Lac de Garde en Tabasco

Lac de Garde en Tabasco

Mise à l’eau

Au sud du lac, sur la commune de Desenzano del Garda, demandez le restaurant « El Libertino ».
Juste à côté vous trouvez une cale de mise à l’eau, à la pente idéale bien qu’un peu défoncée, protégée par la digue du port minuscule (port inutilisable car occupé par les locaux et le loueur de vedettes à moteur).


A droite, un parking à voitures seules (remorques interdites), avec la place pour manœuvrer et mâter tranquillement, et à gauche, un parking à remorques seules (voitures interdites), ces deux parkings sont gratuits.

Il est préférable de ne pas mettre à l’eau le week-end aux heures pratiquées par les Italiens avec leurs vedettes à moteur, c’est le grand bazar avec moult agitation, manœuvres approximatives, longue attente et engueulades…

Attention à la sortie du port, elle s’effectue au milieu d’un haut-fond et est balisée par des vieilles bouées délavées, il est impératif de passer pile au milieu.

Navigation

Pour ce que nous en avons testé (partie sud du lac seulement), elle représente un intérêt limité car nous n’avons eu du vent qu’entre 6 heures et 10 heures du matin, le reste de la journée étant plombé par une pétole tenace sous un cagnard d’enfer.

 

Ajoutons à cela qu’on est secoué en permanence par les vagues produites, même de très loin, par les innombrables vedettes à moteur, parfois d’une puissance phénoménale, faisant un bruit de Formule 1.

Par contre, les paysages sont magnifiques, on navigue au milieu des montagnes dans une légère brume bleutée.

A voir absolument, la pointe de Sirmione : cette avancée rocheuse dominée par les ruines d’un ancien fort est une destination favorite des Italiens ; la rive est constituée d’un plateau de limons durcis par le temps, érodés par le ressac, qui se transforment au gré du désir des utilisateurs en terrain de volley-ball, plongeoir, chenal d’accès, mare à bronzer, pataugeoire, terrain de pique-nique…

Mouillage

C’est un point qu’il ne faut pas prendre à la légère : autant la pétole est exaspérante dans la journée, autant les coups de vent de Nord que nous avons subis deux nuits de suite peuvent être dangereux ou inconfortables, selon le soin qu’on a apporté le soir à la qualité de l’amarrage !
Nous avons vu la même nuit deux vedettes à moteur casser leur câblot et venir à la côte.

On peut choisir de s’abriter sous le vent d’une côte ou bien squatter l’un des nombreux petits ports privés temporairement inoccupés. Malgré l’abri efficace, nous avons été drôlement secoués cette nuit-là !

Attention, ce genre d’amarrage est réservé aux bateaux ayant un tirant d’eau très faible (une trentaine de centimètres de fond dans le port, vase très molle)

Il fait chaud sur le lac au mois de Juillet, nous avons bricolé un abri contre le soleil avec une bâche plastique de 2 x 3 m, à disposer horizontalement le midi grâce au tangon et à la gaffe, et à l’équerre le soir lorsque le soleil est plus bas.

Texte et photo de Jean Inizan

Laisser un commentaire

Fermer le menu