Globe 530 : Réparation du gel-coat sur la coque

Globe 530 : Réparation du gel-coat sur la coque

Après quelques sorties, j’ai malheureusement fait connaissance avec le problème décrit par Jean-Claude Piquard : « Le Globe 530.4 a une carène très plate dessous, comme beaucoup de voiliers modernes. Lors de la mise à l’eau, surtout à la descente de la remorque, le bateau peut partir légèrement de travers, sortir des galets centraux, et l’étrave peut venir heurter l’essieu, occasionnant de profondes rayures.« 

Pour ma part, c’est sur les supports de galets que le bateau est venu se frotter.

Je me suis donc lancé dans cette réparation après avoir demandé conseil au constructeur (très réactif) et lu des articles piochés sur Internet (merci aux contributeurs).

Réparer un éclat de gel coat et des rayures sur la coque

1ère étape : application du gel-coat

Il va falloir déjà poncer tout le pourtour de l’éclat de gel-coat en biseau. Ça permet une meilleure accroche et, au niveau du ponçage, une meilleure fusion du nouveau gel-coat.

Puis on nettoie bien avec de l’acétone, et on délimite la zone à réparer avec de l’adhésif pour peinture, pour ne pas déborder avec le gel-coat.

Préparation du gel-coat dans un récipient, vous y ajoutez 2 % de catalyseur (durcisseur) et vous mélangez (faites une petite quantité à renouveler si nécessaire). Le plus gros problème dans ce style de réparation, c’est la couleur. Pour ma part le constructeur 3C-Yachting m’en a fait parvenir.

Important : il faut une température d’emploi comprise entre 15°C et 25°C

Le gel-coat est ensuite appliqué au pinceau sur les éclats et les rayures.
En fonction de la température le gel-coat catalyse plus ou moins rapidement (vérifier au touché la dureté du gel-coat).

2ème étape : Ponçage grossier

Après avoir enlevé l’adhésif, il n’y a plus qu’à poncer. Utilisez du papier à poncer que vous prendrez soin de garder constamment mouillé.

On commence à poncer avec un grain de 100 (utilisation d’une cale à poncer) pour enlever le plus gros.

Vous pouvez aussi avoir des phénomènes de retrait, si votre travail n’a pas été bien préparé. Là encore, pas de problème, on rajoute du gel-coat et on recommence les opérations de ponçage.

3ème étape : Ponçage fin
Le but est de faire disparaître les rayures du papier de verre. Pour cela, vous commencez avec un grain de 240, suivi d’un 400, puis d’un 800, pour finir avec un 1000 (entre chaque changement de papier rincez continuellement la surface à l’eau et agrandissez la zone de ponçage pour faire disparaître les rayures du papier précédent).

4ème étape : lustrage
Le travail de ponçage est fini, arrivé au 1000 c’est doux comme de la peau de bébé… Mais terne.

On récupère le brillant de la coque en appliquant du polish (style voiture) avec un chiffon doux. Vous laissez sécher quelques minutes et avec un autre chiffon vous frottez pour lustrer. Vous pouvez aussi utiliser une lustreuse.

Me voilà prêt pour de nouvelles sorties (Aber Wrac’h ; rade de Brest ; étang de Bages…).

Depuis, pour éviter pareille aventure, j’ai modifié ma remorque : poteau bois + vis + colle et, bien sûr, de l’huile de coude…

De Frédéric Lavigne, décembre 2008

Source

Cet article s’inspire en partie des infos et textes d’un article plus complet publié par Joël sur son blog http://bateau.blogspot.com/

Cliquez ici pour accéder à cet (excellent) article.

Laisser un commentaire

Fermer le menu