Les essais de gréement sur l’eau

Les essais de gréement sur l’eau

This entry is part 4 of 4 in the series Transformation d'un vieux canot en vieux gréement

Ca y est, les travaux sont terminés. On va pouvoir naviguer et faire les essais de gréement .

Finalement, j’ai fait faire une petite voile de tape-cul, haute et étroite, car je ne veux pas que la queue de malet dépasse trop de l’arrière de la coque.

C’est très élégant un gréement très allongé sur une petite coque, et les spectateurs applaudissent quand on passe le môle . Mais dans les rassemblements, ou dans les mouillages encombrés, ça peut donner des sueurs froides au propriétaire-barreur …

Comme je ne mets pas beaucoup de voile sur l’arrière, je ne peux pas en mettre beaucoup sur l’avant. Le bout-dehors sera donc très court, juste de quoi dégager le foc lors des virements de bord .

Le foc sera sur emmagasineur. On pourra me reprocher la modernité du système (même si je l’ai peint en marron). Je répondrai que le premier emmagasineur, pour la plaisance, a été inventé par un pasteur britannique dans les années 1880 .

Première sortie lors de « La Route du Sable 2006 » (du côté de Chateaulin en Bretagne). Le résultat n’est pas trop mauvais, mais on peut faire mieux .

Sur la photo, on distingue le bateau derrière Sterenn, la grande yole de Lorient . On voit que les voiles ne sont pas très bien bordées, alors que je me souviens que les réglages étaient au maximum .

Sur l’autre photo, où Cecile et Juliette rament, on voit bien le petit tape-cul, peu efficace .

On voit aussi que nous n’avons pas su trop quoi faire de la misaine, et que nous l’avons mis en travers de la cabine.

Ce n’est pas satisfaisant : la cabine est inutilisable, alors qu’elle a été prévue pour que les petits (ou plus grands) enfants puissent y faire une petite sieste . A revoir .

Le bateau retourne donc dans la cour .

Rémi passe et déclare que, de toute façon, avec cette voile de tape-cul si étroite, j’aurai du mal à avoir des performances optimales.

Je me replonge donc dans mes documentations, accumulées depuis maintenant plusieurs années .

En relisant des WoodenBoat et surtout des WaterCraft (revue anglaise), je vois que les britanniques utilisent beaucoup le mât de tape-cul placé devant la barre, et une voile de tape-cul bômée . On évite ainsi le problème de la queue de malet trop débordante .

Aussitôt pensé, aussitôt fait. Je change de voile (tant pis pour la neuve, elle servira pour d’autres projets…) et j’installe une voile de Mini Berder qu’un vieux monsieur, attendri par une de mes restaurations précédentes, m’avait donné. Je lui fais une bôme avec fourche, et retour à la mer .

Et c’est Michel (Michel n°2) qui, à bord de sa vedette, fait la photo pour que j’ai une idée de ce que cela donne. Eh oui, celui qui barre ne voit rien du tout !

Les impressions ne sont pas mauvaises du tout. La vitesse (toute relative, bien sur) est là. Le bateau est bien équilibré. Côté esthétique, ça le fait !

Mais la photo montre aussi (au cas où je ne m’en serais pas aperçu à bord), que je suis un peu au four et au moulin, lorsque la risée est plus soutenue : j’ai du mal à garder toutes les écoutes à la main (par sécurité) et à tenir bien bordées la misaine et le foc .

On doit pouvoir faire encore mieux …

Series Navigation<< Fin de la reconstruction

Cet article a 0 commentaires

  1. Je suis scié par le résultat et admiratif devant une telle imagination.

    Il me semble avoir vu des centaines de fois ce type de bateau qui vous a servi de base, sur des mouillages isolés ou pourrissant au fond de jardins, et jamais je n’aurais pu imaginer que l’une de ces coques pouvait révéler un tel potentiel. J’ai un réel plaisir à comparer les photos du début et celles en navigation et à lire votre récit.

    Un autre plaisir a été de voir Katelise II sur la liste des voiles avirons de la semaine du Golfe 2011. Participant dans la même flottille je devrais alors pouvoir l’observer en vrai.

    Encore bravo pour ce travail

    Patrick Simillon

    1. Merci …

      @ 93.190.250.146 : Merci, c'est un peu sec ! (erreur de manipulation) .

      Pour arriver à ce résultat, il faut beaucoup lire, beaucoup discuter, beaucoup restaurer de petits bateaux .

      J'espère que, lorsque vous verrez le bateau en vrai, vous ne serez pas déçu . Quelquefois les photos …

      Quel est le nom de votre bateau ?

  2. BIGORNICK

    Sur l »culBravo (oui je sais j »l »ai déjà dit) à mon avis le canot doit quand même ressembler aux photos, Est ce que l »équilibre sous voiles est correct ? Le tapecul joue t »il bien son rôle ? Y »a t »il des modifs en prévision?…
    Est ce que tu a calculé grosso-modo le budget total en roros et en temps ? (c »est une question délicate, surtout si madame n »a pas suivis de près le chantier….).
    En tout cas merci de nous faire partager cette expérience je ne regarderai plus les coques « moches » du même œil a l »avenir.

  3. Mon bateau est Farfadet un Minahouet (plan Vivier) pour qui se sera la première Semaine du Golfe. (www.gigamaree.com/patrick)

    à bientot

  4. Questions techniques

    @Yann Quenet :

    Le gréement est maintenant au point . La seule modification intervenue, c »est l »ajout d »une balancine, pour maintenir la bôme en hauteur, lorsque l »on est à l »aviron .

