Astus 20.1 : 3 chambres plus une cabine

Astus 20.1 : 3 chambres plus une cabine

Tout d’abord, j’ai essayé de trouver un système simple pour augmenter la largeur des trampolines de l’Astus 20.1 afin de mettre une tente deux places dessus.
On est quatre dans la famille, cela nous aurait permis de conserver la cabine pour les WC et le stockage des affaires… Mais je n’ai pas trouvé de solution.

Je me suis alors efforcé de trouver la tente idoine pour le trampo de l’Astus car ce serait dommage de ne pas utiliser ces 2 matelas accueillants.

La tente rêvée

La tente rêvée doit tenir sur le trampo, avoir une ouverture vers le cockpit, posséder un double toit pour faciliter la ventilation l’été et enfin être légère et facile à monter.

Je pense avoir trouvé la perle rare qui, en plus, n’est pas trop chère dans cette catégorie de tente. C’est la tente Gelert solo, vendue notamment 43.50 euros chez Expe.fr, 1.3 Kg sans les piquets et elle tient dans un sac de diamètre 13 cm et de longueur 31 cm.

Il suffit de monter 2 petits arceaux et de tendre la tente à chaque bout pour déjà faire tenir la chambre. Presque tous les panneaux de celle-ci sont en moustiquaire. Je testerai la tente en cas de grosse chaleur dans cette configuration très aérée (peut-être que la rosée du matin me fera changer d’avis).

Le double toit s’attache sur les arceaux (si l’on veut que cela tienne bien en cas de grand vent) mais cela n’est pas obligatoire et on le tend sur les côtés avec différents bouts et les tendeurs déjà fixés sur la tente.

Tests

J’ai testé la tente et j’y suis bien à l’aise malgré mes 1,86 m.
Le confort: nickel! J’ai utilisé un matelas autogonflant pour le moelleux et pour isoler le duvet de l’air.
Avec le trampo en matelas, le résultat est très bon. Dans la nuit nous avons eu de bonnes rafales mais pas de problème.

En plus, on s’endort en ayant la possibilité de regarder l’eau s’écouler le long du flotteur car de la chambre, il y a un espace entre le flotteur et le double toit.

Précisions:

  • Le matelas autogonflant n’est peut-être pas nécessaire mais si l’on veut en mettre un, il faut un matelas 180×50 car les modèles plus grand rentrent mal (ou bien en prendre un avec la forme en sarcophage).
  • Mon Astus est équipé des rails sur la coque pour tendre les trampos. J’ai retiré les trampo de ces rails. Premièrement, pour avoir un trampo bien à plat dans le sens de la largeur et deuxièmement cela permet d’avoir un peu plus d’espace côté coque centrale.
  • Les tentes sont tête-bêche pour que chaque entrée se trouve vers le cockpit.

Bon, vous me direz, maintenant, tout cela ça ne fait que deux chambres et deux couchages. Le reste est dans la cabine…..Et bien non!

Je veux éviter le couchage dedans pour différentes raisons que tout un chacun appréciera ou pas.

  1. Ce n’est pas super ventilé à mon goût. J’ai pourtant installé une trappe dans la baille, mais à l’arrêt, on est tributaire du vent et de son orientation pour l’aération.
    De plus, pour la nuit, si l’on ferme la porte (à cause de la pluie ou des moustiques), bonjour la condensation le matin.
  2. La coque fait caisse de résonance et l’on entend bien les bruits de l’eau.
  3. On ne voulait pas ranger ou sortir les affaires de la cabine, à chaque fois que l’on voulait dormir dedans.

Alors………?  Zboing (pour paraphraser Jean-Marc) !

Une tente « 2 secondes » Décathlon dans le cockpit.

Mais pour cela il faut un plancher entre les bancs.
J’ai consulté les articles concernant les réalisations des autres Astuciens, et après m’être enrichi des réflexions de chacun, j’ai réalisé un autre système.

Il est composé d’une série de tasseaux de bois (de la récup), de 4 planches de contreplaqué de 5 mm et d’un tabouret Ikéa (désolé pour les publicités).

Voici les morceaux du plancher au complet.

Les barres de bois rentrent très bien à l’intérieur, le long du bateau, dans l’espace formé par le dossier d’un des bancs, et ne prennent donc pas de place utile.

