Belle Ile en Magnum 21

Belle Ile en Magnum 21

Le projet

Après plusieurs années de stage de voile à l’école des Glénans, j’ai eu une envie folle d’essayer une navigation sans moniteur.
Majeur et vacciné, j’ai réussi à convaincre mes meilleurs amis (qui n’étaient pas des fans de voile à la base, mais qui sont devenu marins sur le tas) de me suivre.

Pas question de prendre trop de risques : le périmètre de navigation se situe entre Lorient, Groix et Belle-île; mais il laisse de belles perspectives de navigation.

A l’origine, ça devait être un raid en catamaran sur un Hobbie Cat 16 (catamaran de sport) à deux; mais ne trouvant aucun loueur de catamaran à la semaine, j’ai cherché d’autres types de bateaux, et j’ai décidé de louer un Magnum 21 de Virusboats.

Étudiant à Nancy, tout a été préparé de là-bas, et les dernières mises au point ont été faites avec les équipiers dans le Val D’Oise.

Nous sommes partis avec de quoi faire le point efficacement, quelques affaires, du matériel de camping, quelques rechanges d’accastillage et 3 cartes du SHOM…

Je n’avais jamais navigué sur un trimaran, je n’étais jamais parti seul, et aucun de mes équipiers n’avait fait de croisière…
Mais la motivation, le sérieux de la préparation et la bonne humeur, conjugués à un temps fabuleux, nous ont offert des souvenirs magnifiques et une expérience nautique incomparable…

Le matériel

En tant qu’étudiants, nous avions un budget plus que réduit. Virus nous a prêté tout le matériel de sécurité à la location du bateau, mais il nous a fallu compléter notre sac !

Pour le camping, nous avions deux tentes Decathlon : la T2 et la T3.
Nous ne connaissions pas les dimensions exactes des trampolines, donc nous avions prévu une dizaine de tendeurs pour fixer les tentes sur les poutres.

Nous n’avons testé le système que 2 fois : il a marché à merveille ! ( Surtout pour la T2 qui est exactement aux dimensions du trampoline !).
Le seul inconvénient : le vent passe sous les trampolines et sur les coups de 4h du matin, un petit courant froid vient chatouiller les orteils…

Même si l’accastillage fourni était suffisant, nous avions emporté 10 petites manilles, 10 mousquetons, une dizaine de mètres de garcette et d’écoute.
Finalement rien ne nous a servi, sauf la garcette : l’anneau brisé qui empêchait le safran de sauter m’a échappé des doigts le 1er jour; un bout de garcette l’a remplacé pendant les 7 jours.

Le choix du bateau s’est fait un peu par hasard, puisque je cherchais le moins cher possible… mais je ne trouvais pas de location à la semaine pour les catas de plage.
Mais finalement, le Magnum 21 s’est avéré la meilleure alternative, et nous avons pu le vérifier sur l’eau !

Au vu de la quantité de bagages que nous avions sur le ponton, nous étions inquiets, mais le coffre avant a tout avalé : une semaine d’affaires + matériel de camping + 3 jours de nourriture.

Autant dire qu’avec 4 adultes à bord et tout le chargement, nous étions très proches de la charge maximale… Ce qui ne nous a pas empêché de faire un surf à 10 nœuds, sans le spi !

Les 20 nœuds annoncés chez Virus doivent sans aucun doute être réalisables avec le spi (et un peu moins de chargement !).

Un semblant de navigation? Même si la météo n’a pas été capricieuse, le GPS nous a permis de gagner beaucoup de temps au moment de faire le point!

1er jour : Paris – Port Louis – Groix (9 Milles)

Nous nous préparons à partir dans des conditions plutôt calmes.
Laouen de Kersauzon, le commercial de chez Virus, nous a monté le bateau et donné les derniers conseils en nous prêtant des bidons étanches (fort utiles pour la suite).

Approvisionnement éclair à Lorient.

Départ à 18h vers Groix. Arrivée à 21h30 sur une petite plage.

2ème jour : Groix – Quiberon (11 Milles)

11h : Vent 0 Beaufort au départ de Groix. Obligés de mettre un peu de moteur.

15h30 : Arrivée sportive dans les rouleaux de Quiberon, vent 5 Beaufort.
Le bateau est remonté sur la plage, et nous partons avec tout l’équipement au camping de Penthièvre.

3ème jour : Quiberon – Belle-Île (25 Milles)

A sec de carburant : 2h de marche sur Quiberon pour ne rien trouver un dimanche.

Départ à 11h de Quiberon sous un ciel gris, vent 3-4 Beaufort.

Arrivée sur les Grands Sables de Belle-Île à 17h.
Coucher de soleil sublime sur l’île, le campement est discrètement installé à l’abri d’un vieux mur, sur la plage.
La bonbonne de gaz vidée, nous finissons les raviolis à l’ancienne : au feu de bois !

4ème jour : Les Grands Sables – Port Maria (5 Milles)

Matin : approvisionnement au port du Palais (aller en auto-stop et retour en bus).

Après-midi : à marée basse, mise à l’eau du tri avec une remorque de cata.
Départ à 16h, arrivée à 18h à Port-Maria après un passage sur Port-blanc.

Campement sublime dans une crique paradisiaque

5ème jour : Belle-île – Groix (30 Milles)

« Grosse » navigation de la semaine.

Lever à 6h30 pour partir avec la marée de 8h.
Conditions un peu musclées : le bateau est chargé au maximum, vagues croisées à la pointe de Kerdonis, vent force 5.
Pointe à 10 Nœuds dans un surf (sans spi).

Arrivée à 13h, après une traversée sous le soleil, en 5 heures !


Le bateau est mis au mouillage et nous passons la nuit au camping.

6ème jour : Les Grands Sables – Saint Nicolas (10 Milles)

Suivant les conseils de Laouen, nous voulons contourner l’île par le sud pour atteindre le mouillage protégé de Saint Nicolas.
Deux équipiers traversent l’île à pied, pendant que nous naviguons vers le sud.
A 16h, l’équipage est de nouveau rassemblé au mouillage.

Après un apéro offert par notre voisin de mouillage, nous tentons avec succès de fixer les tentes sur le bateau. Notre camping fait sensation !

 

Le coucher de soleil est encore une fois somptueux et laisse place à une nuit riche en étoiles filantes !

7ème jour : Groix – Lorient

Pour finir notre tour de Groix, nous contournons l’île par la côte ouest, mais le vent tombe rapidement.
Le vent revient avec 4-5 Beaufort lorsque nous entrons, voiles en ciseaux, dans la Passe de l’Ouest.
Partis à 11h, nous finissons les manœuvres de port à 16h dans Lorient.
Pour notre dernière nuit en Bretagne, nous profitons du Festival Interceltique !

L’équipe de choc : Adrien, les 2 Florian et Arnaud

Texte et photos de Florian, extraits du reportage intégral consultable sur le blog de Florian

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu