Tente DécathlonT4.2 sur un trimaran

Tente DécathlonT4.2 sur un trimaran

Dans la série des essais de tentes Décathlon sur les voiliers de rando, voici la T4.2 testée sur un trimaran Magnum 21 élargi.
Il s’agit en l’occurence d’un modèle un peu spécial : le Magnum Winnie de Philippe est équipé d’un système maison de repliage des flotteurs, et son pont avant s’apprête à recevoir une cabine !

Mais pour l’essai qui nous intéresse, il suffit de retenir que la largeur de l’engin (environ 4,80 m) est sensiblement équivalente à celle des magnum 21 S (ou des Magnum 21 « standards », équipés des poutres et trampolines rallongés).

La tente T4.2 (120 euros) est composée de 2 chambres en vis a vis, séparées par un salon central. C’est une configuration idéale pour installer les couchages sur les trampolines et venir abriter le cockpit.

La tente repliée dans son sac est plutôt encombrante (65 cm x 26 cm x 26 cm) et lourde (13 kg). C’est environ 4 fois l’encombrement et le poids des petites tentes igloo de 2 places du genre T2.

Le montage est également une autre paire de manche avec des arceaux de plus de 5 mètres de long à enfiler dans les goussets.
Quasiment impossible à monter à bord, il est plus sage de la monter à terre, puis de la transporter à bord.

Il m’a fallu une dizaine de minutes pour monter la tente seul (contre 2 minutes pour une tente igloo 2 places), et encore une dizaine de minutes pour attacher l’ensemble sur le bateau.

Une fois cette corvée réalisée, la récompense est là. On se retrouve avec un chapiteau offrant un volume incroyable.

Chaque « aile » occupe parfaitement son trampoline, tout en laissant libre les bancs du cockpit.
On peut monter, ou non, la chambre, selon l’usage souhaité.

La hauteur sous barrot dépasse les 2 mètres. Même debout sur les bancs du cockpit, je peux encore me tenir debout (d’accord, je ne suis pas très grand, mais quand même…).

Pour fixer la tente, j’ai utilisé les sangles fournies à chaque coin, et j’ai amarré les tendeurs aux extrémités des flotteurs et à l’étrave.
Il serait d’ailleurs nécessaire de fixer un pontet sur l’arrière des poutres pour pouvoir y fixer les cordes.

L’essai est réalisé sur le bateau non maté. Normalement, le passage des haubans oblige à rajouter 2 longues fermetures zip sur l’arrière de la tente (qui est du côté du mât) pour obtenir une ouverture similaire à l’avant de la tente (côté jupe).

En utilisant une fermeture zip double, s’ouvrant et se fermant dans les 2 sens, on pourra refermer cette partie si besoin.
Cela permettra de continuer d’accéder à l’avant du bateau (au coffre avant notamment, ainsi qu’au mouillage).

Avec une telle hauteur au-dessus de l’eau, il faut s’attendre à une prise au vent importante (attention aux ancres qui dérapent).
En cas de vent, les bords de la tente le long des flotteurs vont également battre car il ne sont pas tendus.

D’un autre côté, l’avantage d’une telle formule, c’est que la tente peut être installée à terre en cas de mauvaise météo.

Au final, je ne sais trop que penser de cette solution…
Le stockage, montage/démontage et la prise au vent de cette installation est plus problématique que l’utilisation de 2 petites tentes igloo.
D’un autre côté, une fois installé, c’est vraiment spacieux et ergonomique. On pourrait y passer une journée sous la pluie sans problème, contrairement à une petite tente igloo…

Y’a plus qu’a attendre la belle saison (et un randonneur équipé d’un Magnum 21 S) pour tester tout cela sur l’eau.

Jean-Marc Schwartz ( 08/11/2006)

Laisser un commentaire

Fermer le menu