Les planches sont reliées entre-elles par un bon scotch qui sert de charnière (pas de problème jusqu’à maintenant). Elles sont repliées en accordéon puis posées à plat sur banquette dans la cabine. Elles ne gênent pas car l’épaisseur totale n’est pas très importante.

Voici les étapes du montage du plancher:

  • Sortir les morceaux de la cabine.
  • Installer le support du plancher.
  • Déplier les planches dessus.
  • Et c’est fini, cela prend deux minutes.

Précisions

    • J’ai référencé les morceaux du plancher pour les associer plus rapidement et éviter de perdre du temps.
    • J’ai mis 3 tasseaux pour la première partie du plancher car cela me permet de réduire la portée (en moyenne moins de 10 cm) entre chaque partie solide (les tasseaux ou les bancs) et ainsi je peux réduire l’épaisseur du contreplaqué.
      De plus, c’est cette partie qui supporte le plus de poids (haut des corps si l’on dort tête vers l’entrée de la cabine). J’ai testé, j’arrive à mettre mes 87 Kg sur un genou, ou un pied, sur la partie du contreplaqué sans support, et cela ne casse pas. C’est limite, je ne ferai pas le test en sautant, mais ça tient.
      Donc, pas de problème en se levant le matin, on peut sans crainte mettre son genou n’importe où sur le sol pour se lever (surtout que dans ce cas la pression de notre poids sera répartie sur une surface plus grande grâce au matelas).

La deuxième partie du plancher n’est supportée que par deux tasseaux, car il n’y a que le poids des jambes et aucun appui à prévoir pour se lever. Ceux qui prévoient une utilisation intense de toute la surface du plancher pourront rajouter un tasseau.

  • Le tabouret peut être remplacé par une caisse ou autre chose déjà présent dans le bateau. Mais pour ma part, cela permet, avec les planches, de créer une table d’appoint sur la plage. Le tabouret que j’utilise a le mérite de se démonter facilement, et il est en plastique et très solide.
  • Dans les tasseaux, on peut supprimer le dernier morceau (celui parallèle au rail du chariot de grand voile) en augmentant la longueur des 2 derniers tasseaux afin de pouvoir les attacher directement sous la poutre en alu. C’est de la récup et les morceaux à ma disposition n’étaient pas assez longs!

Voilà on n’y est ! Trois chambres, dont deux simples et une double, avec au total quatre couchages, et en prime, la cabine est disponible pour mettre les WC secs (merci Phil pour le bidon à vis, très étanche), et surtout laisser les affaires.

Commentaires

On peut préparer le couchage sur les trampos tout en laissant le cockpit libre pour autre chose car le temps de montage du plancher et de la tente « 2 secondes » est très rapide (le plus long c’est le pliage de la « 2 secondes » !).
La tente « 2 secondes » est souple et, en la poussant un peu, on peut marcher le long des dossiers des bancs pour accéder à la cabine ou à l’arrière du bateau. Je n’ai même pas eu besoin d’utiliser mon système (pris sur un autre article de Nautical Trek) destiné à retirer la barre du safran. Cela passe avec la barre et la tente comme on peut le voir sur la photo.

De Yves D., juin 2010

Cet article a 0 commentaires

  1. La recherche avance…

    Encore de nouvelles idées et des solutions pour le couchage !

    J'aime bien le coup du tabouret d'enfant IKEA (ça sent la descente du Papa dans la chambre des garçons…) et bravo pour avoir brillament intégré la problématique du rangement la journée.

    L'option moustiquaire seule devrait s'avérer agréable pour les nuits chaudes sans vent. Dans ce cas, peu importe d'avoir un peu d'humidité de la rosée au petit matin… ça sêchera vite.

    Bien vu également le détachement du trampoline de la coque centrale (outre le fait de voir l'eau, ça permet aux garçons de faire le petit pipi du matin sans même devoir quitter son couchage. Le pied

    Dodard Yves

    La recherche avance…Salut Jean-Marc,

    Pour les trampos, si on les laisse hors du rail pendant les navigations, on se rend compte que les flotteurs sont moins bien tenus et que cela occasionne des bruits et des mouvements supplémentaires et peut-être une fatigue plus grande des poutres en alu. Pour ma part, je suis entrain de mettre 2 pattes d’oie en Vectra sur l »Astus pour supprimer les battements d’ailes des flotteurs. Donc je pourrai laisser en permanence les trampos hors des rails. Par contre je vais ajouter, la nuit, un filet entre le trampo et la coque centrale pour rassurer la maman quand le petit dernier, qui bouge beaucoup la nuit, dormira dans une des petites tentes.

