fait distancer par Astus entre autres.
    Aujourd hui ils se concentre sur les Yoles…sans pour
    autant discontinuer le 21.

  6. voilier gigogne

    Bonjour,

     

    est ce que l'idée de remorquer sur l'eau une 2nde coque pour servir à tout ce que Jmarc veut faire avec, et qui en plus pourrait recevoir la coque du voilier remorqueur (d'où le titre) pendant le transport routier, et qui du coup ne serait utilisée que lorsqu'on en a vraiment besoin (plusieurs jours à plusieurs) serait une idée totalement délirante et j'en passe et des meilleures ou alors l'idée qui va révolutionner la pratique de la voile dans les décennies à venir perplexed

    1. voilier gigogne

      @ Eric34 : c'est ce que j'appelle une idée judicieusement délirante… good, I like

      On avait déjà évoqué l'idée d'utiliser plusieurs embarcations car un Astus 22 sur lequel nous partions parfois à 8 pour un week-end coute le même prix que deux Astus 20 sur lesquels navigueraient (et dormiraient) 4 personnes. Par contre, une telle expédition avec 2 bateau, c'est plus lourd à organiser. Il faut 2 véhicules tracteurs, mettre 2 bateaux à l'eau, avoir 2 équipages capable de manoeuvrer,… Du coup, ton idée de bateau gigogne prend tout son sens pour résoudre la question du transport et de la navigation en configuration  "collective".

      Trainer une "remorque" sur l'eau, c'est vraiment pénalisant pour les performances (surtout si elle est chargée) et ça complique les manoeuvres lorsqu'il s'agit de naviguer au ras des cailloux ou d'aller se glisser au fond d'une crique après avoir slalomé entre les bateaux au mouillage. Je serais plutot partisant pour 2 bateaux autonomes (mais là il faut 2 équipages "au point")… ou une rallonge de bateau qui viendrait avec son gréement et son plan antidérive. Il y aurait un bateau principal, par exemple un trimaran genre Astus 20 et on lui grefferait derrière un tronçon avec un mat , une petite cabine et deux autres trampolines et flotteurs.

      Je ne sais pas comment le tout s'articulerait lors des virements de bord mais j'aime bien l'idée smile

      Resterait la problématique du transport où là aussi, il faudrait pour accrocher le second module derrière la première remorque si l'on ne dispose pas de 2 voitures équipées d'un attelage… 

      En continuant de délirer, on peut aussi imaginer un tronçon avant (étrave avec cabine avant) suivi de plusieurs modules intermédiaire (un par famille), chacun ayant sa petite cabine, son mat, ses trampolines et flotteurs, et un dernier tronçon avec la jupe et le moteur. ça me rappelle ce projet de bus modulaire fonctionnant avec des moteurs à air comprimé. Selon la capacité désiré, on rajoute des tronçons ayant chacun leur moteur et réservoire d'air (voir http://www.mdi.lu/multiflowair.php)

  7. coques gigognesJe ne sais avec quel niveau de sérieux Eric34 a émis son
    Hypothèse mais il est intéressant de noter que dans le monde
    du camping car il existe une société a Nantes qui propose des fourgons
    aménagés que l »on peut allonger à l »etape = compacité sur la route et un max
    de place à l »etape, comme certains enormes camping car qui, pas encore assez
    spacieux ont les parties lattérales extensibles.

    1. coques gigognes

      @ Jmvitto1 : on peut découvrir cette semaine au salon de Cannes un bateau à moteur qui reprend l »idée des gros camping-car qui s »agrandissent en largeur une fois arrivée sur leur aire de parking. Celui là était judicieusement nommé : Wider

      Encore un qui est jaloux de la stabilité et de l »espace offert par nos trimarans au mouillage !

  8. Metéo

    Et la Bretagne, vous y pensez à la Bretagne  Hein, et la Manche vous y pensez à la Manche, les biminis, tente 2" et tintoin du genre c'est pas trop les solutions

    1. Metéo

      @ Didier :

      C'est pour ça que les gars dont parle Phil qui sont passés aux 22 pieds (ou 23.5) avec cabines sont tous dans le nord (l'hiver, et parfois dans le sud l'été).

  9. Difficultés à adhérer

    Sans vouoir faire de la psychologie, je pense que c'est la version 7 du Trek+Ultra qui a déchaîné les passions. c'est vrai qu'il est un peu extrème ! (D'ailleurs, au dela de l'aspect 'ponton flottant", la distance entre les poutres me fait très peur.)

