Magnum 21 : Tente de cockpit

Magnum 21 : Tente de cockpit

L’objectif de tout ceci ?

Pouvoir dormir dans les meilleures conditions de confort à bord d’un Magnum 21, avec une mise en œuvre aussi simple et rapide que possible.

Après avoir utilisé de façon classique une tente igloo, montée tant bien que mal sur un trampoline, nous avons donc décidé d’installer la tente sur le cockpit.

Pourquoi ?

La maniabilité du Magnum 21 tient en partie de ce que les flotteurs ne touchent pas l’eau lorsqu’il est à l’équilibre, ce qui lui permet donc de virer comme un monocoque.
Seulement, cette architecture oblige, pour pouvoir dormir à 2 et à plat sur un trampoline, de « caler » le bateau en glissant une bouée gonflable sous le flotteur du côté où l’on dort.
Il faut donc emmener deux bouées, la pompe, et déballer tout ça le soir, puis dégonfler et ranger au matin !
Un peu, ça va, mais bon…

Ensuite, il faut monter la tente sur le trampoline, au risque de tomber à l’eau, ou de la faire tomber à l’eau, ou les deux.
Puis, si personne n’est encore passé à l’eau, et que la tente d’ancienne génération vous oblige, par ses dimensions, à orienter son ouverture dans l’axe longitudinal du bateau, il faut un équilibre de félin pour se faufiler dans (et s’extraire de) la tente sans risquer le bain ! … Et je ne vous parle pas de l’envie pressante au milieu de la nuit, tout en essayant de ne pas réveiller le reste de l’équipage …

D’où l’idée de dormir au milieu du bateau, de façon à ne pas s’appuyer sur les flotteurs, à installer facilement la tente, et à y accéder sans se mouiller.

Comment ?

Nous avons donc confectionné un hamac central destiné à être tendu au dessus du cockpit entre les 2 poutres.

Le textile utilisé est de même type que celui des trampolines, un polyester enduit PVC.
La répartition de la tension (très important pour le bon maintien de 2 personnes couchées) se fait par 2 tubes alu de diamètre 40mm glissés dans des ganses, une à l’avant et une à l’arrière.

Côté avant, la fixation se fait par des boucles au bout des sangles et un mousqueton. Côté arrière, les 3  sangles font le tour de la poutre et reviennent sur des boucles de réglage, de la même manière que les trampolines.

En navigation, le hamac est roulé le long de la poutre avant, sans gêner les manœuvres, et il est tendu en 3 minutes.

 

L’abri ?

Nous avons choisi la tente « Décathlon T2 » pour deux raisons :

  • les dimensions correspondent « pile-poil » à celles du rectangle formé par la coque centrale et les poutres du Magnum.
  • une fois pliée, elle entre dans  le coffre avant de ce bateau. (Peut être qu’un jour je réaliserai un sac étanche pour une tente « 2 secondes » …)

La fixation de la tente au bateau se fait par 4 sangles de 25 cm de long (une à chaque coin), passant chacune autour d’un bras de flotteur, et attachée par un mousqueton.
Les 4 cordelettes qui servent à stabiliser la tente en cas de vent sont suffisamment longues pour aller s’arrimer aux ferrures des flotteurs avec des crochets plastiques.

Le montage se fait en quelques minutes, il faut juste, au préalable, « escamoter » la bôme avec la drisse de spi comme balancine, et on dirait presque que « c’est fait pour » !

Et alors ?

Et bien, c’est pas mal du tout, mission accomplie !

Une première version, trop souple, en textile polypropylène dans lequel on s’enfonçait beaucoup trop, rendait le lever matinal délicat.
Mais ce nouveau modèle, plus résistant à la traction, et rapidement mis en place, permet de monter facilement une tente, en tournant autour comme on le fait à terre.

Finie la corvée des bouées, et tant que personne ne se balade sur les trampolines, le bateau garde son assiette horizontale… même échoué !


Pas de roulis à cause des vagues, puisque les flotteurs ne touchent pas l’eau. On y dort vraiment bien !

L’inconvénient de cette disposition est qu’elle condamne le cockpit, mais, en général, et tant que possible, les soirées, et autres repas se font sur la plage.
Le matériel (popotte, cartes, habits chauds…), rangé dans des caisses plastiques qui restent dans le cockpit, reste accessible en faisant glisser ces caisses sous la poutre arrière.

L’autre inconvénient, c’est qu’on ne peut dormir qu’à deux sur ce bateau sans remettre les bouées sur les flotteurs.
Par contre, si l’on met les bouées et deux autres tentes, il y a de la place pour six !… mais ce n’est plus un bateau de rando nautique, c’est un boat people !

