Cales flottantes sous les flotteurs

Cales flottantes sous les flotteurs

Dormir à plat

Pour les adeptes du couchage à bord, différentes « cales », glissées sous les flotteurs pour garder le bateau stable et horizontal au mouillage, ont été utilisées.

J’ai testé plusieurs systèmes de réserve de flottabilité, coincées sous le flotteur.

Rouleaux gonflables

J’ai commencé par utiliser des rouleaux de halage gonflables, que j’ai simplement fixés en travers des flotteurs en les maintenant par un bout.

Le premier rouleau, prévu pour porter 150 ou 200 kg, était d’un volume insuffisant.
Le second rouleau, prévu pour une charge de 350 kg, était satisfaisant.

Le flotteur gagne alors une dizaine de centimètres en hauteur, par rapport à sa flottaison sans ce rouleau.

Par contre, le rouleau en travers subit une forte pression car elle est localisée sur une petite surface.

Nous avons passé une nuit à bord à quatre en montant une tente igloo sur chaque trampoline.
Le système de couchage avec les deux petites tentes igloo fixées sur les trampolines et les réserves de flottabilité fixées sous les flotteurs a parfaitement fonctionné.

On obtient une plateforme parfaitement stable et très accueillante, le tout mouillé à un mètre de la plage.

Bouée géante

La bouée de « ski nautique » est parfaite pour venir se fixer sous le flotteur. Elle offre un bon appui pour le flotteur et ses poignées permettent de la fixer facilement et efficacement.
Il faut même la dégonfler un peu car sinon, elle est trop haute sur l’eau.

Très solide car protégée en grande partie par une toile. La fixation est aisée grâce aux poignées.
Le dégonflage est très rapide via une valve large… Mais la bouée reste encombrante une fois dégonflée.
La bouée nécessite un bon gonfleur compte tenu du volume d’air à insuffler.
En bonus, on peut l’utiliser pour tracter une personne derrière le bateau. Mais la toile colle tellement à la surface de l’eau que cela ralentit énormément le bateau.
Par contre, comme annexe qu’on hale le long d’un bout accroché à terre, ce n’est pas mal (dans ce cas, la mettre à l’envers pour ne pas avoir les pieds qui trempent dans l’eau)
Prix relativement cher (130 euros à l’époque, on en trouve des moins chères maintenant)

S’il existait des bouées de ce type mais de taille plus petite (pour enfant ?), cela devrait être encore mieux.
Celle qu’on a essayée faisait 1,37 m de diamètre.

Pour stabiliser le second flotteur, nous avons utilisé les 2 rouleaux gonflables de mise à l’eau, reliés ensemble, et posés sous le flotteur dans le sens de la longueur.

Leur volume (prévu pour une charge de 350 à 400 kg) et leur diamètre (environ 25 cm) était parfait pour maintenir le trampoline horizontal.
Par contre, leur fixation est plus problématique car, en sautant sur le flotteur, j’ai réussi à les enfoncer dans l’eau et à les faire basculer sur le côté du flotteur…

Testé par Marc (Bibi)

– Grosse bouée avec 2 poignées : pas cher (moins de 5 euros)… mais fragile.
Fixation aisée.

– bouée fer à cheval : fait partie de l’équipement de sécurité normalement à bord. Pas besoin de gonflage. fixation facile. peu de volume immergé (efficacité ?).

Testé par René (Escapade)

– Petit canot gonflable pour enfant : pas très cher (10 euros je crois), solidité ?
Facile à fixer, utilisable au mouillage s’il y a un enfant à bord.

– Petit rouleau de mise à l’eau (un seul), fixé transversalement à la coque : pas très cher, efficacité ?

Testé par Marc Slaney (Virus)

Deux bouées sous flotteurs apportent un plus au niveau confort au mouillage, mais je pense que plutôt que deux bouées, il faudrait une bouée et un petit bateau gonflable type Sevylor, qui pourrait servir d’annexe.

Marc Slaney et J-Marc Schwartz ( 01/07/2004)

Laisser un commentaire

Fermer le menu