    Faire pipi tout en restant allongé… Quel prétentieux ce Jean-Marc

    Fixation tentes sur tranpolinesTrès intéressant comme idée.
    J »ai montré ton système à mes 2 filles qui ont tout suite adhéré.

    As-tu essayé sans décrocher les tranpolines? Est-ce jouable en compensant le dévers du tranpoline avec un pain de mousse ou une planche de body-board?

    Pour fixer la tente solo, on ne voit pas très bien le système. J »ai l »impression que tu as enroulé la toile extérieure autour des bras de l »astus avec des tendeurs. Est ce bien cela?

    1. Dodard Yves

      Fixation tentes sur tranpolinesBonjour Eric,

      Si tu ne décroches pas les trampos la tente va être penchée vers l’extérieur et tu vas plus dormir sur le flotteur ! Pas terrible comme confort. Je conseille vivement de décrocher le trampo pour utiliser celui-ci à plat, sur toute sa largeur, et ainsi il fera un très bon hamac.

      Pour décrocher le trampo il faut retirer le bout qui sert à le tendre puis sortir le trampo du rail en le glissant et remettre le bout pour retendre le tout. Trop galère à faire à chaque fois. Il faut mieux laisser le trampo hors du rail.
      Mais comme je l »ai dit dans la réponse à Jean-Marc, cela augmente les mouvements indésirables des flotteurs en navigation. Pour cette raison, mais aussi pour supprimer les mouvements des flotteurs que l’on a déjà sur l’Astus 20.1 (flotteur au vent dans des allures grand large ou vent arrière), j’ai installé 2 pattes d’oie sur les flotteurs. Je ferai un article, plus tard, avec les dimensions.

      Enfin la tente solo est autoportante si tu tends les 2 extrémités. Mais la longueur de la tente est un peu plus grande que l’espace entre les poutres, donc j’enroule le surplus autour des bras. Cela ne réduit pas vraiment l’espace intérieur car cette partie n’est pas exploitable. Pour le toit, idem.

      1. Fixation tentes sur tranpolines

        Bonjour Yves,

         

        merci pour tes infos. Je viens de recevoir les tentes, je vais faire l'essai ce week end et tester l'accrochage sur le tranpoline.

        Avez-vous déjà dormi sans mettre la toile? si oui qu'est ce que cela donne au petit matin?

        l'intérieur est il humide ou la rosée n'arrive pas à passer la moustiquaire?

        Merci

        Eric

        1. Dodard Yves

          Fixation tentes sur tranpolines

          De rien. Pour les essais on était en mai sur l'étang de thau et c'était plutôt nuageux et très venteux ! Donc je n'ai pas essayé sans le toit. On verra cela en Corse….dans 4 semaines 🙂

  2. Très bonne idée

    Bonjour à tous !

    j'ai moi-même, grâce à Jean-Marc, deux tentes de type abri de plage qui conviennent parfaitement, sous réserve de mettre un taud pour protéger de la rosée du matin. C'est très spacieux (il me semble qu'on peut y dormir à 2, au moins pour les enfants,ce qui fait 4 personnes sur les trampo, et paf le chien). L'équivalent, avec ouverture côté cockpit, semble introuvable aujourd'hui.

    J'ai aussi des auto-gonflants.

    Mais ces tentes ont l'air très bien aussi, peut-être plus rapides à monter, et ce sont de vraies tentes moustiquaires + double toit. Donc qui assurent en cas de vent, pluie… Mais moins hautes, et probablement moins spacieuses.

    Le problème est effectivement la pente du trampoline quand il est accroché au rail. J'envisage la pose d'oeillets et d'un transfilage, permettant :

    – de garder de la tension en navigation,

    – de régler la hauteur

    – de conserver une certaine sécurité pour les enfants.