De Marc Slaney, décembre 2007

Cet article a 13 commentaires

  1. Pour la tente, dans les même dimensions de la T2, il me semble que la 2 seconds light devrait pouvoir passer par l »ouverture du coffre… (65 cm suffisent pour la faire passer).

  2. Marc,

    Vos photos au mouillage sont superbes et donnent envie.

    On reconnaît les côtes de Méditerranée sur les dernières.

    Où vous trouvez-vous sur la première (échouage à marée basse) ? On devine de la bruyère sur les collines … Etes-vous dans le Finistère ?

    Félicitations.

    A bientôt.

    Nicolas
    Nouvelle Génération Voile

    1. De toute évidence, la photo du haut est truquée !!!

      J »aimerais bien savoir comment Marc a fait pour venir déposer son magnum au milieu d »une telle étendue de sable humide sans s »embourber avec la remorque

    2. VirusMarc

      Facile, je mets le bateau à l »eau normalement par une cale, mais au mouillage, si je veux aller à terre sans me mouiller les pieds, je prends ma petite pompe vide cale réglementaire, et je l »utilise pour vider la mer…Pas besoin de photoshop, il suffisait d »y penser ! 😎

  3. VirusMarc

    Il y a un peu de tout sur ces photos de mouillages: La 1ère est au sud de Belle Ile, à Port Kerel, celle du marin tranquille est près de la pointe Prime à Porquerolles, celle du paragraphe « comment? » est au pied de Capoliveri à Elbe: Que du bonheur !

    1. Heu… désolé, mais en reprennant cet ancien article sur la nouvelle version du site, je me suis permis de modifier l’ordre et l’emplacement des photos.
      Donc, à vous de jouer pour retrouver quelle photo va avec quel commentaire 😉 😀

  • Bravo Marc pour ce dispositif qui semble pratique et facile à installer.
    Chez qui as-tu fais confectionné le trampoline central? Et quelle est la matière la plus adaptée pour une rigidité optimale?

    Encore une fois bravo et félicitation pour cette expérimentation.

    A bientôt!
    François Roblès

    1. Point n »est besoin de faire faire ce trampoline chez un sellier…
      Ce type de toile ajourée polyester enduite PVC peut très bien se coudre en double épaisseur voire en triple, avec une épaisseur de sangle, à l »aide d »une machine à coudre de ménage type Singer.

      J »ai modifié les trampolines de WINNIE en repliant et cousant les parties qui couvrent ordinairement les assises du Magnum. ça ne m »a pas posé de problèmes particuliers…Et ça tient !!

      PHIL

    2. VirusMarc

      Comme le dit Philippe, ça peut se faire à la maison, c »est un copain qui me l »a fait. Le plus délicat est de trouver le textile, et lors de l »assemblage, de ne pas trop empiler d »épaisseurs lors de la fermeture des ganses, car les sangles épaisses peuvent bloquer la machine à coudre. Le proto était fait avec un tricot polypropylène, plutôt élastique, donc il se déformait beaucoup. Celui actuel est en tissé polyester enduit PVC, beaucoup plus rigide. Un tissé polypro avec du gros fil devrait bien marcher, mais à l »époque, je n »en n »avais pas trouvé.

  • Superbe idée : il fallait y penser. Mais ce n »est valable qu »à deux personnes.
    Si vous naviguez en famille comme nous (2 adultes et 3 enfants), il faut monter les tentes sur les trempolines, avec 2 grosses bouées pour stabiliser le bateau.
    Vous trouverez un exemple au début du réçit « Notre premier raid en Suède » : il y a une photo.
    Les autres photos ont apparemment disparu du site (Jean-Marc ?)

    Amicalement

    Robert

    1. VirusMarc

      Bonjour Robert,
      tu parles de la Suède, et je serais curieux d »y promener mes flotteurs, ça m »a l »air superbe. Pourrais tu m »indiquer quelques sources d »infos qui me permettraient de préparer un rando par là bas ?
      Merci d »avance
      Marc

  • Bonjour,

    Cela faisait un certain temps que je cogitais sur l »idée d »une tente igloo sur le cokpit pour toutes les bonnes raisons que l »on sait. Félicitations pour cette installaction qui paraît à la fois simple de mise en oeuvre, peu encombrante et légère de surcroit.
    Une petite question : Où as-tu trouvé le matériau de base ? As-tu quelques conseils à formuler pour la fabrication de ce home swet home on board !
    Par ailleurs, je cherche des infos pour aller en Corse cet été, as-tu ou connais-tu des personnes ayant des tuyaux à ce sujet.
    Enfin nous sommes Christine et moi, la jeune cinqantaine ! Grenoblois à la recherche d »opportunités de navigation en méditérrannée avec d »autres complices Magnum 21 ou équivalent

    Bonne navigation et peut-être à un de ces jours sur l »eau

  • Laisser un commentaire

    Fermer le menu