    Ce gréement est très équilibré . Sur cette photo le bateau était au bon plein, et il se dirigeait seul (petit temps) .

    Le tape-cul joue bien son rôle, c »est à dire celui d »augmenter la surface de toile, sans rajouter de la toile dans les hauts . Et je ne parle pas du bateau à la cape .

     

    Pour le budget et le temps j »ai arrêté de compter . Si on compte chaque clou, chaque pot de colle, et surtout les déplacements qui vont avec , on est vite démoralisé …

    Mais disons (à la louche) 1 000 euros, achat de la coque compris .

    Pour le temps deux hivers, plus pas mal d »heures pour les modifications .Mais quand on est dans l »excitation de la création, le temps ne compte pas …

    1. Questions techniques

      Si vous avez  la possibilité d être  sur la semaine du  Golfe dès le lundi    je me  ferai un plaisir de vous faire découvrir mes petits coins préférés  , valable aussi  pour Patrick  Simillion  dont j admire cette  restauration  du Lambretta  ( nous avons un vénérable peugeot  S57 qui dort  dans le  garage   auprès  d Earendil  en attente d une restauration ( complet mais problème  de plateau d embrayage )    , possible le lundi  mardi et mercredi  avant le démarrage "officiel " de la semaine  mais avec passage obligé  le mardi  à  lIle d  Arz  pour la journée de l ile ( terre  de mes ancêtres )

      1. Questions techniques

        @ Seveno : Merci pour l'invitation .

        Mais j'aurai déjà du mal à arriver à l'heure mercredi soir . Il se peut que je travaille ce jour là .

        Mais nous aurons le temps de bavarder, même sur l'eau ! Je me souviens de certains endroits où, les bateaux étant si proche les uns des autres, que l'on pouvait se toucher !

      2. Questions techniques

        @ Seveno:

        C’est avec plaisir que j’accepte cette invitation. Afin de ne pas encombrer ce sujet, je vous propose d’utiliser le mail : patrick[at]gigamaree.com

        Patrick

  5. démarche

    Une démarche  très proche de la mienne qui a donné des résultats différends et pourtant  proches , bravo pour cette réalisation , une jolie réussite sur le plan esthetique quand on voit la base de départ  , je serai heureux de vous rencontrr lors de la semaine du Golfe  , Laurent Séveno , heureux propriétaire ( après pas mal de galères , mais c est çà le prototype ! )  d Earendil

    1. démarche

      @ 84.97.216.74 : Merci pour le commentaire .

      Si je comprends bien, vous possédez le prototype du bateau, vendu en kit, par Arwen Marine ?

      1. démarche

        non je ne suis pas le propriétaire  D Earendil auquel vous pensez  ,  ( je suppose un Skerry  , qui doit être  le  bateau personnel  d Emmanuel Conrath , ( il y avait  d ailleurs confusion dans l organisation  lors des fêtes de Douarnenez  2010 entre les deux bateaux  ) 

        le mien  est un Kbane 7.10 plan de Gildas Plessis , dont vous trouverez les peripeties de la construction  et de navigation sur le site ( raid en Suède )   et  sur transportable.free.fr ( archives , site plus actif malheureusement )

        nous ne serons donc pas dans la même flotte(pour moi flotte 7 ) , bien que mon bateau puisse  se  déhaler à  l aviron , mais cela  reste occassionnel  ( essentiellement  pour des manoeuvres  de mouillage , ou par calme plat, la bête fait tout de même une tonne en charge   )  

        j epère que nous aurons tout de même l occasion de nous croiser  !

        cordialement laurent Séveno

        1. démarche

          @ 84.97.216.74 : Très joli bateau, qui fait penser aux plans de Gilles Montaubin (à part le gréement) .

          C'est vrai que l'esthétique est proche du mien .

          Moi, je craque toujours pour les cabines arrières ! Quelle est la longueur des couchettes, sous le roof arrière ?

          1. démarche

            @ Christopheb3 :

             

            pour les couchettes arrières 2 mètres et 1m80  semi cerceuil , un adulte peut y dormir , ( déjà testé plusieurs fois ( une emaine en suède )  on y dort très bien mais il faut être souple pour y rentrer  et  je vais rajouter deux hublots  pour la ventilation et les clostrophobes !

          2. démarche

            @ 84.97.216.74 : J'ai regardé la photo, à nouveau .

            La barre passe par dessus le roof arrière . Donc le barreur doit avoir la main à hauteur d'épaule .

            N'est-il pas fatiguant d'avoir le bras levé ? surtout sur une longue durée ? Ou, y a-t-il une astuce que je ne vois pas ?

  6. demarche

    Bonjour

    effectivement la barre est relativement haute ( mais tres courbée ) donc grosso modo à mi tronc  lorsque l on est assis dans le cockpit ,  mais le bateau étant très équilibré  ( il tient sa route  tout seul au près )  très légèrement ardent , je barre essentiellement au stick , même dans la brise , il nous arrive  de faire assez souvent des navigations longues ( 50 milles )   le bateau reste confortable même sur  ses longues distances  ( pour un bateau de cette taille )  , donc pas de fatigue au niveau de bras  et la position de barre  est confortable bien calé dans le coin arrière du cockpit  et bien abrité , de tout les petits croiseurs côtiers que j ai eu   , c est sans conteste  et  de loin  celui qui offre le plus de confort en navigation

Laisser un commentaire

Fermer le menu