    Pour le couchage central, une alternative -pour un couchage seulement, et en été- pourrait être un autogonflant sur le plancher, posé sur un caillebotis en platique (donc souple et très léger) pour isoler de l'humidité. Le tout recouvert d'un taud sur la bôme pour le rosée, et d'une moustiquaire circulaire accrochée à ladite bôme, qui permettrait aussi de protéger la cabine des moustiques. A tester avec un bon duvet..

     

    Merci pour ces suggestions, adresses…

    1. Dodard Yves

      Très bonne idée

      Bonjour Renaud, Les tentes ne sont pas très longues à monter et si elles proposent moins d’espace que les abris Décathlon elles offrent d’autres avantages : vue dégagée, double toit avec moustiquaire, bonne résistance au vent et à la pluie. Là encore, cela est à apprécier en fonction des objectifs de chacun. Pour les trampos, dans notre petite famille, personne à bord ne les utilise en navigation. Car, même sans prendre en compte le risque de tomber à l’eau, on trouve que ce n’est pas finalement très agréable (ça penche côté flotteur et des fois on se fait bien mouiller par les vagues). Hormis l’aspect esthétique, je les avais gardés tendus dans le rail,  jusqu’à présent, que pour limiter les mouvements des flotteurs. Avec mes pattes d’oie je n’ai plus ce problème. C’est vrai qu’un taud sur la bôme (la bâche bleue que l’on utilise déjà tous, ou presque) suffit à protéger le cockpit de la rosée mais ce système demande quand même la pose d’une moustiquaire. Au final, je me suis dit que ce serait plus sûr et rapide avec une tente. D’autant plus que le taud ne protègera pas d’une bonne pluie et qu’il possède une grosse prise au vent.

      1. Tentes

        Dodard Yves :

        Merci Yves pour ces précisions complémentaires,

        Je suis allé voir sur le site d'Expé, j'ai vu qu'il il y d'autres tentes à ouverture latérales, en 2 places. Les as-tu envisagées ? 

        1. Dodard Yves

          TentesBonjour Renaud,

          La tente une place rentre juste sur le trampo alors la 2 places je n »y ai même pas pensé. Surtout que 2 places en tente de montagne, c »est toujours 2 places très serrées.

  3. Merci Yves de cette nouvelle proposition d'aménagement. Dans un autre ordre d'idée, je suis impatient de voir ta réalisation de bastaques pour stabiliser les flotteurs. C'est un défaut inhérent au système de bras coulissant que ce "brinqueballement" dans le clappot par petit temps. Cela fait "pas solide", le briut est désagréable et je pense que, à la longue, cela peut abimer les bras. Cela est particulièrement sensible dans la baie de la Baule où les bateau à moteur s'épanouissent par petit temps.

    J'avais donc l'idée moi aussi d'installer deux bastaques et leur palan sur des pates d'oie comme on en voit sur les Farrier où sur le nouvel Astus 20.2. Mais je me demande :

    – s'il ny a pas un risque de conflit avec les écoutes du genacker.

    – si la surcharge induite sur le mat et donc sur le haut du rouf et son renfort ne risque pas d'abimer celui-ci.

    1. Dodard Yves

      Bonsoir Claude,

      Je vais essayer de faire un article "provisoire" pour te donner des infos sur les pattes d'oie avant de partir en Corse sinon tu devras attendre début août.

       

      En ce qui concerne tes interrogations j'ai eu les même. Pour la surcharge sur le mat, le poids des flotteurs n'est énorme et en fonction de l'allure il n'y en aura qu'un qui se fera sentir (si bien sûr,  il ne sont pas remplis d'eau ! Je vais vérifier les miens dès que possible).  J'ai fait en sorte que cela ne tire pas trop vers l'arrière.

       

      Pour le gennaker je n'ai pas eu le temps de tester dans toutes les conditions mais cela ne semble pas gêner. Le bout du gennaker passe derrière les haubans et devant les fils de la patte d'oie. Il faudrait vraiment border beaucoup (mais cela n'a aucun intérêt) pour que la voile puisse éventuellement toucher la patte d'oie.

    2. Dodard Yves

      Patte d »oie

      Salut Claude,

      j'ai fait un article avec des photos provisoires sur les pattes d'oie. Je ne sais pas pourquoi il n'apparaît pas dans le Quoi de neuf mais tu peux le consulter en allant dans la rubrique Trucs et astuces – navigation.

Laisser un commentaire

Fermer le menu