Beaucoup pensent qu’il est risqué de partir en croisière sur un tout petit bateau alors qu’une préparation adéquate, et quelques précautions, permettent de pratiquer la randonnée nautique en toute sécurité, y compris avec de jeunes enfants.

Port du gilet

Il devrait être systématique pour les enfants, et pour toute personne peu à l’aise dans l’eau !

Idem pour tout l’équipage si les conditions de vent et de mer font qu’il peut être difficile de récupérer rapidement quelqu’un tombé à l’eau. C’est d’autant plus vrai si l’on déboule au portant sous spi car il faudra nettement plus de temps pour affaler le spi puis remonter au vent jusqu’au naufragé.

Enfin, lorsque le « skipper » est la seule personne compétente à bord pour manoeuvrer efficacement et rapidement le voilier, il devrait également porter son gilet (même par une météo facile) car s’il tombe incidemment à l’eau, il risque d’attendre assez longtemps (en regardant son voilier s’éloigner inexorablement…) avant que le reste de l’équipage ne parvienne à manoeuvrer (ou pas ?) pour revenir le chercher.

A noter qu’il est bien plus simple de repêcher une personne tombée à la mer avec un petit voilier qu’avec un gros croiseur, moins manœuvrable, et haut sur l’eau.
Aussi, il est utile (voire indispensable…) d’entraîner l’équipage à repêcher un objet flottant dans des conditions variées (avec du vent, sous spi, sans l’intervention du chef de bord, …).

il est facile de surveiller les enfants sur un petit voilier car il n’y a que 2 places possibles : la cabine (aucun risque) et le cockpit (à proximité immédiate des adultes).
Pas d’enfant traînant sur le pont, sur le balcon arrière,…

Même si la VHF est un moyen pratique pour demander de l’assistance (attention de ne pas en abuser), comptez avant tout sur vous-même.
La proximité du rivage ne laissera peut-être pas le temps nécessaire aux secours, ou aux autres bateaux, de venir vous sortir d’un mauvais pas.

Informez-vous avant de partir

La météo, avant tout.
Mais aussi les courants, les dangers connus, les abris possibles, …

Abris

Si la météo se gâte, vous n’êtes jamais loin du rivage, et les possibilités d’abris sont nombreuses : petite crique, bout de plage, recoin derrière une pointe, rivage abrité par des roches, morceau de quai, embouchure de rivière, …  A noter qu’une anse longue et étroite (calanque) atténuera rapidement la houle qui y rentre, pour offrir un plan d’eau parfaitement calme à son extrémité.

En cas de scénario catastrophe (bateau démâté, plus de moteur, pas d’assistance à proximité, le vent qui pousse à la côte), vous pouvez toujours beacher « à la hussarde », et mettre l’équipage à l’abri à terre. Quitte à réfléchir ensuite aux options permettant de préserver le bateau : mouillage, hissage à terre, …

Naufrage

Un bateau lourd drossé à la cote, s’il n’est pas détruit par les vagues, sera très difficile à remettre à flot, et risque fort de terminer là son existence, victime de pillages.
Un petit voilier sera remonté au plus haut par les vagues (en le maintenant avec une amarre pour l’empêcher de repartir avec la vague). Il pourra ensuite être remis à flots avec quelques paires de bras.

Chavirage

Même les gros voiliers de croisière, mono ou multicoques, sont susceptibles de chavirer dans des conditions particulières de mer et de vent. C’est donc encore plus vrai pour un petit voilier.
Soyez raisonnable si les conditions de vent et de mer ne sont pas adaptées à la taille de votre bateau ou à l’expérience de l’équipage : restez tranquillement à l’abri.

Courage, fuyons

N’oubliez pas que remonter face à un vent fort peut être difficile et éprouvant pour le bateau et l’équipage, alors qu’il suffit de longer la côte dans l’autre sens, pour se retrouver au portant, dans des conditions de navigation bien plus faciles.
Il est souvent préférable de changer son programme, plutôt que de s’entêter contre les éléments.

En conclusion

Faites preuve de bon sens marin.
Observez l’environnement en essayant d’anticiper les difficultés.
Restez humble face aux éléments.
Ne présumez pas de vos forces, ni de celles de l’équipage.
En cas de doute, restez à terre.

Fermer le menu