    J'ai moi même du mal à me retrouver dans ce cahier des charges ambitieux mais j'essaie de participer pour la beauté du geste et je me dis qu'avec Jean Marc ça n'a pas l'air d'être un coup dans l'eau, mais peut être quelque chose qui va aboutir.

    Je suis en train de réfléchir à une version un peu moins extrème ( quoi que !) et qui fera, je l'espère, adhérer peut être plus de monde.

     

    objectif, même habitabilité intérieur et extérieur :

    -repas tout le monde dans le cockpit ou tout le monde dans la cabine

    -coucher : 4 à l'intérieur, 4 à l'extérieur.

    Pour ce faire, mes recettes magiques sont : poutres surélevée à l'avant et roof à géométrie variable.

    Sinon je suis en train de réfléchir aussi à une carène différente afin d'avoir une bête de course dans une configuration 2 personnes en mode ultra léger. En effet, en partant du principe que en charge complète on est à 500+650 = 1 150kg et que en ultra léger on est à 500+150+50 = 700, je pense qu'il y a quelque chose à faire

    1. Difficultés à adhérer

      @ Gyls29 : j'ai hate de découvrir ta version et tes idées !

      C'est vrai qu'un avantage du multicoque par rapport au monocoque, c'est que lorsqu'il est très allégé par rapport à sa charge prévue, il est moins enfoncé, diminuant sa surface mouillée mais gardant toutes ses qualités de stabilité. On obtient alors un engin qui gagne en puissance sans perdre en sécurité.

      Avec un monocoque allégé (par exemple un monocoque à lest liquide dont on aurait retiré le ballast pour l'utiliser en "sport boat"), il se retrouve plus haut sur l'eau avec une largeur de flottaison diminuée. Du coup, la stabilité du bateau est affectée et il peut devenir plus délicat à maitriser.

  10. babar74

    famille nombreuse, famille heureuse

    Ils ont l »air d »avoir la banane les boats paupaul, et JM n »est pas si seul en son programme 

     

    1. sacré Multimono !

      @ Babar74 : Excellent ! Avec 3 gamins chacun, on est tout de suite à 10 dès qu'on invite des copains…

      Je suis impressionné par la stabilité et la vélocité du Multimono. On sent qu'il y a la place et la capacité de charge pour le jour où  tous ces bambins auront grandi.

      Dommage qu'on ne voit pas l'escale de toute la troupe sur une plage de l'ile d'Houat. Je pense que ça devait être joyeux…

      1. boat people

        ça me rappelle cette journée passée sur la rivière d »Etel à 10 sur un trimaran de 6 m. Comparé au Multimono, on était nettement moins à l »aise dans le cockpit… par contre, la petite cabine nous a permis  de faire faire la sieste à 5 gamins à la fois !

  11. Démâtage rapide

    Peut-être une idée dont il faudrait s »inspirer….

    Je n »ai pas beaucoup d »expérience dans le domaine de la randonnée nautique. Mais cet été, nous avons eu l »occasion de naviguer quelques jours sur un Valk dans la Frise Néerlandaise. Dans cette région (et malgré la météo…) , la randonnée nautique est très populaire et il faut pouvoir mâter et démâter plusieurs fois par jour pour pouvoir passer sous les nombreux ponts. Tous les Valks sont équipés d »un système qui permet à deux enfants (10 et 12 ans) de démâter en une dizaine de secondes. On se retrouve alors avec un tirant d »air de 90cm.

    Le système se trouve dans le mat. Un levier permet de libérer l »étai, puis un vérin hydraulique permet de retenir le mat lors de sa descente du mât.


    On a trouvé ce système très pratique….Par contre, il est peut être difficile d »implémenter ce concept sur tous les types de voiliers. En effet, les Valks sont des voiliers avec un mat assez avancé et un gréement aurique.

    1. Démâtage rapide

      @ Te : très ingénieux ce système hollandais ! Mais je pense effectivement qu »il est très bien adapté à ce type de gréement car le mat est court (donc moins d »effort à gérer lorsqu »il est incliné) et ne dépasse pas trop du bateau une fois baissé (ce qui permet de le laisser en place sur la remorque, sans devoir retirer le pied de mat avec toute sa mécanique).

