Le Lac Léman en dériveur 420

Le Lac Léman en dériveur 420

Christian Thieren est adepte de régate et de rando. Il navigue sur un vieux 420 Lanaverre de 1973 et nous livre le récit d’une longue journée de raid sur le Lac Léman.

Le Maca du Léman, 13 août 2005

Le départ

Ce matin était doux. Une petite brise prometteuse m’éloignait du port de Lutry. J’avais décidé de rejoindre le bout du Lac.

Me voici seul sur mon vieux 420. En trente ans, il n’a pas pris une ride et il n’y a pas de raison que ce bateau ne puisse pas être utilisé pour autre chose que la régate. Voilà embarqués, vêtements secs, frigo box avec boissons, sandwiches et bonbons, rame, lampe de poche, cyalumes et téléphone portable.

Mon premier grand voyage en dériveur sur ce lac ressemblant à une mer intérieure.

La direction générale

Virement de bord et voici mon étrave qui pointe en direction du Rhône au Bouveret a 30 kilomètres environ car il m’est interdit de naviguer trop loin de la côte ni de passer la frontière.

Je longerai donc la rive suisse. En une demi-heure, je passe Cully. Si le vent se maintient, l’affaire sera dite en une grosse demi-journée, mais je navigue sur le Léman bien connu pour sa météo capricieuse.

Du vent, il y en a toujours trop ou trop peu, jamais suffisamment !
C’est tout son charme et ce qui a formé une élite de navigateurs au long cours.

Les vignes dévastées

D’ailleurs du vent, il y en a eu trop il y a quelques semaines. Une véritable tornade qui a dévasté une partie des vignobles.
Le paysage passe de l’été à l’automne en suivant la saignée de la grêle. Les vignerons s’en souviendront encore longtemps.

Mais le vent tombe alors que je m’approche de Vevey. Adieu le timing, me voici en route pour bien plus longtemps que prévu.
Il est temps de prendre l’apéro et le sandwich; si le vent se levait j’en resterais sur ma faim et ma soif.

Les long bords sous spi

Je me traîne… sous un soleil de plomb !
Un air souffreteux se lève du sud, plein travers et je décide d’augmenter ma surface de voile.
Le spi envoyé, me revoici progressant vers mon but. La brise revient peu à peu et me voici grignotant les milles.
Que du bonheur, 15 bornes sous spi en 420.

Le Bonjour de la CGN

Le Rhône, le vapeur de la CGN, me dépasse et me lance un coup de sifflet en guise de bonjour.

Son capitaine me salue de la main.
Je lui rends son geste.

Peut-être m’avait-il suivi de loin. Moment inoubliable et image forte.

En vue de la fin du lac

La brise est de nouveau là et le rail de nuages semble me montrer le chemin à suivre.
Une régate vient à ma rencontre. Je les croiserai à nouveau dans la soirée.

Le château de Chillon se précise, je pourrai revirer de bord pour rejoindre Le Bouverêt.
Un bord de près, un peu de gîte, une bonne manière de se réveiller un peu.

Il est déjà 4 heures. Il devient évident que je naviguerai jusqu’au couchant.

Vers Le Bouveret

Le vent retombe, masqué par le relief. Il devient temps de repartir vers l’ouest.
Je suis bien au bout du lac. Le pari est réussi mais cela veut dire que je ne suis qu’à mi-chemin.

Ligne droite vers le Lavaux. Tant pis, au diable les règlements, je coupe au plus court, par le milieu du lac.
Le vent redevient instable et me voici encalminé. Devant Vevey, je peux abattre un peu et re-hisser le spi.

Tiens, voici les premiers bateaux de la régate qui me croisent.

Retour en soirée

La lumière diminue, la nébulosité augmente, confirmant les prévisions météorologiques du lendemain.
Mais pour l’instant je profite du paysage, essayant d’avancer dans des airs évanescents.

Un bateau de la régate affale ses voiles et rentre au moteur. Le soir, les voix portent et j’entends son skipper proférer des noms d’oiseaux.
Ceci dit, cela fait déjà huit heures que je suis sur l’eau et, par moment, je souhaiterais bien aussi avoir un moteur.

La nuit va bientôt tomber et je ne suis toujours pas à Cully ! Il me reste encore 15 bornes !
Bon, je rentre le spi car de nuit, cela sera plus prudent.

J’allume mes feux chimiques. La température commence à diminuer et le vent change à nouveau de direction. Me voici à nouveau au près.

La côte s’estompe, remplacée par l’éclairage public. Il fait noir et le vent annonciateur de la dépression s’est maintenant levé. 40 minutes au rappel et j’avale les derniers 10 kilomètres.

Enfin Lutry ! Je suis exténué mais si heureux.
Il est 23 heures. J’ai navigué 12 heures pour faire 60 kilomètres.

Organisation

Liste du matériel embarqué pour ce raid solitaire en 420 :

Sécurité

  • Ancre parapluie

  • Pagaie

  • Feu de détresse

  • Gilet de sauvetage

  • Cyalumes rouge et vert

  • Lampe de poche

  • Téléphone portable

  • Crème solaire

Avitaillement

  • 3 litres d’eau, prévoir un litre d’eau supplémentaire.

  • 2 canettes de bière

  • 2 sandwiches, prévoir plus de nourriture (fruits secs)

  • bonbons

  • vêtements de rechange dont combinaison néoprène

  • sac étanche

texte et photos de Christian Thieren

Cet article a 0 commentaires

  1. A deux 420, ça peut se (re)faire ?Bonjour,

    Jolie promenade, bravo. je rêve d’en faire de même, mais ai un peu de travail à faire sur mon 420 Lanaverre, de 4 ans cadet de celui-ci. Aidez-moi à le restaurer, j’attends vos conseils sur http://lanaverre.420.free.fr

  2. cale de mise a l eau
    bonjour merci pour ce petit blog sympa
    je possède un rio 400 hee oui un bateau a moteur ;;; pas tres gros je cherche une cale de mise a l eau sur le lac , un endroit sympa , et facile d accès , je cherche aussi les règles de navigation ;; France suisse ;; et les interdictions si il y en as ..
    merci a bientôt ;; pascal

    1. Le Leman Des cales il y en as des dizaines et gratuit
      La tour de peilz,vevey,cully.lausanne ouchy ,lausanne vidy,morges ,rolle,nyon,versoix,geneve paquis, geneve eaux vives,geneve port noir,thonon,evian,bouveret,villeneuve,montreux pour les principales et des plus petites pour connaisseurs………….
      il y as des zones interdites devant l embouchure du rhone balisees par des bouees jaunes(egalement zone de bains protegees)
      Et il ne faut pas contrarier les services reguliers de la CGN ,companie generale de navigation appelee plus communement Sans Gene
      La gendarmerie francaise est plus carree que la suisse………….Alors equipements de securite et papier en regle conseille
      bonne nav et evite de passer a fond DEVANT les voiliers ,ca enerve

Laisser un commentaire

Fermer le menu