Mâtage d’un espar tournant sur rotule

Mâtage d’un espar tournant sur rotule

Je réponds à la question d’un internaute sur la manière la plus rapide, facile et sûre de mâter un trimaran Tricat 22. Ce trimaran a la particularité d’avoir un mât tournant sur une rotule dont l’implantation rend difficile un mâtage dans l’axe longitudinal.
Suivant les conseils du chantier Tricat, j’ai pu tester à plusieurs reprises et avec mon équipière favorite, le mâtage par le côté (dite méthode « AH » , pour ne pas la nommer  ).

1. Préparation :
– Mettre en place l’étai, sans ajuster la longueur de la garcette (une dizaine de cm de marge).
– Mettre le mât à 90%, en butée contre la rotule, et le brêler sur cette dernière, là encore avec un peu de marge, pour que le pied de mât tombe naturellement sur la rotule quand on l’amène à la verticale. Un anneau inox en pied de mât est là pour ça.
– Mettre le hauban côté mât en place – dans l’exemple, le hauban tribord.
– Positionner une poulie de bras de spi sur le babord de la poutre arrière, comme renvoi de la bastaque babord, elle-même prolongée par les bras de spi.

2. Mâtage :
Un équipier se charge d’assurer le mât en maintenant sous tension la bastaque, tandis que l’autre soulève le mât en partant de sa tête et en allant jusqu’à son pied.

Les avantages :
Le mât ne peut ni basculer en avant (présence de la bastaque) ni en arrière (présence de l’étai), ni retomber d’un côté ou de l’autre.
Deux équipiers suffisent pour l’opération. Celui qui est à la bastaque peut même aider le second lorsqu’il s’agit de monter sur le flotteur.

Laisser un commentaire

Fermer le menu