      Pour un grement Marconi avec un grand élancement, come c »est le cas sur les trimarans, je ne crois pas qu »un tel système pourrait fonctionner. D »un autre côté, on a aussi moins besoin qu »eux de baisser et relever le mat plusieurs fois dans la journée wink

      j »ai découvert avec plaisir leur système de vis de mulet déporté vers l »arrière qui permet de laisser fixer au mat la bome (et le pic) avec la voile lorsque le mât est abaissé. J »imaginais proposer quelques chose de similaire sur le Trek+Ultra pour gagner un peu de temps en évitant de devoir installer ou ranger la bome avec la grand-voile. Cela impose par contre de couvrir la voile avec une housse lors du transport pour ne pas l »user prématurément. Il faut donc voir si l »on gagne effectivement du temps au final… mais on évite déjà d »encombre la cabine avec la bome et la voile.

  12. babar74

    idées à prendre

    Le matage du multimono est pas mal aussi, d'autant plus que le dit mat sert de faîtière à une tente aérodynamique capable de résister à 35 nds de vent: pas mal.

    Autre idée exploité en partie par le multimono, c'est le principe de la pirogue à balancier du type indonésien: une coque volumineuse et haute, sans leste, avec des flotteurs qui ne fonctionnent pas comme un trimaran (en résistant à l'enfoncement), mais en jouant sur le déplacement du centre de gravité (comme l'équiibriste sur son fil) C'est un peu comme ce jeux de notre enfance, qui consiste à planter dans un bouchon de liège trois fourchettes, puis sous le bouchon, une aiguille : quelques soit le mouvement donné à l'ensemble, l'équilibre est parfait. Tout ça pour dire que le concept multicoque ne doit pas se réduire à un dilème cata versus tri.

    Pour l'habitat, le principe dévellopé sur le Tiki 8 mètre d'une tente rigide en naviguation mais encore utilisable pour dormir, puis qui se déplie à a manière de certaine caravanes (toît en dur et mur en toile !) c'est pas mal aussi…

  13. Et pourquoi pas une tente Queshua T4.2 ?

    Si, si ! Une tente Queshua T4.2 installée transversalement sur un magnum 21, couvrant le cockpit et les deux trampolines !

    Jean-Marc l »a fait, le 3 novembre 2006 ( séquence vieux dossiers!!!) sur Winnie, déjà doté de son repliage swing-wing, et le chantier de fabrication du roof déjà amorcé….

    Z »étaient mignons nos pitchounes il y a cinq ans, non ? 

    1. Et pourquoi pas une tente Queshua T4.2 ?

      @ Phil_winnie : c »est une solution valable pour un bateau sans cabine mais lorsqu »il s »agit d »intégrer l »accès à l »entrée de la cabine, c »est plus compliqué…

      Par contre, on la trouve maintenant avec un système « 2 seconds » qui permet de résoudre le problème de montage un peu fastidieux de la T4+2 (mais un sacré diamètre une fois repliée sheepish )

       

      1. Et pourquoi pas une tente Queshua T4.2 ?@ Jmarc :

        Nous nous étions également fait d »autres réflexions, si tu te souviens…:

        – avec une hauteur de 1,80m au dessus des plats-bords (2,20-2,30m au dessus du fond de cockpit) il y a fort à parier que cette tente occasionnerait un fardage important au mouillage.
        – quid du passage du mât? Des haubans ?
        – difficulté de l »installer (et la replier…) sur l »eau…

        1. Et pourquoi pas une tente Queshua T4.2 ?

          @ Phil_winnie : Effectivement, le fardage et les difficultés de montage et démontage avait été également évoqués (voir [section=304]).

          Pour la question du montage/démontage, la version "2 seconds" de cette tente permet d'y répondre très efficacement (Tente Seconds Family 4.2).
          Pour la fardage, avec une hauteur sous-barrot de 2m20 une fois la tente posée sur les trampoline, c'est royal. On se croirait à la maison… sauf quand le vent est de la partie.
          Avec la tente T4.2, il était envisageable de réduire sa hauteur en n'installant pas le dernier tronçon de chaque arceau. Il fallait alors bricoler un peu la tente pour continuer de pouvoir la tendre avec cette hauteur réduite.
          Avec le modèle "2 seconds", je ne crois pas que cette option soit aussi facilement envisageable…

Laisser un commentaire

Fermer le menu