Astus 20.1 : Mâtage et mise à l’eau en solo en moins d’un quart d’heure !

Astus 20.1 : Mâtage et mise à l’eau en solo en moins d’un quart d’heure !

C’est officiel… le record de montage/mise à l’eau d’un Astus 20.1 en solo vient de tomber !

En attendant qu’elle devienne discipline olympique, je me décerne le titre de recordman du monde, avec un chrono de 14 minutes et 30 secondes pour monter, mettre à l’eau, et amarrer l’Astus 20.1tout seul.

Pour cette « première fois », je pensais mettre entre 20 et 25 minutes mais finalement, bien organisé, on va presque aussi vite tout seul qu’à deux. Et encore, j’ai fait quelques erreurs qui m’ont coûté un peu de temps.

Quand à celui qui le fera « en courrant », il devrait pouvoir descendre en dessous des 10 minutes…

Grâce au copain Philippe qui mitraillait à l’appareil photo numérique, vous pouvez suivre le « film » chronométré de l’opération.

La durée totale de 14 minutes 30 secondes se décompose ainsi :

Bilan « temporel »

Cette expérience chronométrée est riche d’enseignements.

1- Le mâtage reste l’opération la plus longue et occupe presque la moitié du temps total. D’où l’intérêt de chercher à l’optimiser : utilisation d’un support de mât, haubans et bas haubans réglés et restant fixés à leur place, …
Plus le mât sera long et lourd, et plus l’opération sera longue et délicate. Un système d’aide au mâtage (comme ceux que l’on trouve sur les petits voiliers allemands et polonais) prend alors toute son importance.

2- Moyennant une bonne organisation, toutes les opérations, réalisées habituellement à deux, se font aussi facilement seul, et quasiment aussi vite.

3- La différence par rapport à un monocoque est négligeable ! Elle consiste à déployer les flotteurs et installer les trampolines, ce qui ne représente que 2 minutes 30 supplémentaires.

4- la perte de temps par rapport à un bateau qui reste au port n’est pas si pénalisante. En effet, en chargeant directement le bateau en partant de la maison (pique nique, vêtements, appareils, …), on gagne le temps de chargement des affaires  de la voiture au bateau à quai.
En plus, on peut gagner jusqu’à plusieurs heures de navigation en mettant à l’eau directement dans la zone où l’on souhaite naviguer, plutôt que de devoir la rejoindre à la voile.

Mâtage (durée 6 minutes)

0 minute, 0 seconde : top départ

Arrivée sur la cale de mise à l’eau

Récupération du petit escabeau (simplement posé au fond du cockpit)

Mise en place de l’escabeau

0 minute 21 secondes
L’escabeau est en place, après avoir échangé quelques mots avec les curieux qui s’extasient :
– c’est un trimaran ? Il doit aller vite…
– Et il peut se déplier. C’est génial !

0 minute 37 secondes

Je détache l’extrémité des drisses qui maintiennent le mât fixé au porte mât

0 minute 46 secondes

L’escabeau s’avère bien pratique pour monter et descendre facilement du bateau

1 minute 05 secondes

Je détache l’attache latérale qui maintient le mât sur le support arrière de mât

1 minute 18 secondes

Je retire le sandow qui maintient le milieu du mât sur la jumelle et les haubans

1 minute 40 secondes

Je recule le mât de 2,5 mètres vers l’arrière

1 minute 50 secondes

Je retire le morceau de moquette qui protège le mât posé sur la jumelle

 

1 minute 59 secondes

Je recule le mât d’encore 1 mètre (en me plaçant sous le centre de gravité du mât)

Je place les ergots du pieds de mât dans les encoches prévues sur la jumelle

2 minutes 25 secondes

je sors le foc encore enroulé de la cabine

2 minutes 41 secondes

Zut ! J’ai bêtement oublié de fixer l’étai avant de reculer le mât, lorsque le point de fixation était facilement accessible du cockpit…

L’escabeau est appelé à la rescousse

sur la pointe des pieds, je fixe « à l’aveuglette » l’étai avec le foc

3 minutes 28 secondes

De retour dans le cockpit, je positionne les ridoirs des haubans vers l’arrière afin qu’ils se placent correctement lors du mâtage

3 minutes 32 secondes

Je récupère une extrémité de la drisse de spi (pour la fixer sur la poignée sur le rouf)

4 minutes 04 secondes

Je pousse le mât dans l’axe en avançant debout sur les bancs du cockpit

4 minutes 10 secondes

Je tends la drisse de spi amarrée sur le rouf (pour éviter tout risque de bascule du mât vers l’arrière)

4 minutes 24 secondes
Je peux maintenant fixer tranquillement l’étai à sa cadène à l’avant.

5 minutes 12 secondes

Les poulies des écoutes (mouflées) de foc sont fixées au foc

5 minutes 21 secondes

Mise en place du bout de l’emmagasineur. Je perds 30 secondes à cause d’un @!#¤! de paquet de nœuds

.

 

5 minutes 51 secondes

Je détache et démonte le support arrière de mât.

Préparation de la mise à l’eau (durée 1 minute 30)

6 minutes 12 secondes

Récupération du safran (simplement posé au fond du cockpit pendant le transport)

Fixation du safran (remarquez le haut de la cuisse qui maintient le safran pendant la mise en place de la tige du safran)

6 minutes 42 secondes

Le safran est bloqué en position relevée en préparation de la mise à l’eau

6 minutes 52 secondes

Le moteur est également bloqué en position relevée

7 minutes 04 secondes
Démontage de la plaque arrière

7 minutes 37 secondes

Rangement de la plaque et du support de mât dans la voiture

Mise en place des flotteurs et trampolines (durée 2 minutes 30)

(à noter que cette opération peut également être réalisée sur l’eau, après la mise à l’eau)

7 minutes 55 secondes

Je détache l’amarre arrière bâbord

8 minutes 05 secondes
Déploiement du flotteur bâbord

8 minutes 16 secondes

Je fais coulisser les sangles arrière du trampoline sur la première moitié de la poutre

8 minutes 25 secondes
Je fais coulisser les sangles avant du trampoline et insère les 2 goupilles.

8 minutes 47 secondes

Je termine de faire coulisser les sangles arrière du trampoline et insère les 2 goupilles

 

9 minutes 9 secondes

Serrage du bout de mise sous tension du trampoline

9 minutes 21 secondes
Déploiement du flotteur tribord.

9 minutes 31 secondes
J’avais oublié de défaire l’amarre arrière tribord…

9 minutes 46 secondes
Mise en place du trampoline tribord.

Mise à l’eau (durée 2 minutes 30)

10 minutes 41 secondes

J’abaisse les chandelles des rouleaux arrière (cette opération est inutile sur les nouveaux modèles de remorque)

10 minutes 53 secondes

Rangement de l’escabeau dans la voiture

11 minutes 08 secondes
Mise en place de la remorque avec les pneus au ras de l’eau.

11 minutes 38 secondes

Je détache l’amarre à l’avant

11 minutes 53 secondes

Je retire la goupille pour pouvoir « casser » la remorque

12 minutes 05 secondes
Je détends puis détache la sangle avant et je « casse » la remorque en levant l’étrave.

12 minutes 17 secondes

Je pousse le bateau vers l’arrière en maintenant l’étrave dans l’axe

12 minutes 21 secondes

Je laisse rouler le bateau jusqu’à l’eau…

et je m’agrippe à la remorque pour ne pas partir en ski nautique ! J’ai retiré mes chaussures sans prendre le temps de mettre des bottillons…. et je réalise (tardivement) que la mise à l’eau est extrêmement glissante lorsqu’elle est mouillée !

Amarrage (durée 2 minutes)

12 minutes 27 secondes

Je traverse la cale de mise à l’eau en essayant de ne pas m’étaler…

13 minutes 11 secondes

Du bout des doigts, je fais faire demi-tour au bateau. J’aurais dû retirer mon bermuda pour pouvoir marcher dans l’eau jusqu’en haut des cuisses et pouvoir manipuler plus facilement le bateau en le tenant par le côté, plutôt que par une extrémité…

13 minutes 32 secondes
Je recule précautionneusement le bateau pour le beacher dans un recoin taillé tout juste à sa largeur.

14 minutes 01 seconde

Amarrage au quai

14 minutes 13 secondes

Je remets la goupille empêchant la remorque de « casser »

 

14 minutes 30 secondes

Je gare la voiture et la remorque

Jean-Marc Schwartz ( 04/11/2005)

Laisser un commentaire

Fermer le menu